Enable JavaScript.

Luna Island, Niagara Falls, NY Bridal Veil Falls, Niagara Falls, NY Rocks at the base of the Bridal Veil Falls, Niagara Falls, NY

1958: A Greedy Boy

Greed overcame common sense. The riverbed was littered with shinny coins, tossed by superstitious tourists into the shallow, swiftly moving water. I imagined myself already being rich. Without considering the danger, I climbed over the fence and lay on my belly to scoop them out. My friend John held onto my ankles as I reached out further into the cold water. I could see the green water flow over the precipice and disappear far below into the mist. The roar of Niagara Falls surrounded me. It was spectacular and frightening.

John and I were twelve years old; we were inseperable and we lived on our bicycles all that summer. We explored first our own neighborhood and then the rest of the city. There was so much to see. Work on the new Niagara electric power plant had begun and giant machines were digging enormous canals across the city to divert water from above the falls to 8 km down stream. Electrochemical plants, with their strange collections of pipes and towers, spewed horrible smells into the air. Foundries belched out fire when molten metal was poured into a form. Delta-winged fighters from the Air Force Base screamed over the city. And rocket engines roared on their test stands. But most of all, the river, the falls, and the gorge were irresistible attractions to two boys.

Goat Island divides Niagara Falls into its two main sections, the American Falls, and the Horseshoe Falls. We hadn't planned on going there that day, but that's where our wanderings had taken us. Slowly, we had bicycled around the island and had stopped at Luna Island, a small island that separates the American Falls from its companion, the Bridal Veil Falls.

It was there, at the precipice of the Bridal Veil Falls, where I lost my good sense to childish greed. But now, forgetting about the treasures that had attracted me, I was in a trance, staring down the smooth curtain of water leading to the depths of the Niagara gorge. Far below me, I could see giant rocks at the base of the falls linked by a network of boardwalks lost in the mist, on which tourists wearing yellow raincoats looked like tiny ants. Suddenly, I felt a tug at my waist. A large hand lifted me back over the fence, and set me down on the sidewalk.

"Are you crazy?" the park policeman hollered. Holding us firmly by our shirt collars, he led us back to our bicycles. "Don't ever come in this park again." he screamed.

We got on our bikes and left as quickly as possible, before he changed his mind about letting us go. I had been so afraid he would call my parents. In my hand I had a quarter, two dimes and a nickle. I had done something very foolish, and I knew it.

Years would go by before I went onto Goat Island again. The next time, I was 17 and I walked there with a beautiful girl at midnight after a dance. We exchanged our first kiss on Luna Island where I had been so greedy. This time, however, I was not greedy for money.

1958: Un garçon avide

L'avidité dépassait le bon sens. Le lit de la rivière était jonché de pièces luisantes, jetées par les touristes superstitieux dans l'eau peu profonde au courant rapide. Je m'imaginais déjà riche. Sans considérer le danger, j'ai escaladé la balustrade et je me suis mis à plat ventre pour les prendre. Mon ami Jean me tenait les chevilles pendant que je tendais la main le plus loin possible dans l'eau froide. Je pouvais voir l'eau verte couler par-dessus le précipice et disparaître tout au loin dans la brume. Le grondement des chutes du Niagara me submergeait. C'était spectaculaire et effrayant.

Jean et moi avions douze ans ; nous étions deux garçons inséparables et nous faisions tout le temps du vélo cet été-là. Nous explorions d'abord notre voisinage et ensuite toute la ville. Il y avait tant à voir. Les travaux sur la nouvelle centrale électrique du Niagara avaient commencé et les machines énormes creusaient des canaux à travers toute la ville pour détourner le cours de l'eau huit kilomètres en avale de la rivière. Les usines électrochimiques, avec leurs collections de tuyaux étranges, dégueulaient des odeurs pestilentielles. Les fonderies projetaient du feu comme un métal fondu versé dans une moule. Les chasseurs aux ailes Delta de la base de l'armée de l'air hurlaient au-dessus de la ville. Par ailleurs, les moteur-fusées grondaient sur leur stands de test. Mais, la rivière, les chutes et la gorge étaient surtout des attractions irrésistibles pour deux garçons.

Goat Island divise les chutes du Niagara en deux principales parties : les chutes canadiennes et les chutes américaines. Nous n'avions pas décidé ce jour-là d'y aller, mais c'était où nos errements nous avaient menés. Lentement, nous avions fait le tour de l'île à vélo et nous nous étions arrêtés à Luna Island, une petite île qui séparait les chutes américaines des plus petites chutes Bridal Veil.

Et c'était là, au précipice des chutes Bridal Veil, où j'avais perdu la raison au profit de l'avidité enfantine. Mais alors, oubliant les richesses qui m'attiraient, j'entrai en transe, en voyant le rideau d'eau descendant au fond de la gorge du Niagara. Loin au-dessous, je pouvais voir les grandes roches au bas des chutes qui se connectaient par un réseau de planches se perdant dans la brume et sur lesquelles les touristes vêtus de leurs imperméables jaunes ressemblaient à de petites fourmis. Soudain, j'ai senti qu'on me tirait à la ceinture. Une grande main me souleva par-dessus la balustrade et me déposa sur le trottoir.

« Es-tu fou ? » a hurlé le gendarme du parc. Nous retenant Jean et moi par nos cols, il nous ramena à nos vélos. « Ne retournez plus jamais dans ce parc ! » nous a-t-il crié.

Nous sommes remontés sur nos vélos et sommes partis immédiatement avant qu'il ne changeât d'idée. J'avais si peur qu'il téléphonât à mes parents. Dans ma main j'avais une pièce de vingt-cinq centimes, deux pièces de dix centimes et une pièce de cinq centimes. J'avais été très stupide et je le savais bien.

Il a fallu plusieurs années avant que je ne sois retourné à Luna Island. La première fois que j'y étais retourné, j'avais dix-sept ans et je me promenais là avec une belle fille à minuit après un bal. Nous avions échangé notre premier baiser à Luna Island où j'avais été si avide. Cette fois, cependant, je n'étais pas avide pour de l'argent.