Enable JavaScript.

1965: Pocket Money

After my summer jobs on the Rainbow Bridge, at only a dollar an hour, a job in a chemical plant, at $2.25 an hour, sounded great. My parents were paying my college expenses, but I still had to earn my own pocket money. Since Lois, my girlfriend, and I were now dating almost every weekend, this had become very important to me.

The work in the chemical plant was very different from what I had done as a traffic director on the bridge. Most of the time, my job was cleaning the reactor vessels in which resin was made. During the chemical process, resin accumulated in hard, rubbery masses. It was not at all easy to remove it, requiring a hammer, a chisel, and a lot of muscles, which I didn't have. Some people would not consider it hard, physical labor, but it was for me. At the beginning of the summer I was over six feet tall, but I weighed less than 150 pounds.

I picked a spot in the resin, positioned the chisel, swung my hammer until my arms got tired, and then rested them for a few seconds. At the beginning of the summer, I wasn't able to pound at it continually, the way the permanent employees did. I worked as steadily as I could, but whenever Harry, the boss, looked into the reactor, I always seemed to be resting my arms. After a while, he started riding me about this. He seemed to think I was a shirker, but I wasn't, and I didn't know how to convince him otherwise.

One morning Harry singled me out. "I've got a special job just for you." He led me out to a distant building I'd never noticed before and pointed to a huge, outdoor tank unlike anything I'd seen previously. "This is a filter for the gas we use to make the resin. You're going to clean it. I want you to work on it until it's done." With a bare minimum of words he then told me how to do the job.

This filter had domes on both its top and bottom that had to be completely removed. They were attached by hundreds of clamps, that could only be removed by using a wrench with a three inch jaw and a three foot long handle. This job took me an entire day to do.

The following day I opened the filter. I used an overhead crane to lift and move the top dome and a special carriage to lower and move the bottom dome. I was surprised to find that it was not a giant bottle like the reactors I had been cleaning. Instead, the filter consisted of thousands of vertical tubes filled with activated charcoal.

I had to climb on top of the filter with a ten foot long pipe that fit into the tubes of the filter. This pipe was connected to a water hose, and with an up-and-down motion, I carefully guided it into each of the tubes to wash out the charcoal. This was a truly boring, repetitive job.

I resented the fact that I had been chosen to do this. I really had been doing my best when I had been cleaning reactors. Why couldn't Harry see that? The more I thought about it, the more determined I became to show him I could do any job he gave me. I increased my speed and worked furiously.

After all the tubes were emptied, I reattached the lower dome, refilled the tubes with fresh charcoal, and then reattached the upper dome. The job had taken me all week. I had worked steadily, but I didn't know how long it normally took to do. When I told Harry I was done, he came by to inspect the job. He just grunted his approval.

The next day I was back to cleaning reactors. I learned later that the regular employees weren't very happy with me; they normally took two weeks to clean the gas filter. I never had any further problems with Harry, especially after my arms and shoulders built up to the work. By the end of the summer, Lois was pretty impressed with my new physique.

1965: L'argent de poche

Après mon travail sur le pont Arc-en-ciel pour un dollar de l'heure seulement, un travail dans une usine chimique pour $2,25 de l'heure m'allait bien. Mes parents me payèrent les frais de scolarité à l'université, mais je devais gagner de l'argent de poche moi-même. Puisque Lois et moi sortions ensemble chaque weekend, c'était devenu très important.

Le travail dans l'usine chimique était très différent de celui que j'avais fait comme agent de circulation sur le pont. La plupart du temps, je devais nettoyer les vaisseaux de réaction dans lesquels la résine était faite. Pendant le processus, la résine s'accumulait dans les réacteurs sous forme de masse de caoutchoucs durs. Ce n'était pas facile de l'enlever. Cela exigeait un marteau, un burin très aiguisé et beaucoup de musculature que je n'avais pas. Certaines personnes ne considéraient pas le travail comme un boulot difficile et physique, mais c'était tout pour moi. Au début de l'été, je mesurais plus de deux mètres, mais je pesais moins de soixante-huit kilogrammes. J'étais très maigre!

Je choisissais un endroit sur la résine, positionnais le burin, donnais le coup de marteau jusqu'à ce que mes bras aient été fatigués et puis je me reposais quelques secondes. Au début de l'été je ne pouvais pas donner de coups de marteau continuellement à la façon des employés pleins-temps. Je travaillais aussi régulièrement que je pouvais, mais à tout moment, Harry le patron, me regardait dans un réacteur il lui semblait toujours que je me reposais les bras. Après un certain temps, il commença à me réprimander. Il pensait que je fuyais mes responsabilités, mais ce n'était pas vrai et je ne savais pas le convaincre autrement.

Un matin Harry me prit à l'écart : « J'ai un travail particulier juste pour vous. » Il me ramena à un immeuble loin que je n'avais jamais vu auparavant et il indiqua un réservoir énorme dehors qui ne resemblait rien à ce que j'avais vu jusqu'ici. « C'est un filtre pour le gaz que nous utilisons pour faire de la résine. Vous allez le nettoyer. Je veux que vous y travailliez jusqu'à ce que ce soit fini ! »

Ce filtre avait un dôme au sommet et un dôme renversé au bas qui devaient être démontés entièrement. Ils étaient attachés au réacteur par des centaines de grands étaux pouvant être enlevés seulement avec une clé ouverte possédant une mâchoire de cinq centimètres et un manche de plus d'un mètre. Ce travail me prenait toute la journée.

Le jour suivant, j'ouvris le filtre. J'utilisai une grue au-dessus pour enlever et faire bouger le dôme au sommet et j'utilisai un chariot particulier pour baisser et faire bouger le dôme renversé en bas. J'étais surpris de trouver que ce n'était pas une grande bouteille comme les réacteurs que j'avais nettoyés. Au contraire, le filtre consistait en plusieurs milliers de pipes verticales remplies de charbon activé.

Je dus monter au sommet du filtre avec un tuyau métallique qu'on pouvait insérer dans les pipes du filtre. Ce tuyau était connecté à un tuyau d'eau et avec un mouvement de haut en bas je le guidais dans chaque pipe pour vider le charbon. C'était vraiment un travail ennuyant et répétitif.

J'étais indigné d'avoir choisi de le faire. J'avais vraiment fait de mon mieux quand j'avais été en train de nettoyer les réacteurs. Pourquoi Harry ne pouvait-il pas le voir ? Plus je pensais à cela, plus je devenais déterminé à lui montrer que je pouvais faire n'importe quel boulot il m'assignait. J'accélérai le mouvement et je travaillai furieusement.

Après que toutes les pipes étaient vidées, je rattachai le dôme renversé qui se trouvait en bas, je rechargeai les pipes avec du nouveau charbon activé et je rattachai le dôme au sommet. Ce travail m'occupait toute la semaine. J'avais travaillé régulièrement, mais je ne savais pas combien de temps cela prenait normalement. Quand je dis à Harry que j'avais fini la travaille, il vint l'inspecter, puis hocha la tête en signe d'acquiescement.

Le jour suivant, je retournai nettoyer les réacteurs. J'appris plus tard que les employée pleins-temps n'étaient pas heureux de moi. Il leur fallait faire normalement deux semaines pour nettoyer le filtre de gaz. Je n'avais aucun problème avec Harry, particulièrement après la musculature des bras et des épaules développée par le travail. Vers la fin de l'été, Lois était impressionnée de mon nouveau physique.