Enable JavaScript.

A Stroll-O-Chair. This picture was copied from an Internet advertisement.

1969: The Stroll-O-Chair

"The Stroll-O-Chair is everything you need for a new baby. Everything! It's a cradle, a carriage, a stroller, a high chair, a rocking chair, a car seat, a changing table, a child's chair and a play table. It is all of the furniture you need when you have a baby in the house, all in one great product of the highest quality, which I am offering you at a great price. If you were to go out and buy all of this furniture individually, it would cost a fortune. The Stroll-O-Chair is everything you need for a new baby!"

Alex had telephoned for an appointment in our apartment. He had said he was recommended by Lois' obstetrician and it was important he speak with us before the birth of our baby. However, he didn't say that he was actually a salesman and that he had bought our name from the obstetrician. When I realized I had let a salesman into our home I was annoyed, but Alex was a fast talker and he quickly had us spell-bound.

The Stroll-O-Chair was a kit whose parts could be combined in various ways. There was set of wheels, a table and a rocker base on which you could attach a cradle or a chair. You could configure them into all the items Alex described in his sales pitch. He showed us fancy colored brochures and samples of the materials, and I was impressed by everything I saw. However, I thought the price was awfully high.

Alex could see that Lois and I liked what he showed us, but that we were hesitating. So he continued his sales pitch, "You want your baby to have the best comfort and safety possible, don't you?"

"Well yes, but…" I started to say.

"The Stroll-O-Chair is truly the Cadillac of baby furniture !" he interrupted.

"But isn't there a Chevy at a lower price?" I joked.

"No, I'm afraid not. But if you don't buy a Stroll-O-Chair, you'll have to buy all of the other items individually, and that would cost a lot more. "

"That may be true, but we wouldn't have to buy them all at the same time, at so high a price," Lois said.

Alex dug into his sales case and pulled out a brochure about a fancy baby crib. "I'll tell you what I can do to make this price more reasonable for you. If you buy the Stroll-O-Chair tonight, I'll add this beautiful crib to the deal for the same price. Just like the Stroll-O-Chair, it is made of the finest materials of the highest quality. It has a real mattress, not just a foam pad. And when your baby is a little bigger, the crib can be converted into a child's bed. So you'll be saving money in the long run. "

"He's right, we will soon need a crib," Lois said to me.

"With the crib as part of the deal, the price does make sense," I said, "but it's still a lot of money — more than we can really afford right now."

"We've only been married a year and a half and haven't been able to save very much," Lois added.

"Yes, I understand what you're saying," Alex sympathized, "but you're forgetting something."

"What's that ?" I asked

"This isn't just your first child," Alex said, "it's your parents first grand-child. I'll bet they'd be happy to help you buy this wonderful furniture for their first grand-baby."

Lois and I thought hard about this new idea.

"I think my parents would help us," Lois said.

"And I'm sure mine would too, but we should telephone them to see if they agree." I said turning to face Alex. "I'll call you tomorrow and let you know if we can buy it."

Alex shook his head. "No, I'm afraid that just won't work. My territory is huge and tomorrow I have to be in Albany. If you want to take advantage of this terrific deal, you'll have to sign the contract tonight. I'm sorry about that, but this is a take it or leave it deal."

Alex handed me the contract and a pen and showed me where to sign. I was being pressured, but I was torn between wanting to resist and wanting to buy. So, I reluctantly signed the contract. After a few pleasantries, Alex, packed up his sales kit and left, never to be seen again.

"I hope we've done the right thing," Lois said to me. I had a hollow feeling in my stomach, knowing we had been talked into something unforeseen by a high pressure salesman.

The next day, I called my Dad and told him about what we'd done. I repeated all the reasons Alex had given us why the Stroll-O-Chair was such a good product. He listened to me, but was very unhappy that I had assumed he would agree.

"Let's just hope the Stroll-O-Chair and crib are as good as what you've been told, " Dad finally said.

"I'm sure it is," I said. "You'll help us on this, won't you?".

"OK, I'll go along this time, but this time only!"

The goods were delivered three weeks later, but Richard, our new son, had been born before the delivery. Lacking a crib, he slept for a few nights in an open dresser drawer on a bed of towels.

The Stroll-O-Chair and crib were everything Alex had said about them. They were very well made of the best materials and it was indeed possible to reconfigure the Stroll-O-Chair into all the items necessary for a baby. All in all, it was a marvelous product. it served us well for our two children, my sister's three children, and those of her sister-in-law.

However, there is one more thing to be said about the Stroll-O-Chair. It seemed that I was forever reconfiguring it from one thing to another. After a while, I began to regret that I hadn't bought each item as a separate piece of furniture.

And one other thing, I have never allowed another uninvited salesman into my home!

1969: La Stroll-O-Chair

« La Stroll-O-Chair est tout ce dont vous avez besoin pour un nouveau-né. C'est parfait ! C'est à la fois un couffin, un landau, une poussette, une chaise haute, une chaise à bascule, un siège-auto, une table de toilette, une chaise pour enfant et aussi une table à jeu. Elle contient tous les accessoires de la meilleure qualité dont vous avez besoin pour votre bébé, je vous offre tout cela à un bon prix. Si vous deviez acheter les objets séparément, ce serait plus cher. La Stroll-O-Chair est tout ce dont vous avez besoin pour un nouveau-né ! »

Alex nous avait téléphoné pour un rendez-vous chez nous et nous avait dit qu'il avait été recommandé par l'obstétricien de Lois et que c'était important qu'il nous parlât avant la naissance de notre bébé. Cependant, il ne nous avait jamais dit qu'il était en réalité vendeur et qu'il avait acheté notre nom chez l'obstétricien. Quand je réalisai que j'avais laissé entrer un vendeur dans mon appartement j'étais un peu ennuyé, mais il avait parlé si vite qu'il nous avait pris de vitesse. Nous étions éberlués.

La Stroll-O-Chair était un kit dont on pouvait combiner les pièces de diverses façons. Parmi celles-ci, il y avait un chariot, une table et une bascule auxquels on pouvait attacher un couffin ou une petite chaise et qu'on pouvait configurer à tous les composants qu'Alex décrivait dans son baratin. Il nous montra de belles brochures et des exemplaires de matériaux et j'étais impressionné par tout ce que je voyais. Cependant, je pensais que le prix était un peu cher.

Alex pouvait voir que Lois et moi aimions tout ce qu'il nous avait montré, mais nous hésitâmes encore. Ainsi il continua avec son argumentaire :
— Ne voulez-vous pas le meilleur confort ? En plus, c'est un produit sûr pour votre bébé ?
— Oui, mais…
— La Stroll-O-Chair est vraiment la Cadillac des poussettes pour les bébés, vous savez !
— Oui, mais n'auriez-vous pas de Chevy à un prix moins cher ?
— Non, je suis désolé. Mais si vous n'achetez pas la Stroll-O-Chair, vous devriez acheter tous les éléments séparément et cela vous coûterait plus.
— Peut-être, mais nous ne voulons pas acheter le combiné à ce prix exorbitant, dit Lois.

Alex plongea la main dans son sac et retira une brochure sur laquelle il y avait un beau berceau.
— Je vais faire en sorte que le prix soit plus raisonnable. Si vous achetez la Stroll-O-Chair ce soir, j'ajouterai ce berceau de luxe pour le même prix. Comme la Stroll-O-Chair, il est fait de matériaux d'excellente qualité avec un vrai matelas qui n'est pas juste remplie d'éponge. Et quand votre bébé sera plus grand, le berceau peut se transformer en lit. Ainsi, vous économiserez à la longue.
— C'est vrai, nous aurons besoin d'un lit bientôt, me dit Lois.
— Avec le lit, le prix est raisonnable, mais c'est encore cher… C'est plus que nos moyens actuels, dis-je.
— Nous nous sommes mariés il y a seulement une année et demi et nous n'avons pas fait assez d'économies de l'argent pour cela, ajouta Lois.
— Oui, je comprends, mais vous oubliez quelque chose, ajouta Alex d'un air sympathique,
— Quoi ? Demandé-je.
— Ce n'est pas seulement votre premier bébé, c'est aussi le premier petit-fils de vos parents. Je suis sûr qu'ils seraient heureux de vous aider à payer cette poussette exceptionnelle pour leur premier petit-fils.

C'était une idée fulgurante. Lois et moi y mensâmes profondément.
— Je pense que mes parents nous aideront, dit Lois.
— Sans doute, les miens aussi, mais nous devons leur téléphoner pour voir leur avis, et vous Alex, je vous recontacterai demain pour vous dire ce qu'il en est.
— Alex hocha la tête : Non, j'ai peur que cela ne marche pas. Mon secteur de vente est très grand et il faut que j'aille à Albany demain. Si vous voulez profiter de ce bon prix, vous devez signer le contrat ce soir. Je suis désolé, mais c'est à prendre ou à laisser.

Alex m'offrit le contrat et un stylo et me montra où je devais signer. Il faisait pression sur moi et j'étais partagé entre le désir de résister et celui d'acheter. Ainsi, malgré ma réticence, je signai le contrat. Après quelques plaisanteries, Alex fit ses valises et partit à jamais.

Lois me dit : « J'espère que nous avons agi rationnellement. » J'avais l'impression d'avoir été manipulé par un vendeur de choc.

La journée suivante je téléphonai à mon père et je lui racontai ce que nous avions fait. Je répétai toutes les raisons qu'Alex m'avait avancées sur cette fabuleuse poussette combinée. J'avais assumé qu'il serait d'accord, mais cela ne l'avait pas enchanté :
— Espérons que le produit est aussi bon que le vendeur le prétend.
— Faites-moi confiance ! Tu nous donneras un coup de main ?
— OK, cette fois-ci et seulement cette fois-ci !

Les marchandises étaient livrées trois semaines après. Richard, notre fils aîné, était né avant la livraison. Sans berceau, il avait dormi quelques nuits sur les serviettes placées en guise de lit dans le tiroir ouvert d'une commode.

La Stroll-O-Chair et le berceau avaient toutes les qualités qu'Alex avait mentionnées. Elle était très bien faite non seulement avec les meilleurs matériaux, mais aussi elle était démontable. En tout, c'étaient un produit merveilleux. Elle avait bien servi pendant plusieurs années à nos deux enfants, aux trois enfants de ma sœur et à ceux de sa belle-sœur.

Pourtant, un problème demeurait : j'avais l'impression que l'action de démonter et de remonter la Stroll-O-chair était un perpétuel recommencement. Je commençai à regretter de n'avoir pas acheté les éléments séparément.

Après cette mésaventure, je me suis juré de ne plus jamais permettre à un autre vendeur d'entrer chez moi à l'improviste !