Enable JavaScript.

1976: A Practical Joke

Tom's hand was poised in the air, ready to give a Karate chop to the end of the cigarette balanced on top of a newly opened pack. "So here goes. The bet is a buck. I'm going to hit the end of the cigarette. It'll flip over in the air, and land in that empty coffee cup."

"OK, a buck." Larry answered. "This, I've got to see."

Tom's hand came down with a crash that flattened not only the cigarette, but the whole pack under it.

"My cigarettes!" Larry yelled.

"I guess I missed." Tom replied with a grin, as he slid a dollar over to Larry.

Everyone in the meeting howled with laughter — except for Larry. He'd been had, but eventually, he too began to laugh.

Our meetings were lively affairs. Everyone working on the

, project was passionately involved in the work, but there was always time for a good joke. On this occasion, Tom Schwalen, Larry Shumway, Wayne Evans and I were meeting with Howard Botterill, the project's usability guru. The subject was an interface for command entry. Tom and Larry were responsible for job management; Wayne was in charge of command definition and processing; and my responsibility was command logging.

This was in the days before programmable workstations could support mice and fancy graphical user interfaces. Our choices were between menus, fixed format screens and scrolling teletype-like displays. Howard was arguing for menus of commands and fixed format prompts for command parameters. "This way, the operator doesn't have to remember command and parameter names, or what values are valid for a particular parameter." he was saying.

"Given the number of commands we're going to have, that would be really useful." Tom added.

"Yes, but all of those menus will drive experienced users crazy." Larry replied. "There really ought to be a way to just type commands if you know them."

"And what if a user just wants to repeat a command he entered just a few minutes ago?" I added. "Shouldn't there be a way to just select it and do it again? We have the command in the job log. Why make him retype it?"

The discussion went on for several weeks, with proposals considered, rejected and combined. One of my proposals was that the command entry screen just be a scrolled display of the contents of the job log. Users could enter new commands at the bottom of the log, or copy other commands on the log to the bottom for execution. After all, all commands had to be logged anyway. Eventually, this was combined with Howard's menus and prompts to give the user two different ways of working, with easy navigation between them.

Years later, after the System/38 (as Pacific was marketed) had been announced, I wrote an article for the Communications of the Association for Computing Machinery about the usability features of the System/38, emphasizing the importance of Howard's usability committee. I received a letter that was critical of the fact that a bunch of programmers had presumed to decide what constituted a good interface, instead of working with psychologists and doing formal usability experiments. But given the constraints of the hardware we were working with, I'm frankly doubtful they would have done much better. Howard did a good job of keeping up with the literature on usability, and among us, we'd used quite a number of different systems, and had a body of experience to work with.

1976: Une blague au travail

La main de Tom était posée en plein air, prêt à donner un coup de Karate sur le bout d'une cigarette qui était en équilibre au-dessus d'un paquet de cigarettes ouvert récemment. « Eh bien, on y va. Le pari est d'un dollar. Je vais donner un coup sur le bout de la cigarette. Il se retournera en l'air et atterrira dans cette tasse vide. »

« OK, un dollar, » a répondu Larry. « Ceci je dois le voir, ça. »

La main de Tom est descendue avec un telle vitesse qu'elle a écrasé non seulement la cigarette, mais aussi tout le paquet en dessous.

« Mes cigarettes ! » a hurlé Larry.

« Je pense que j'ai manqué, » a répondu Tom avec un sourire, en même temps qu'il remettait un dollar à Larry.

Tout le monde dans la réunion était mort de rire — sauf Larry. Il a été dupé, mais finalement il a commencé à rire aussi.

Nos réunions étaient des sessions bien animées. Tout le monde qui travaillait sur le projet

, s'était engagé passionnément dans le travail, mais il y avait toujours le temps pour une bonne blague. À cette occasion, Tom Schwalen, Larry Shumway, Wayne Evans et moi avions une réunion avec Howard Botterill, le gourou d'utilisabilité du projet. Le sujet portait sur l'interface pour l'entrée des commandes. Tom et Larry étaient responsables de la gestion des travaux ; Wayne était chargé de la définition et du traitement des commandes ; et ma responsabilité était l'enregistrement des commandes dans l'historique du travail.

C'était des années avant que les terminaux puissent être programmés et qu'ils puissent surporter des souris et des interfaces graphiques. Nos choix étaient parmi des menus, des écrans de formats fixés et des écrans qui défilaient vers le bas. Howard s'est battu pour les menus de commandes et pour les guides-usagers pour les paramètres des commandes :
— De cette façon, il n'est pas nécessaire pour les usagers de mémoriser les noms des commandes et des paramètres, ou les valeurs qui étaient valides pour chaque paramètre.
— Etant donné le nombre des commandes que nous aurons, cela serait utile, Tom a dit.
— Oui, mais tous ces menus rendront des usagers experimentés fous, a dit Larry. Il doit y avoir un moyen d'entrer des commandes directement si vous le connaissez.
— Et si l'usager veut répéter une commande qu'il vient d'entrer ? j'ai ajouté. N'y aurait-il pas un moyen de le sélectionner et de le faire encore ? Pourquoi devrait-il le faire re-entrer ?

Cette discussion a continué pendant plusieurs semaines, avec des propositions considérées, rejetées et combinées. Une de mes propositions était que l'écran pour l'entrée des commandes soit un défilé de l'historique du travail. Les usagers pouvaient entrer de nouvelles commandes au bas de l'historique ou en copier une au bas pour exécution. Après tout, des commandes doivent être ajouter à l'historique en tout cas. Finalement cette proposition était combinée avec des menus et des guides-usagers de Howard. Cela a donné aux usagers deux moyens de travail, avec une navigation facile entre les deux.

Plusieurs années plus tard, après le Système/38 (comme Pacific était commercialisé) avait été annoncé, j'ai écrit un article pour le Communications of the Association for Computing Machinery au sujet des facilités du Système/38 pour les usagers. J'ai reçu une lettre qui était critique du fait qu'un groupe des programmeurs avait présumé de décider ce qui était une bonne interface, au lieu de travailler avec des psychologues et faire des expériences d'utilisation de pures formes. Mais etant donné les contraintes des matériels que nous utilisions, j'ai douté qu'ils puissent faire mieux. Howard a fait la mise à jour avec la littérature sur utilisation et parmi nous, nous avons utilisé plusieurs systèmes et nous avons eu beaucoup d'expérience.

Cover of the August, 1981 issue of Communications of the ACM