Enable JavaScript.

A map of Isle Royale.

1978: Isle Royale National Park

Isle Royale is an archipelago in Lake Superior that became part of the United States by the 1783 treaty with Great Britain, even though it is much closer to Canada. Approximately 45 miles long and 8.5 miles wide, there is one large island surrounded by 450 small islands. Geologically, the island consists of a series of parallel ridges formed by tilted geological strata that run the length of the island. Numerous small lakes and bogs lie in the low areas between ridges. Forests and meadows cover the ridges. Hiking trails run the length of the island on the ridges, with cross trails leading to the coasts. This is an altogether enchanting natural wonderland.

We had recently moved to Rochester, Minnesota and were well settled in our new home. A colleague mentioned that he had taken his family on a backpacking trip to Isle Royale National Park; I found this intriguing. One had to cross half the width of Lake Superior to get there and once there backpacking was the only way to get around the island as there were no roads or cars or busses.

See HERE for more information on Isle Royale and on camping there.

1978: Le parc national Île Royale

L'Île Royale est un archipel dans le lac Supérieur qui est devenu une partie des États-Unis par le traité de 1783 avec la Grande-Bretagne, même si elle est beaucoup plus proche du Canada. À environ 72,4 kilomètres de longueur et 13,7 kilomètres de large, il y a une grande île entourée de 450 petites îles. Géologiquement, l'île se compose d'une série de crêtes formée par des strates géologiques inclinées qui courent le long de l'île. Des nombreux petits lacs et marais se trouvent dans les zones basses entre les crêtes. Des forêts et prairies couvrent les crêtes. Des pistes de randonnée courent tout le long de l'île sur les crêtes, avec des sentiers croisées menant aux côtes. C'est un pays merveilleux complètement enchanteur.

Nous avions récemment déménagé à Rochester, au Minnessota et nous étions bien installés dans notre nouvelle maison. Un collègue a mentionné qu'il emmenait sa famille pour randonner sac au dos au parc national Île Royale ; je l'ai trouvé fascinant. Il fallait traverser la moitié de la largeur du lac Supérieur pour y arriver et une fois-là, la randonnée était la seule façon de faire le tour de l'île car il n'y avait pas de route ni des voitures ni des bus.

Regardez ICI pour plus d'information au sujet de l'Îsle Royale et pour faire du camping la-bas.


The ranger station at Rock Harbor.
The ranger station at Rock Harbor.
La station des rangers à Rock Harbor.

To get to Isle Royale, we drove for eight hours from Rochester to Copper Harbor at the tip of the Keweenaw Peninsula in Northern Michigan. The next morning, we boarded the Isle Royale Queen for a ferry ride of four stomach churning hours to Rock Harbor on the Northeast end of Isle Royale, where there is a lodge and ranger station. Fortunately, my colleague had warned me to take Dramamine tablets before getting on the ferry. All of the other passengers (and some of the crew) became seasick during a rough crossing of 55 miles of Lake Superior.

At Rock Harbor, we took a water taxi for seven miles along the southern coast of Isle Royale to Daisy Farm, our first campsite. The hike back to Rock Harbor would be closer to ten miles as we planned to hike inland on the Greenstone Ridge Trail. This may not seem to be much of a weekend hike, but it was enough for a family new to backpacking, especially considering that Richard was only nine years old at the time and Adam only seven.

Not to brag too much, but we were a good looking family. We wore matching red, white, and blue striped T-shirts, blue jeans and sturdy hiking boots, and we each had a backpack with a supporting frame and waist band. The boy's backpacks were just big enough for a change of clothes, a small sleeping bag, and some snacks. Lois' larger backpack held a change of clothes, her sleeping bag, cooking utensils, and a portion of our food supply. My still larger backpack contained a change of clothes, my sleeping bag, the rest of our food, a nylon 4-person tent, a small camping stove, and two quarts of white gas. Why so much gas? It was needed to boil water and kill any parasites; .4 micron filters were not available at that time.

Pour se rendre à l'Île Royale, nous avons roulé pendant huit heures de Rochester à Copper Harbor à la pointe de la péninsule Keweenaw dans le nord du Michigan. Le lendemain matin, nous sommes montés à bord de « Isle Royale Queen » pour un trajet en ferry de quatre heures ou l'estomac à rude épreuve pour arriver à Rock Harbor sur l'extrémité nord-est, où il y a des loges et un poste de rangers. Heureusement, mon collègue m'avait conseillé de prendre des comprimés de Dramamine avant de monter dans le ferry. Tous les autres passagers (et certains membres de l'équipe) ont eu le mal de mer pendant une traversée houleuse de 88 kilomètres du lac Supérieur.

À Rock Harbor, nous avons pris un taxi bateau pendant 11 kilomètres le long de la côte sud de l'Île Royale jusqu'à Daisy Farm, notre premier terrain de camping. Le retour à Rock Harbor serait plus proche de 16 kilomètres parce que nous avions prévu de partir en randonnée par l'intérieur sur la piste Greenstone. Cela ne semble pas être très longue pour une randonnée d'un weekend, mais ce fut suffisant pour une famille qui randonnée avec sac à dos pour la première fois, surtout étant donné que Richard avait seulement neuf ans à l'époque et Adam sept.

Sans trop me vanter nous étions une famille très belle. Nous portions tous un T-shirt rayé rouge, blanc et bleu, un jean bleu, des bottes de randonnée robustes et nous avions chacun un sac à dos avec un cadre et une ceinture de soutien. Les sacs à dos des garçons étaient seulement assez grands pour un changement des vêtements, un petit sac de couchage et quelques collations. Le plus grand sac à dos de Lois a tenu un changement de vêtements, son sac de couchage, des ustensiles de cuisine et une partie de notre nourriture. La plus grande encore sac à dos était la mien. Il contenait un changement de vêtements, mon sac de couchage, le reste de notre nourriture, une tente en nylon pour quatre personnes, un petit réchaud de camping et deux litres de gaz blanc. Pourquoi tant de gaz ? Il a été nécessaire de faire bouillir l'eau pour tuer tous les parasites ; les filtres 0,4 micron n'étaient pas disponibles à ce moment-là.


A screened-in lean-to at Daisy Farm.
A screened-in lean-to at Daisy Farm.
Un cabine avec une moustiquaire à Daisy Farm.

Pitcher plants.
Carniverous pitcher plants.
Des népenthés carnivores.

Blueberry bush.
A blueberry bush.
Un buisson des bleuets (ou myrtilles ).

We spent our first night at Daisy Farm in a lean-to rather than in the tent. The rest of the afternoon, we wandered along the shore of Lake Superior looking for agates among the beach pebbles. As we were in a sheltered, shallow bay, I thought swimming might be possible, but dipping a toe into water that was frigid even in August convinced me that it really wasn't a good idea. A spaghetti dinner and an evening around a campfire ended our first day.

The following morning, bright sun and warm breezes greeted us. After breakfast, we hit the cross-island trail leading up to the Greenstone trail along the top of the highest, most central ridge. To get there, we had to climb over intervening ridges, but the trail was well marked and the ascent through pine woods was not too difficult. Between the ridges were streams and bogs that were crossed by bridges and boardwalks. In the bogs we could see beaver dams and the small ponds they formed, but there were no beavers in sight. We didn't expect to see the moose or wolves that inhabit the island as they were quite rare and we were on a very popular trail. Something we did see, however, were carnivorous pitcher plants, which we examined in detail; bugs could get into the pitcher, but they couldn't get out.

We crossed a beautiful, sunny meadow in which there were numerous low bushes. A wonderful scent filled the air; it seemed familiar, but what was it? Blueberries! A quick examination of those low bushes showed we were indeed in a blueberry field and the berries were ripe and ready to eat. In an instant, four hikers shed their backpacks, dropped to their knees among the bushes, and began gobbling succulent blueberries by the handful. Delicious!

Nous avons passé notre première nuit à Daisey Farm dans un cabine plutôt que dans la tente parce qu'il était disponible et plus confortable. Le reste de l'après-midi, nous nous sommes promenés le long de la rive du lac Supérieur cherchant des agates parmi des galets de la plage. Puisque nous étions dans une baie abritée et peu profonde, j'ai pensé que la natation aurait pu être possible, mais tremper un orteil dans l'eau glaciale même en août m'a convaincu que cela n'était pas une bonne idée. Un diner de spaghetti et une soirée autour d'un feu de camp terminaient notre première journée.

Le lendemain matin, le soleil et des brises chaudes nous ont accueillis. Après le petit déjeuner, nous avons pris la piste menant vers la piste Greenstone, sur la crête centrale. Pour y arriver, nous avons du monté au-dessus des crêtes intermédiaires, mais la piste était bien marquée et l'ascension qui traversait la forêt n'était pas trop difficile. Entre les crêtes, il y avait des ruisseaux et des marais qui étaient traversés par des ponts et des trottoirs en planches. Dans les marais nous pouvions voir les barrages de castors et les petits étangs qu'ils formaient, mais il n'y avait pas de castors en vue. Nous ne nous attendions pas voir les orignaux ou les loups qui habitaient sur l'île parce qu'ils étaient assez rares et nous étions sur une piste très populaire. Quelques choses que nous avons pu observer, cependant, étaient des népenthès carnivores, qui nous avions examinés en détail ; des insectes pouvaient entrer dans l'urne, mais ils ne pouvaient pas ressortir.

Nous avons traversé une belle prairie ensoleillée dans lequel il y avait de nombreux buissons bas. Un parfum merveilleux remplissait l'air ; il semblait familier, mais qu'est-ce que c'est ? Bleuets ! Un examen rapide de ces buissons bas montrait que nous étions vraiment dans un champ de bleuets et les baies étaient mûres et toute étaient prêtes à manger. En un instant, quatre randonneurs ont perdu leurs sacs à dos, se sont mis sur les genoux parmi les buissons et ont commencé à engloutir les bleuets succulents par poignée. Délicieux !


Crossing a bog on a plank bridge.
Crossing a bog on a plank bridge.
Traversant un marais sur un pont des planches.

Thimbleberry bush.
A thimbleberry bush.
Un buisson de « thimbleberry ».

The view from the ranger tower.
The view from the ranger tower.
La vue de la tour des rangers.

To reach the Greenstone trail, we climbed approximately 500 feet from the shore of Lake Superior. Climbing still higher in a Forest Service fire tower, we could look over the tops of the trees. We could see Canada to the North, past the forests, inland lakes and offshore islands of Isle Royale, and past twenty miles of Lake Superior. To the South, there were more forests, lakes, islands, and then Lake Superior all the way to the horizon.

Beautiful views, but after several miles I began to feel the weight of my heavily laden backpack. Lois and the boys were doing fine, but I needed occasional rest stops. And of course, we stopped for a gourmet lunch of squeeze cheese, crackers, summer sausage, candy bars, and Kool-Aid.

The cross-island trail South to Three Mile Camp took us down to Lake Superior. Along the way, we noticed low plants whose leaves looked like those of maple trees and which had ripe, red berries that looked like raspberries, which they clearly were not. What were they? Were they edible? After the earlier blueberry patch, the boys wanted to try them, but not knowing what they were, I vetoed that idea. The last thing we needed was stomach cramps and vomiting. Better safe than sorry.

Pour atteindre la piste Greenstone, nous avons grimpé à environ 152 mètres au-dessus de la rive du lac Supérieur. Montant encore plus haut dans une tour d'observation des feux du Service de Forêts, nous pouvions regarder par-dessus les cimes des arbres. Nous pouvions voir le Canada dans le Nord, au-delà des forêts, les lacs intérieurs et les îles costales de l'Île Royale et les 32 derniers kilomètres du lac Supérieur. Au Sud, il y avait plus de forêts, des lacs et puis le lac Supérieur jusqu'à l'horizon.

Belles vues, mais après plusieurs kilomètres j'ai commencé à sentir le poids de mon sac à dos lourdement chargé. Lois et les garçons marchaient bien, mais j'avais besoin d'arrêts occasionnels. Et bien sûr, nous nous sommes arrêtés pour un déjeuner gastronomique avec du « squeeze cheese » (ou fromage en tube), des biscuits salés, du saucisson d'été, des tablettes de chocolat et du « Kool-Aid » (ou le jus de fruit instantané).

La piste qui traversée l'île vers le Three Mile Camp nous a emmené au lac Supérieur. Sur le chemin, nous avons remarqué des plantes basses dont les feuilles étaient comme celle des érables et des baies rouges et bien mûres qui ressemblaient à des framboises, mais celles-là n'étaient pas vraiment. Quels étaient-elles ? Étaient-elles comestibles ? Après le champ des bleuets plus tôt, les garçons voulaient les essayer, mais ne sachant pas ce qu'elles étaient, j'ai mis mon veto à cette idée. La dernière chose dont nous avions besoin était des crampes d'estomac et des vomissements. Mieux vaut prévenir que guérir.


A rest stop in a high meadow.
A rest stop in a high meadow.
Un repose dans un haut prairie.

Lunch on the Greenstone trail.
Lunch on the Greenstone trail.
Déjeuner sur la piste Greenstone.

We reached Three Mile camp in late afternoon. We were again fortunate to find a screened-in lean-to for the night; I had lugged the tent all day for no reason! Dinner that evening consisted of instant, just-add-water, Mac & Cheese with slices of pepperoni. We hit the sleeping bags early that night, after a campfire of course, because we were all tired from the day's exertions. It had been a grand day hiking together as a family.

The next morning, after a leisurely breakfast of oatmeal, instant coffee, and instant orange juice, we walked the three remaining miles to Rock Harbor, getting there in plenty of time for the the return to Copper Harbor. Thinking about the four hour ferry ride ahead of us, I regretted not having paid for a much faster and more comfortable float plane ride, but that would have been much more expensive for four people.

Again, we took Dramimine before getting on the ferry. We resigned ourselves to another roller-coaster ride over the ocean-sized waves of Lake Superior, but this time the water was much calmer and we were able to pass time reading and playing cards.

Nous avons atteint le Three Mile Camp en fin de l'après-midi. Nous avons de nouveau la chance de trouver une cabine pour la nuit ; j'avais porté la tente toute la journée pour aucune raison ! Pour le dîner ce soir-là il fallait juste ajouter de l'eau dans « Mac and Cheese » d'instanté (des pâtes et du fromage fondu) ainsi que des tranches de pepperoni. Nous sommes entrés tôt dans les sacs de couchage tôt cette nuit-là, après un feu de camp bien sûr, parce que nous étions tous fatigués des efforts de la journée. Ça avait été une bonne journée de randonnée en famille.

Le lendemain matin, après un petit-déjeuner tranquille avec du porridge, du café instantané et du jus d'orange instantané, nous avons marché les 4,8 kilomètres restants jusqu'à Rock Harbor, enfin d'y arriver à temps pour le retour à Copper Harbor. En pensant au sujet des quatre heures de ferry devant nous, j'ai regretté de ne pas avoir payée pour le plus rapide et le plus confortable hydravion, mais cela aurait été beaucoup plus coûteux pour quatre personnes.

Nous avons encore pris des comprimés de Dramamine avant de monter sur le ferry. Nous nous sommes résignés à un autre tour de montagnes russes sur les grandes vagues de l'océan Supérieur, mais cette fois, l'eau était beaucoup plus calme et nous avons pu passer le temps à lire et jouer aux cartes.


On the trail to Rock Harbor.
On the trail to Rock Harbor.
Sur la piste à Rock Harbor.

Crossing a stream between ridges.
Crossing a stream between ridges.
Traversant un ruisseau entre les crêtes.

At Copper Harbor, we loaded our equipment into the car and then decided to take a short walk to check out tourist shops selling local products. Among them we found jars of homemade "Thimbleberry Jam." On the label were picture of low plants with maple-like leaves and red berries like raspberries. So that's what those berries were! They were edible, and we had passed by acres of them that were ripe and ready to eat. Oh well, next time. But, alas, next time never came.

Au Copper Habor, nous avons chargé notre équipement dans la voiture et puis avons décidé de faire une courte promenade pour visiter les boutiques touristiques vendant les produits locaux. Parmi eux, nous avons trouvé des pots de « Confiture Thimbleberry » maison. Sur l'étiquette il y avait une photographie de plantes basses avec des feuilles d'érables et des baies rouges, comme des framboises. Voilà ce que ces baies étaient ! Elles étaient comestibles et nous sommes passés dans des hectares de celles qui étaient mûres et prêtes à manger. Ce sera pour la prochaine fois ! Mais, hélas, la prochaine fois n'est jamais venue.


Waiting for the ferry to Rock Harbor.
Back at Copper Harbor.
Le retour à Copper Harbor.