Enable JavaScript.

View from the loft.

1987: The Cat Flight

Doesn't a hard working guy deserve a nap on a Sunday afternoon? I thought so, and for once my family was thankfully somewhere else. I could expect peace and quiet for at least an hour; so I settled into my Lazy Boy recliner in the living room, pulled a blanket over myself and closed my eyes. Ah yes, peace and quiet: not a sound to be heard, no screaming kids, no banging of pots and pans in the kitchen. Quiet bliss! … For all of about three minutes.

Just as I was drifting off to sleep, a high pitched scream pierced my consciousness. "What the hell?" I turned my head toward the kitchen from whence the sound had originated and and from whence it was being repeated. At first, I couldn't identify it. "Was someone hurt?" But then, I saw Pepper, one of our two cats, come running out of the kitchen in a panic. Pierre, the other cat, was hot on his tail, hissing mad about something.

They passed within inches of my chair and headed into the foyer. From there, they went up the stairs to my den in the loft that overlooked the living room. Pepper was boxed in with nowhere else to go and Pierre was about to pounce on him. Pepper backed up to the railing, turned and made a desperate decision. With a single bound, he jumped through the railing and into the open air.

From my still recumbent position in the Lazy Boy, I could see Pepper spread his legs wide, as if he were a flying squirel who could glide to a safe landing. It looked like he was aiming for my face, which might have lessened his fall a few feet, but wouldn't have been very pleasant for me. I raised my arms to protect my head.

Fortunately,Pepper's glide path fell a bit short and he landed on the carpet next to my chair. As he hit the floor, I could see his legs splay out and his ribs seemed to compress. He lay there, stunned, for a few seconds and then slowly got to his feet and walked to the kitchen.

But what about Pierre? Was he going to jump too? I looked up towards the loft and could see him at the railing. He just stood there shaking his head, not believing Pepper had actually jumped. Instead, he turned away and walked down the stairs.

An hour later, after finally getting my nap, I saw Pepper and Pierre cuddled up in a chair grooming each other. Too bad people can't resolve their problems as quickly as cats.

1987: Le chat volant

Un homme qui travaille bien mérite sa sieste dans l'après-midi du dimanche, n'est-ce pas ? Je suis d'accord avec cela et pour une fois ma famille était ailleurs, heureusement. Je pouvais me rejouir de la paix et du calme pour au moins une heure. Ainsi, je me suis installé dans ma chaise longe « Lazy Boy » dans le séjour, j'ai tiré une couverture sur moi et j'ai fermé les yeux. Ah oui, la paix, le calme : pas un son n'est entendu, pas de hurlement d'enfants, pas de claquement des marmites ou des casseroles dans la cuisine. Le calme, quelle bonheur ! … Pour juste trois minutes.

Tout comme je tombais en sommeil, un cri aigu a percé mon esprit. « Merde ! » J'ai tourné la tête vers la cuisine d'où émanait le bruit et qui se répétait. D'abord, je ne pouvais pas l'identifier. « Est-ce que quelqu'un s'est blessé ? » Et puis, j'ai vu Pepper, un de nos deux chats, courant de la cuisine en panique. Pierre, l'autre chat, était juste derriere lui, furieux à propos de quelque chose.

Ils sont passés à quelques centimètres de ma chaise et ils sont allés à l'entrée. D'où, ils ont monté les escaliers vers mon étude dans le grenier avec vue sur le séjour. Pepper qui s'est trouvé piégé n'avait nulle autre place où aller et Pierre était prêt de l'attaquer. Pepper a reculé, s'est tourné et a pris une décision désespérée. Avec un seul bond, il a sauté par-dessous la balustrade et a volé en plein air.

De ma position encore allongée dans la chaise longe, je pouvais voir Pepper écarter ses jambes sur les côtes comme s'il était un écureuil volant qui pouvait planer et atterrir en toute sécurité. Il semblait qu'il visait mon visage, qui pouvait raccourcir un peu sa chute, ce qui ne m'aurait pas fait plaisir. J'ai soulevé mes bras pour me protéger la tête.

Heureusement, la direction du vol de Pepper tombait un peu court et il a atteri sur le tapis près de ma chaise. Quand il a heurté le sol, je pouvais voir ses jambes ecartelées et ses côtes semblaient être comprimées. Il s'est allongé là, étourdi, pour quelques secondes et puis il s'est levé lentement et a marché vers la cuisine.

Et Pierre ? Sauterait-il aussi ? Je l'ai regardé dans le grenier à la balustrade. Il y est resté en hochant sa tête, ne croyant pas que Pepper venait vraiment de sauter. Au lieu de ça, il s'est tourné et a descendu les escaliers.

Une heure plus tard, après la sieste, j'ai vu Pepper et Pierre se faire des calins sur une chaise en faisant leur toilettage. Il est dommage que les hommes ne puissent pas résoudre leurs problèmes aussi vite que les chats.

Lois with Pepper and Pierre.