Enable JavaScript.

 

Micrograph of a craniopharyngioma

1988-2004: Craniopharyngioma

 

This is the story of our family's experiences with a brain tumor. Other families have undergone similar trials, in many cases trials much more severe than ours, with results much less positive. But this is our story and it is an important part of who we are.

 

As the summer of 1988 approached, Adam, our 16 year old younger son, talked to us about going to a week-long Japanese language immersion camp in northern Minnesota. We had heard good things about these camps, so we readily agreed. First, though, he needed a physical examination, a precondition for admission to the camp. The doctor's report indicated that Adam was a bit jaundiced, but that this could be easily corrected by taking iron pills. And yes, he could go to the summer camp.

This minor ailment was the start of eighteen years of medical concerns for Adam and our whole family. During the next year blood was drawn several times, indicating a low level of certain hormones normally found in growing boys of that age. This explained why Adam did not seem to be growing. At that age, Richard, our older son, was nearly my height, at six feet two inches. Lois and I had assumed that Adam would have a similar teen-age growth spurt, but it had not happened. Adam remained at about five feet four. It was possible that he would not grow very tall and that was OK, but he also seemed to be tired all the time and to not have much energy. So what was the underlying cause of these problems? This was a medical puzzle for an endocrinologist at the world famous Mayo Clinic.

During our first visit, Dr. Zimmerman ordered another series of blood tests and later a Magnetic Resonance Image (MRI) of Adam's head. An MRI of his head? What was that all about? At a follow-up visit, he informed us that a tumor the size of a golf ball, a craniopharyngioma, had destroyed Adam's pituitary gland, the so-called master gland of the human body. A series of MRIs over several months showed that the tumor was growing and would soon have drastic effects on Adam's life.

Dr. Zimmerman referred Adam to Dr. Davis, a neurosurgeon, who showed us the MRI images of his head. He patiently pointed out the location of the tumor, just above the optic nerves. He said the tumor had to be removed, but that it was a difficult operation with potentially severe side effects.

Adam had heard Dr. Davis, but he hadn't fully appreciated what had been said. That night, after dinner, we discussed where the tumor was located, what it had already done to him, and why an operation was necessary — all without going into the details of the operation itself. That was frightening to us and we did not want to scare him.

"But I feel good now," Adam remarked. "Do I really need this operation?"

"Yes, you do," Lois said. "If the tumor continues to grow, you could lose your eyesight or be paralyzed or lose some of your memories."

"I'm sorry you have this tumor," I added. "Dr. Davis told us that after the operation you will recover completely and have a good life, just like we have always wanted for you."

"Adam, you will have your whole family with you on this. All the way, no matter what happens." Lois added.

Adam was quiet for several minutes, thinking about what he had heard. I hesitated and then thought of something that might help him accept his condition. "Adam, you have to play the cards that are dealt to you. It's the same thing in life. You've gotten some pretty bad cards this time, but I know you can deal with this. Right now, it means having this operation. "

The operation was planned for the Monday morning of the following week. Dr. Davis had wanted to schedule it earlier, but Adam had insisted on waiting so that he could attend the Eagle Scout ceremony of his friend Joe. This delay also proved to be good for another reason. Saturday night we received a phone call from Dr. Davis. He wanted Lois and me to meet him, without Adam, at the Mayo Clinic at 8 AM on Sunday morning. He did not tell us the reason for the meeting; this concerned us greatly.

Dr. Davis met us at the employee's entrance and led us through the large, empty waiting room to a group of chairs in a smaller room. Most days, the Mayo Clinic is a hive of activity. Doctors, nurses, patients and family members hurry from one appointment to another, the air full of emotion. But that morning, the lights were turned off and there wasn't a sound to be heard. Through rain-streaked windows we could see a statue of a boy playing with a dolphin. It reminded us of a trip to Sea World in San Diego in which Adam had chased a dolphin around a pool to feed it. But this morning, that was just a fleeting image. We had no idea about what Dr. Davis would tell us, but a plethora of fears. Lois held my arm tightly, her hand trembling. Why had he asked to meet us in this way?

"I spoke with my colleagues at Johns Hopkins Hospital about Adam," he began. "They recently did two operations on tumors similar to Adam's. The results were not good. In one case, the patient, a 17 year old girl, died, and in the other case, the patient is still in a coma. Their operations were not precisely the same as Adam's, but his tumor is close to his optic nerves. There is a possibility he could be blinded. We still believe the operation will eventually be necessary, but right now Adam is feeling good and has no symptoms. So, there is no need for immediate action.

"It's possible that whatever we do will harm him, and we do not want to do that. We've decided that it is best to wait a while and see whether the tumor continues to grow. Adam will need to have MRIs, eye examinations and blood drawn every six months. Also, you need to carefully observe him and notice any changes in his behavior or personality.

"Today, you can go home and tell Adam that the operation has been postponed until tests tell us it is absolutely necessary."

Lois and I were relieved, and so was Adam. Still, he was in for a seemingly endless series of tests and doctor visits. Dr. Zimmerman again took charge of his case because of Adam's need for replacement hormones. We asked him if Human Growth Hormone (HGH) would be needed to get Adam growing again. His reply was that HGH was very expensive, its use tightly controlled, and it was normally prescribed only for severe growth problems. He said that other hormones would get Adam growing without HGH. The funny thing about this conversation was that Adam was already taller than Dr. Zimmerman.

Years passed. Adam graduated from high school, he went to college, he studied in France for a semester, he graduated, he began his career as a graphic designer. During all these years, Adam was faithful with his medication regime. At first, the necessary shots were administered by the nurse at his college, but eventually he had to do them himself. He hesitated for what seemed to be hours before doing it the first time, and then only because his roommate told him to "just do it and get it over with". Adam continued to grow until he was as tall as his brother and me.

After working in Madison for a year, Adam moved to Minneapolis to take advantage of the increased opportunities for work in a much larger city. Lois and I had moved to Minneapolis the preceding year, for the same reasons. We were glad to have him near us again. It was easier for us to be supportive if the need should arise.

Every six months, Adam dutifully went for examinations, as Dr. Davis had ordered. MRIs looked for tumor growth and eye examinations for changes in his peripheral vision, which would indicate impact of the tumor on his optic nerves. Each time, we waited anxiously for the results, hoping that the tumor had not grown, being reassured by good news.

But in 1998, the news was not good; the tumor had begun to grow again and an operation was necessary. However, neurosurgical technology had advanced and it would be possible to remove the tumor through Adam's nose. This seemed bizarre to us, but this delicate procedure would leave no scars on his face and he would recover rapidly. All of this was encouraging.

The operation was at the Mayo Clinic, with Adam sitting upright in a chair throughout the procedure. Dr. Davis told us that the operation had gone well, but that it was not possible for him to remove the entire tumor. There was still a small piece that he couldn't reach through the nose. Adam was out of immediate danger, but his biannual MRIs and eye examinations would have to continue. He was discharged from the hospital after only three days, with only mild swelling of his nose. Back at home in Minneapolis, he felt well enough to mow his lawn the same day.

The following years were good ones for Adam. He worked for advertising agencies and as a freelance graphic artist. He was always involved in one artistic endeavor or another, including an Art-a-Whirl show and a show at a coffee shop. His health was good, he was able to live independently and he had many friends. He knew he still had a tumor, but outside of the biannual MRIs, he just ignored it. For Lois and me, though, there was always that nagging question: would another operation be necessary?

In the Spring of 2002, Adam was actually surprised when told that the tumor had once again begun to grow and that it was now touching his optic nerves. He had been planning to move to Atlanta to go to an art school, but the operation had to come first. Dr. Davis told us this operation would be much more difficult, with a lot more risk. The big difference was that this time, the operation could not be through Adam's nose. He told us in some detail what he would have to do, things that were difficult for us to envision, including the removal of part of Adam's skull.

Our entire family waited together during the hours of the operation, encouraging each other but still fearful of what was happening in the operating room. Dr. Davis had gone into detail about the risks of this surgery. He had warned us that the personality of the Adam we knew and loved could be significantly changed; for example, from being someone warm and friendly to someone cold and distant. We could only hope that the operation would go perfectly and that the tumor would be finally and completely removed. Our confidence in Dr. Davis was a big help during these hours. He had consulted with colleagues and had delayed the first operation until it was absolutely necessary. We knew he would now do the best job anyone could expect.

But when we saw Adam in the recovery room after the operation, we were horrified by his appearance. His forehead and right eye were black, blue, purple and red. Just below his hairline there was a scar that extended across his forehead and down to his right ear. Along this scar we could see more than 40 angry stitches. It was as if Adam had been in a horrible car accident or that he had been stitched together by Dr. Frankenstein. It was all we could do to control our emotions.

Adam was awake and he recognized us, but he was having trouble understanding what had happened to him. He had forgotten that he was in the hospital and that he had had brain surgery. This wasn't unexpected. The loss of short term memory is often a result of anaesthesia. In general, it does not last long, but in Adam's case, problems with short term memory persisted for several months. He also forgot a lot about the months just before the operation. For example, he had taken a motorcycle trip in France and had written about it for "BMW Owner's News" magazine. He was surprised when he received the magazine and found an article with his own by-line, complete with pictures of himself.

His friends and family also helped him recover memories. Many of Adam's friends drove the 100 miles from Minneapolis to Rochester to visit him during the week he remained in the hospital. They helped him with memories, but also with their good spirit and affection. His brother, Richard, sat with him for many hours going over the 25 albums of family pictures that Lois had assembled over the years. They talked about the events and vacations of their childhood.

The month that followed was difficult for Adam. He lived with Lois and me while recuperating. His friend Mary, who is a physician's assistant, gently removed the stitches from his forehead — in our kitchen, while Lois and I looked on. He slowly recovered his short-term memory, but at first we worried when he went out for walks; would be able to find his way back to us? At the end of a month, Adam decided that he could again live independently. He moved back to his own apartment and went back to work. In 2003, Adam won an award at the Minnesota State Fair for a self-portrait he had painted.

A year later, he took a year off from work to go to the Minneapolis College of Art and Design (MCAD). At the same time, he underwent six weeks of radiation treatment to make sure any possible remnants of the tumor had been killed. Twice a week, he rode his motorcycle to the treatment center. The radiologists would put a large, custom-fit helmet on his head at exactly the same position. The radiation could then attack exactly the same spot in his brain where the tumor had lived. He told us he could feel nothing during these treatments. On one occasion, Lois was able to observe the procedure.

Finally, after another MRI, his doctors said the tumor had completely disappeared. Our whole family rejoiced with Adam. Today, his health is good, and he has moved on with life, but now with a wonderful wife and a fluffy white dog.

1988-2004: Craniopharyngioma

 

Ceci est l'histoire d'une expérience que notre famille a vecue sur une tumeur au cerveau. D'autres familles ont eu des épreuves similaires, dans certaines cas des épreuves plus sévères que la nôtre, avec les résultats moins positifs. Mais celle-ci est notre histoire et elle est une importante partie de ce que nous sommes.

 

À l'approche de l'été 1988, Adam, notre fils cadet qui avait 16 ans, nous a parlé au sujet d'un camp d'apprentissage intensif de la langue japonaise au nord de Minnesota. Nous avions appris de bonnes choses sur ces camps depuis plusieurs années ; ainsi nous avons immédiatement consenti. Mais d'abord, il devait passer un examen médical, une condition préalable pour son admission au camp. Le rapport du médecin a indiqué qu'Adam avait un peu de jaunisse, mais cela pouvait s'améliorer en prennant des pillules de fer. Eh oui, il pouvait se rendre au camp cet été-là.

Cette maladie mineure était le début de dix-huit années de problèmes médicaux pour Adam et pour notre famille. Pendant plusieurs visites chez les médecins l'année suivante, son sang a été pris plusieurs fois, indiquant un bas niveau de certaines hormones qui se trouvent normalement chez un garçon de son âge. Ceci expliquait pourquoi Adam ne grandissait pas. Au même age, Richard, notre fils ainé, avait atteint 1, 82 mètre, presque ma taille. Lois et moi avons assumé qu'Adam grandirait aussi pendant ses années d'adolescence, mais cela ne s'est pas produit. Adam est resté à 1, 58 mètre. C'était possible qu'il ne soit pas de grande taille et cela était OK, mais de plus il était toujours fatigué et il n'avait pas beaucoup d'énergie. Alors, quelle est la cause sous-jacente de ces problèmes ? Ceci était une énigme médicale pour un endocrinologue à la Clinique Mayo célèbre dans tout le monde.

Pendant la première visite, le docteur Zimmerman a ordonné une autre series de tests de sang et plus tard il a ordonné une Image par Résonance Magnétique (IRM) de sa tête. Une IRM de sa tête ? Qu'est-ce qui se passe ? Lors d'une visite contrôle, il nous a dit qu'Adam avait une tumeur de la taille d'une balle de golf dans sa tête, un craniopharyngioma, qui avait détruit la glande pituitaire d'Adam, la soi-disant glande maîtresse du corps humaine. Une serie de IRM pendant plusieurs mois a montré que la tumeur grandissait et bientôt aurait des effets nocifs sur la vie d'Adam.

Le docteur Zimmerman a référé Adam au docteur Davis, le neurochirurgien qui nous a montré les images de sa tête. Avec beaucoup de patience, il a indiqué le lieu de la tumeur, au-dessus des nerfs optiques. Il a dit que la tumeur devait être enlevée, mais ce serait une opération difficile avec la possibilité de sévères effets secondaires.

Adam avait entendu le docteur Davis, mais il n'avait pas apprecié tout qu'il avait dit. Ce soir-là, après le dîner, nous avons discuté de l'emplacement de la tumeur, ce qu'elle lui avait fait, et pourquoi une opération était nécessaire. Nous avons discuté de tout sans parler les détails de l'opération elle-même. Cela nous avez effrayés et nous ne voulions pas lui faire peur.
— Mais je me sens bien maintenant. L'opération est-elle vraiment nécessaire ? Adam nous a demandé.
— Oui, a dit Lois, si la tumeur continue à grandir, tu peux perdre la vue, tu peux être paralysé, ou tu peux même perdre la mémoire.
— Je suis très triste que tu aies cette tumeur, ai-je dit. Le docteur Davis nous a dit qu'après l'opération tu récupéreras complètement et tu auras une bonne vie, exactement comme nous l'avons toujours voulue pour toi.
— Adam, tu auras toute la famille avec toi pendant toutes ces difficultés, dans tout ce qui se passera, a ajouté Lois.

Adam était silencieux pour quelques minutes, reflichissant sur ce qu'il venait d'entendre. J'ai hésité et puis j'ai pensé à quelque chose qui pouvait l'aider à accepter sa condition. « Adam, tu dois jouer avec les cartes que tu possèdes. C'est la même chose dans la vie. Cette fois, tu a reçu quelques mauvaises cartes, mais je suis confiant que tu pourras t'en sortir. En ce moment-ci, tu dois avoir cette opération. »

L'opération était prévue pour le lundi de la semaine suivante. Le docteur Davis avait voulu le faire plus tôt, mais Adam avait insisté d'attendre afin qu'il puisse aller à la cérémonié pour donner le rang de « Eagle Scout » a son ami Joe. Ce retard était aussi bon pour une autre raison. Le samedi soir nous avons reçu un appel du docteur Davis. Il voulait avoir une réunion avec Lois et moi, sans Adam, à la Clinique Mayo à huit heures le samedi matin. Il ne nous a pas dit la raison de la réunion au téléphone et cela nous a causé beaucoup d'inquiétude.

Le docteur Davis nous a rejoints à la porte d'entrée des employées et nous a précédés dans la grande salle d'attente à un groupe de chaises dans une plus petite salle. La plupart des jours, la Clinique Mayo était remplie d'activités. Les médecins, les infirmières, les patients et leur famille, se dépêchaient d'un rendez-vous à un autre, l'air plein d'émotion. Mais ce matin-là, les lumières étaient éteintes et on n'y entendait absolument rien. À travers les vitres sur lesquelles glissait l'eau de pluie nous pouvions voir la statue d'un garçon jouant avec un dauphin. Cela nous a rappelé un voyage à « Sea World » à San Diego pendant lequel Adam avait chassé un dauphin au tour d'une piscine pour le nourir. Mais ce matin-là, cela était seulement une brève image. Nous n'avions aucune d'idée de ce que le docteur Davis nous dirait, mais une pléthore de peurs. Lois serrait mon bras, sa main tremblait. Pourquoi nous a-t-il demandé de le rejoindre de cette façon ?

« J'ai parlé avec mes collègues à l'hôpital de Johns Hopkins au sujet d'Adam, il a commencé. Ils ont fait récemment deux opérations sur des tumeurs similaires à celle d'Adam. Les resultats n'étaient pas bons. Dans un cas le patient, une fille de 17 ans, est décédée et dans l'autre cas le patient est encore dans le coma. Ces opérations n'étaient pas précisément la même que d'Adam subirait, mais sa tumeur est proche de ses nerfs optiques. Il y a la possibilité qu'il soit aveugle. Nous croyons que l'opération sera finalement nécessaire, mais en ce moment-ci Adam se sent bien et il n'a pas de symptômes de la maladie. Ainsi, il n'y a pas besoin de réponse immédiate.

« Il est possible que quoi que ce soit que nous fassions lui fera du mal et nous ne voulons pas faire cela. Nous avons décidé qu'il serait mieux d'attendre et de voir si la tumeur continue à agrandir. Tous les six mois, Adam aurait besoin des IRM, d'examens de ses yeux et de tests de sang. De plus, vous devez le regarder et remarquer s'il y a quelques changements dans son comportement ou dans sa personnalité.

« Aujourd'hui, vous pouvez retourner chez vous et dites à Adam que l'opération a été remise à plus tard quand elle sera absolument nécessaire. »

Lois et moi étions soulagés et Adam l'éait tout autant. Tout de même, il devrait faire une série sans fin de tests et des réunions chez les médecins. Encore, le docteur Zimmerman a pris en charge le cas d'Adam et son besoin pour des hormones de remplacement. Nous lui avons demandé si les hormones somatotropes (HGH) sont nécessaires à la croissance d'Adam. Sa réponse a été que le HGH était très cher, son utilisation était contrôlée rigoureusement et qu'il était prescrit seulement pour les cas sévères. Il a dit que les autres hormones le feraient grandir. La chose la plus amusante de cette conversation était qu'Adam était à ce moment-là déjà plus grand que le docteur Zimmerman.

Les années ont passé. Adam a reçu son diplôme du lycée, il est allé à l'université, a étudié en France pendant un trimestre, a reçu son diplôme et a commencé sa carrière comme graphiste. Pendant ces années, Adam a respecté son régime médical. D'abord, les piqûres était administrées par l'infirmière à l'école, mais finalement il a dû le faire lui-même. Il a hésité pour ce qui semblait être des heures avant qu'il le fasse la première fois et puis seulement parce que son camarade de chambre lui a dit « fais le et tu t'en débarrasses ». Adam a continué à grandir jusqu'à ce qu'il atteigne la même taille que son frère et moi.

Après une année de travail à Madison, Adam a déménagé à Minneapolis parce qu'il y avait plusieurs perspectives d'avenir dans cette plus grande ville. Lois et moi y avions déménagé aussi l'année précédente, pour la même raison. Nous étions heureux qu'il soit encore près de nous. C'était plus facile pour nous de le soutenir si besoin était.

Tous les six mois, Adam s'est rendu chez le médecin pour des examens comme le docteur Davis avait recommandé. Le IRM a déterminé si la tumeur avait grandi et les examens de ses yeux pour des changements dans sa vision périphérique, laquelle indiquerait que la tumeur était sur les nerfs optiques. À chaque fois, nous avons attendu anxieusement les résultats, espérant que la tumeur n'avait pas grandi, étant rassurés par les bonnes nouvelles.

Mais en 1998, la nouvelle n'était pas aussi bonne ; la tumeur avait commencé à grandir à nouveau et une opération était devenue nécessaire. Cependant, la technologie neurochirurgicale avait évolué et il était possible de l'enlever à travers son nez. Cela nous a semblé bizarre, cette procédure ne laisserait pas de cicatrices sur son visage et il pouvait récupérer rapidement. Tout cela était très encourageant.

L'opération s'est passée à la Clinique Mayo. Adam était assis droit dans une chaise pendant la procédure. Le docteur Davis nous a dit que l'opération s'était bien déroulée, mais il n'était pas possible pour lui d'enlever la tumeur entièrement. Il y avait encore un petit morceau qu'il ne pouvait pas atteindre vers le nez. Adam était sorti de danger, mais il devait continuer avoir des IRM et des examens semestriels. Il a été déchargé de l'hôpital après seulement trois jours, avec seulement de gonflement benigne du nez. À la maison à Minneapolis, il se sentait assez bien au point qu'il voulait tondre le gazon le même jour.

Les années suivantes étaient bien pour Adam. Il travaillait pour des agences de publicité et comme dessinateur indépendant. Il était toujours impliqué dans une chose artistique ou à une autre, y compris un « Art-a-Whirl » démonstration et une démonstration dans un café. Il avait une bonne santé, il pouvait vivre indépendant et il avait beaucoup d'amis. Il savait qu'il avait encore la tumeur, mais à part des IRM semestriels, il l'ignorait. Pour Lois et moi, au contraire, il y avait la question persistante : une autre opération serait-elle nécessaire ?

Au printemps 2002, Adam a été surpris quand on lui a dit que la tumeur avait recommencé à grandir et maintenant elle touchait ses nerfs optiques. Il avait prévu de déménager à Atlanta pour étudier dans une école d'art, mais l'opération était nécessaire avant. Le docteur Davis nous a dit qu'une deuxième opération serait plus difficile, avec beaucoup plus de risques. Cette fois l'opération ne pouvait traverser son nez. Il nous a décrit en détail ce qu'il devrait faire, des choses qui étaient difficiles pour nous à imaginer, y compris l'ouveture d'une partie du crâne d'Adam.

Toute la famille a attendu pendant les heures de l'opération, en s'encourageant les uns et les autres, mais toujours effrayé de ce qui se passait dans la salle d'opération. Le docteur Davis nous avait dit aussi à propos des risques de cette chirurgie. Il avait averti que la personnalité d'Adam, que nous connaissions et aimions, pourrait changer considérablement ; par exemple, de quelqu'un qui est chaleureux et amical en quelqu'un qui serait froid et distant. Nous pouvions seulement espérer que l'opération irait parfaitement et toute la tumeur serait finalement enlevée. Notre confiance au docteur Davis nous a bien aidés pendant ces heures difficiles. Il avait consulté ses collègues et il avait retardé la première opération jusqu'à ce qu'elle soit absolument nécessaire. Nous savions que maintenant il ferait le meilleur travail que personne ne pouvait prévoir.

Cependant, quand nous avons vu Adam dans la salle de récupération après l'opération, nous étions horrifiés par son apparence. Son front et son oeil droit avaient des coleurs noire, bleu, violette et rouge. Au-dessous de la ligne de ses cheveux il y avait une grande cicatrice qui traversait le front et s'étendait jusqu'à son oreille droite. Tout au long de cette cicatrice il y avait presque 40 points de suture fâchés. C'était comme si Adam avait été dans un accident horrible de voiture ou comme s'il était le produit d'une expérience du docteur Frankenstein. C'était tout ce que nous pouvions faire pour contrôler nos émotions.

Adam était éveillé et conscient de notre presence, mais il ne comprenait pas ce qui était arrivé. Il avait oublié qu'il était à l'hôpital et qu'il avait subi une opération. Ce n'était pas imprévu. La perte de mémoire récente est souvent un effet de l'anesthésie. En général, ceci ne dure pas trop longtemps, mais pour Adam cela a duré plusieurs mois. De plus, il a oublié ses souvenirs des mois avant l'opération. Par exemple, il avait fait un tour en France sur une moto et il avait écrit une belle histoire pour le magasine « BMW Owner's News ». Il a été surpris quand il a reçu le magasine et a trouvé un article sous sa signature, avec ses propres photographies à l'interieur.

Ses amis et nous sa famille l'ont aidé aussi à retrouver ses mémoires. Beaucoup de ses amis ont conduit les 160 kilomètres de Minneapolis à Rochester. Ils l'ont beaucoup aidé pendant la semaine qu'il a passée à l'hôpital, avec de bons souvenirs et aussi avec leur bon esprit. De plus, son frère Richard s'asseyait avec lui pendant plusieurs heures en regardant les 25 albums de photographies que Lois avait assemblés depuis des années. Ils lui rappelaient les événements et les vacances de leur jeunesse.

Le mois suivants étaient difficile pour Adam. Il a vécu avec Lois et moi pour le reste de la récupération. Son amie Mary, qui est médecin assistant, a enlevé doucement les points de suture de son front — dans notre cuisine pendant que Lois et moi les regardions. Lentement il a retrouvé sa mémoire récente, mais d'abord nous étions très inquiets quand il est sorti de la maison pour une promenade. Nous n'étions pas sûr qu'il puisse retrouver la maison. À la fin du mois, Adam a décidé qu'il pouvait vivre seul. Il a loué son propre appartement et recommencer son travail. En 2003, Adam a gagné un prix à la foire de l'État de Minnesota pour un portrait de lui-même qu'il avait peint.

Une année plus tard, il a étudié le design au « Minneapolis College d'Art et Design (MCAD) ». En même temps, il a subi six semaines de traitement radiologique pour s'assurer que la tumeur était vraiment morte. Deux fois chaque semaine il conduissait sa moto à l'hôpital où les radiologues ont mis un grand casque sur sa tête, un casque construit seulement pour Adam. La radiation attaquerait le lieu précise dans sa tête où la tumeur avait vécu. Il nous a dit qu'il ne pouvait rien sentir pendant ces traitements. À une occasion, Lois a pu observer la procédure.

Finalement, après un autre IRM, les médecins lui ont dit que la tumeur avait disparu complètement. Toute la famille s'est réjouie avec Adam. Aujourd'hui Adam a une bonne santé et il a repris sa vie en main, mais cette fois-ci avec une merveilleuse épouse et un chien blanc bien velu.

1988: family photo. 1988: family photo
1988: photographie de la famille
Adam is second from right in these photos.

 


Adam est le deuxième de la droit dans ces photographies.
1993: family photo. 1993: family photo
1993: photographie de la famille
2002: Adam after hissecond operation. 2002: Adam after his second operation
2002: Adam après sa deuxième opération
  2004: Adam's radiation treatment. 2004: Adam's radiation treatment
2004: Le traitement radiologique d'Adam
  2009: Andrea, Adam and Baxter. 2009: Andrea, Adam and Baxter
2009: Andrea, Adam et Baxter