Enable JavaScript.

 

The author and his snowmobile.

1989-1993: The Adventures of a Solo Snowmobiler

 

For the last three winters, a solo snowmobiler, dressed in gray, and riding a bright red sled, has been spotted on the trails of Minnesota, Wisconsin, and Northern Michigan. A solo snowmobiler? Is there really such a thing? Aren't snowmobilers pack animals, like horses, who ride through the woods nose-to-tail, breathing each other's exhaust fumes? Indeed, snowmobilers do tend to be social critters, but not always. There is real pleasure to be found in hitting the trails all by yourself, at least some of the time.

One weekend, a year or two ago, I trailored my sled north from my home in Rochester, Minnesota, past the Twin cities, past Duluth, and along the north shore of Lake Superior to the town of Grand Marais. Being one of the main starting points for trips into the Boundary Waters Canoe Area, I'd visited this little town many times before, but never in winter. When I arrived, its snug harbor was ringed by ice pushed up onto the shore by lake storms. The moon glistened on the water. I found a cozy but inexpensive motel for the night, had a steak dinner in a restaurant overlooking the lake, and retired early with the latest Tom Clancy novel.

I was up early the next morning and was unloading my sled when the owner of the motel approached me. Where was I headed, he asked. There were really three possibilities: northeast along the lake toward Grand Portage, southwest along the lake toward Duluth, or northwest along the Gunflint trail into the wilderness. We talked about trail conditions, I decided on the Gunflint trail, and he decided to come along for a morning's ride. Great, I thought, what a shame it would be to live in a place like this and not get out on the trails.

The Gunflint trail is just about the only road through the million and a half acres of woods, hills, lakes, and streams of the BWCA. A few resorts, campgrounds and restaurants can be found along the sixty miles to Lake Saganaga on the Canadian border, where the trail dead-ends. Most of these are closed in the winter, but a few places, owned and operated by rugged souls, stay open and are welcomed sights to snowmobilers.

From the mists around Lake Superior we climbed into the hills and into a day of bright sunshine. The trail wound through stands of huge, old growth pines, around quiet lakes thick with winter ice, and through the quiet marshes in the valleys. We rode steadily, but at no great pace, enjoying the day, the woods, and the smooth rides of our sleds on a well-groomed trail. At one point, we came to a high pass with a great view. By myself, I would have stopped for a stretch and an eyeful of natural beauty, but not being in the lead at that point, I had no way to signal the leader to stop. About two thirds of the way up the trail, we came to a log-cabin style restaurant on Poplar Lake. After a cold beer and a quick lunch, my companion headed back to his motel duties in Grand Marais and I continued north on the trail.

My sled was running beautifully and I increased my speed to about fifty. Now, I wasn't just touring, I was riding! Every turn and every hill required my full attention, forcing me to adopt the sled as an extension of my body. I knew I'd never be in the same league as snowmobile racers, but it gave me a taste of their sport. Even still, I was soon overtaken by three young fellows on more powerful sleds. I normally don't mind having people pass me on the trail, but this time I wanted to see if I could keep up with them. I increased my speed to fifty-five, and then to sixty. The woods became a blur as I strained to keep up with them. The trail curved hard to the right, but I missed the turn, overshot into some deep snow, and quickly came to a stop. I watched the would-be racers disappear down the trail, and breathed a sigh of relief. Snowmobiling isn't just about speed, and for me it certainly isn't about competition, but it can be fun to push yourself a bit. Still, I was by myself, and I should have known better.

Before long, I came to the end of the trail. Snowmobile tracks continued out onto the ice of Lake Saganaga. I followed them for a few miles, but had no idea where they were going or whether there would be gas available for my sled. So I returned to the shore, where I stopped for gas and a candy bar at what is probably one of the remotest resorts in the lower 48 states. The old fellow who lived there clearly wanted to talk so I took off my helmet and sat in front of his pot bellied, wood-burning stove with him. His talk was all about the woods and lakes, and about animals and snow. The normal troubles of working and raising a family in today's America were alien to him. I sat and listened and enjoyed his monologue until the angle of the sun coming through the window told me I had to be on my way.

I rode at a steady pace back toward Grand Marais, watching the changing shadows as the sun sank lower in the West. Finally, I came to that high place I had wanted to stop at earlier. A group of snowmobilers were parked there, each with a drink in hand. They offered me one and I dug out a bag of tollhouse cookies my wife had made for my trip. Together, we watched the sun sink below the western hills, and together we rode into Grand Marais in the dark. It had been a terrific day. I'd had some company for parts of my ride, but I'd also had the freedom of solo snowmobiling.

Maybe I should tell you how I got started as a solo snowmobiler. The simple answer is that when I began snowmobiling I really didn't know anyone else who did it. All I knew was that I desperately needed a winter escape valve from the pressures of my job. So I bought a used sled, a Ski Doo MXLT, and the first winter I just puttered around my cottage on the sand prairie between Wabasha and Kellogg. It wasn't much, but it sure whetted my appetite for more. Eventually, I did meet some other snowmobilers and joined the Drift Skippers, but because I was only in the Wabasha area on occasional weekends, I never really got active with the club.

Still, though, I did learn about the extensive trail system in both Minnesota and Wisconsin, and had a great time exploring them. In particular, the high bluffs overlooking the Mississippi River south of Kellogg are really spectacular. But I also learned what fun riding on ice can be — and what danger. Peterson Lake is one of the Mississippi backwater areas, separated by a chain of islands from the main channel, which never freezes . I'd seen the cars and trucks of ice-fishermen out on the ice and assumed that it was safe enough for snowmobiling. But most of the lake was an unblemished blanket of white hiding dangers I was blithely unaware of. I found one of them, an area with a swift current running under a thin layer of ice.

My stomach tightened into a ball as I felt the ice give way under my sled. I tried giving it more gas, hoping that I'd be able to speed out of that area, but no luck. The sled sank through the ice and I scrambled to get myself onto thicker ice. I made it, but the sled didn't; it sank all the way to the bottom — into about a foot of water. I stood there for a minute, laughing hysterically. I'd had visions of coming back for the sled in the summer, on a boat and with scuba gear. But there it was, sitting in a puddle. All I had to do was step into the freezing water and pull it up onto solid ice. Within five minutes, I had it restarted and was back in my warm cottage, stripping off my cold, soaked clothing and boots. An hour in the electric dryer for the clothing and a cup of hot chocolate for me and I was back out on the ice, but this time, I kept much farther away from the channel.

The next winter, I traded in the MX for a new Ski Doo Formula Plus two-seater. This made it a lot better for friends to come out with me for a day, but I still went out by myself a lot. There was something about the experience of being in the woods alone that I found tremendously appealing. It was the feeling of complete freedom and independence, the ability to ride at whatever pace I chose, to take whatever trails appealed to me, and to stop and enjoy the scenery whenever I wanted. All of these are hard to come by when you're riding with a group.

Still, it is nice to have some help when you get in a jam. On one bright day, I had been riding the bluff trails south from Wabasha to the Bass Camp at Lock and Dam #5. The trail coming down the bluff to the Bass Camp was steep and icy, and I had to drag my feet all the way down to keep in control. After a quick lunch in the restaurant, I tried to climb the trail back onto the bluffs, but found the trail impassable. The track of my sled was spinning madly on the ice, but I wasn't going anywhere. I slid backwards down the short stretch I had climbed and sat there wondering what to do. The intelligent thing would have been to call my wife to come for me with the trailer, but I really hadn't had enough sledding for that day.

Instead, I tried to run the ditches along US 61, a divided highway that parallels the main North/South railroad track that runs along the Mississippi. While this wasn't much fun, I was making good progress until I came to a long section of guard rail. On my left was dry pavement for as far as I could see, and on my right was a gentle slope leading down into a drainage ditch between the highway and a railroad track. The slope looked runnable, so I went for it. The only problem was that it kept getting steeper and steeper until I finally had to stop. I was trapped between the guard rail and a slope I couldn't cross. And I couldn't turn around. Now what?

I sat there on the sled for about ten minutes studying the situation. The slope was steep, but only because I was running across it. If I could turn down into it at an angle and then pop up onto the railroad bed, I'd be OK. I gave it a try, with my weight as far over to the high side as I could manage. Down the slope I went with the brakes on full, struggling to turn so I'd hit the bottom of the ditch at an angle. It didn't work. The skis dug in at the bottom, and I went flying over the windshield into the snow on the other bank of the ditch.

When I finally extricated myself, I found my beautiful red machine on its side, buried in slush. I worked for nearly an hour to dig it out, all to no avail. The slopes were too steep, the snow too wet, and my snowmobile too heavy for me to free it by myself. Meanwhile, the winter sun was getting alarmingly low in the sky. I knew I needed to get help, so I climbed back up to the road and tried waving down one of the passing cars. Most people looked at me in my snowmobile suit and helmet like I was crazy and kept on going. One family stopped and wanted to help, but no one had any winter clothing or boots. Finally, though, a young fellow stopped, said he'd been stuck a few times himself, and followed me down into the ditch. The two of us worked together and in half an hour we freed my sled.

He wouldn't take any payment for his efforts, but I did get his name and sent him a gift certificate for a couple of steak dinners. It was the least I could do. Like the next guy, I tend to think I can get myself out of any scrape I get into, but it isn't necessarily so. There are times when you just need another set of muscles. Without a buddy to help, a solo snowmobiler has to be willing to ask for help when he's stuck, and to pay for it. There's no free lunch.

There is one more important lesson I've learned, but this one I learned from someone else. I had taken a long weekend solo trip into northern Minnesota, truly a snowmobiler's paradise. Starting at Tower, MN on Lake Vermilion, I took the Arrowhead Trail to International Falls, with excursions onto the painted-stick trails across Crane Lake, Lake Namakan, Lake Kabetogama, and Rainy Lake, probably the best lake riding that can be found anywhere. My sled was running beautifully. It had just been professionally tuned by trained Ski Doo mechanics, had new plugs, and a new drive belt. The idea of getting stuck in the wilderness with mechanical problems had always been a concern to me. Oh, I can change a spark plug or a drive belt, but that's the extent of my mechanical abilities, so I'd been happy to let the pros at Al's Specialty in Rochester do their thing.

The trail came down a hill and turned left to cross a plank bridge over a small stream. A solo snowmobiler was parked next to the trail with the hood up on his sled. I stopped to see if I could help in any way, but he was clearly too busy for chatter. He had all the little parts of his carburetors spread out on his seat. No, there was nothing I could do to help. It was his own fault, he said — too much monkeying around trying to fine tune his sled, and here he was trying to find out what was wrong with it. I volunteered to stay with him while he completed his repairs, but he said that wasn't necessary. He'd had the carburetors apart a dozen times and it was just a matter of time to see what the problem was. So off I went, shaking my head. Maybe he was a good enough mechanic to do that sort of thing, but I was riding my sled while he had his apart. I could just imagine some of those little parts falling into the snow, lost forever. No thanks, I'll gladly admit my limitations and pay someone who really knows what's what to keep my sled in top running shape.

Solo snowmobiling is great fun and gives me a tremendous sense of freedom and independence. I really don't know any better way of escaping from the day to day frustrations of a tough job. But I've also learned that freedom has some pretty strict limitations. Done sensibly, on well marked trails, and with well maintained equipment, solo snowmobiling is both safe and exhilarating. Give it a try, you might like it.

1989-1993: Les aventures d'un motoneigiste en solo

 

Pendant les trois hivers derniers, un motoneigiste en solo, habillé en gris et conduisant une motoneige d'une couleur rouge vif, a été vu sur les pistes du Minnesota, du Wisconsin et du Michigan du Nord. Un motoneigiste en solo ? Est-ce qu'il y a vraiment quelque chose comme ça ? Ne sont-ils pas comme des bêtes de somme, comme des chevaux, qui traversent les forêts à la queue-leu-leu, en respirant les gaz d'échappement les uns des autres ? En fait, les motoneigistes sont des bêtes sociales, mais pas tout le temps. Il y a un vrai plaisir à se trouver sur les pistes vous-même, au moins une partie du temps.

Un weekend, il y a une ou deux années, j'ai remorqué ma motoneige au nord de chez moi à Rochester, Minnesota, plus loin que les Villes Jumelles, plus loin que Duluth et le long de la côte du Lac Supérieur vers le ville de Grand Marais. Étant un des points de depart pour les voyages dans le « Boundary Waters Canoe Area », j'avais visité ce petit ville plusieurs fois auparavant, mais jamais en hiver. Quand je suis arrivé, le petit port était entouré de glaces qui avaient été poussées sur le rivage par les tempêtes du lac. La lune miroitait sur l'eau. J'ai trouvé un motel qui était confortable, mais pas cher, pour la nuit, j'ai mangé un bifteck dans un restaurant qui avait un vue sur le lac et je me suis couché tôt avec le dernier roman de Tom Clancy.

Je me suis levé tôt le lendemain matin et j'étais en train d'enlever ma motoneige de la remorque quand le propriétaire du motel m'a approché. « Où allez-vous ? » il m'a demandé. Il y avait trois possibilités : au nord-est le long du lac vers Grand Portage, au sud-ouest vers Duluth, ou au nord-ouest dans la piste « Gunflint » dans la région sauvage. Nous avons parlé des conditions des pistes, j'ai décidé d'aller sur la piste « Gunflint » et il a décidé de venir pour une sorti du matin. Bien, ai-je pensé, quel dommage ce serait de vivre dans un lieu comme celui-ci et de ne pas passe du temps sur les pistes.

La piste « Gunflint » est le seul chemin qui traverse le million et demi d'acres de forêts, de collines, de lacs et de ruisseaux de la « Boundry Waters Canoe Area ». On peut trouver quelques hôtels de vacances, terrains de camping et restaurants le long des soixante miles vers le Lac Saganaga à la frontière du Canada, où la piste se termine. Pour la plupart, ces lieux sont fermés en hiver, mais quelques endroits, possédés et opérés par des personnes locaux, restent ouverts et sont les bienvenus pour les motoneigistes.

Des brumes du lac Supérieur, nous sommes montés dans les collines vers un jour lumineux. La piste serpentait parmi les bouquets des grands et vieux pins, autour des calmes lacs couverts par une épaisse couche de glace d'hiver, et passait à travers les marais tranquilles dans les vallées. Nous avons conduit régulièrement, mais pas avec grande vitesse, en appréciant du plaisir de la journée, la forêt et le passage de nos motoneiges sur une piste bien entretenue. À un moment, nous sommes arrivés dans un haut défilé avec une belle vue. Si cela avait été moi, je me serais arrêté pour m'étirer et pour regarder la beauté naturelle, mais n'étant pas en tête, je n'avais pas de moyen de signaler au leader d'arrêter. À plus ou moins deux tiers de la fin de la piste, nous sommes arrivés à un restaurant comme une cabane de rondins au lac Poplar. Après une bière fraiche et un rapide déjeuner, mon compagnon est retourné à ses devoirs au motel à Grand Marais et j'ai continué au nord sur la piste.

Ma motoneige marchait bien et j'augmentais ma vitesse autour de quatre-vingts kilomètres à l'heure. À ce moment-la, je ne faisais pas seulement un tour, je planais ! Tous les virages et toutes les collines ont demandé toutes mon attention, m'obligeant à adopter la motoneige comme une extension de mon corps. J'ai su que je ne serais pas dans la même classe que les coureurs de motoneige, mais cela m'a donné une goutte de leur sport. Même-là, j'étais bientôt dépassé par trois jeunes hommes sur des motoneiges plus puissantes. Normalement, ça ne me gêne pas que d'autres personnes me passent sur la piste, mais cette fois j'ai voulu voir si je pouvais les suivre. J'ai augmenté ma vitesse à quatre-vingt-huit et puis à quatre-vingt-seize. Les arbres devenaient une masse indistincte alors que j'essayais de les suivre. La piste faisait une courbe serrée à droite, mais j'ai manqué le virage, j'ai atterri dans la neige et j'ai été arrêté subitement. J'ai regardé les coureurs disparaitre sur la piste et j'ai soupiré avec un grand soulagement. Faire de la motoneige n'est pas seulement pour la vitesse et pour moi cela n'est pas pour la compétition, mais cela peut être un plaisir de pousser un peu vos limites. Néanmoins, j'étais tout seul et j'aurais du mieux savoir.

Bientôt, je suis arrivé à la fin de la piste. Des traces des motoneiges continuaient sur les glaces du lac Saganaga. Je les ai suivies pour quelques kilomètres, mais je n'avais pas d'idée où elles allaient ou s'il y avait de l'essence disponible pour ma motoneige. Donc, je suis retourné au rivage où je me suis arrêté à ce qui doit être un des hôtels plus isolés pour les vacances dans les 48 états pour de l'essence et pour une barre de chocolat. Le vieil homme qui habitait la-bas voulait clairement parler donc j'ai enlevé ma casque et me suis assis en face de son poêle avec lui. Sa conversation était au sujet de la forêt, des lacs, des animaux et de la neige. Les problèmes quotidiens du travail, et d'elever une famille dans l'Amerique de nos jours lui étaient étrangéss. Je me suis assis et j'ai écouté avec plaisir son monologue jusqu'à ce que l'angle du soleil qui traversait la fenêtre me dit que je devais être sur le chemin.

J'ai conduit à une vitesse réguliere vers Grand Marais, en regardant les ombres qui changeaient alors que le soleil descendait dans l'ouest. Enfin, je suis arrivé au défilé où j'avais voulu m'arrêter plus tôt. Un groupe de motoneigistes était stationné là, chacun avec une boisson à la main. Ils m'en ont offert et je leur ai offerts des biscuits de pépite au chocolat que ma femme avait faits pour mon tour. Ensemble, nous avons regardé le soleil qui descendait au-dessous des collines de l'ouest et ensemble nous avons conduit à Grand Marais dans le noir. Cela avait été une bonne journée. J'avais eu des compagnons pour quelques parties du tour, mais j'avais eu aussi la liberté de faire de la motoneige en solo.

Peut être que dois-je vous dire comment j'ai commencé à faire de la motoneige en solo. La réponse simple est lorsque j'ai commencé, je ne connaissais personne qui en faisait. Tout ce que je savais était qu'en hiver j'ai besoin désespérément d'une soupape d'échappement aux pressions de mon travail. Donc, j'ai acheté une motoneige d'occasion, une « Ski Doo MXLT », et dans le premier hiver, je me suis occupé sur les « sand prairies » près de ma cabane entre les villes de Wabasha et Kellogg. Cela n'était pas beaucoup, mais cela stimulait mon appétit pour encore plus. Un jour, j'ai rencontré d'autres motoneigistes et je suis devenu membre du club « Drift Skippers », mais j'étais à Wabasha seulement dans les weekends de temps en temps et ce n'était pas possible d'être actif avec le club.

Néanmoins, j'ai appris le système étendu de pistes du Minnesota et du Wisconsin et je me suis bien amusé à les explorer. En particulier, les hautes collines qui donnent de belles vues sur le fleuve Mississippi au sud de Kellog sont vraiment spectaculaires. Mais j'ai aussi appris le plaisir de faire de la motoneige sur les glaces - et le danger. Le lac Peterson est un des lieux reculé du Mississippi, séparé par une chaine d'îles du chenal principal, qui ne gèle jamais. J'avais vu les voitures et les pickups des pêcheurs sur les glaces et j'ai assumé qu'il n'y avait pas de danger pour une motoneige. Mais une couverture de neige cachait les dangers dont je n'étais pas naïvement conscient. J'en ai trouvé un, un lieu avec un courant rapide au-dessous d'une couche de glace fine.

Mon estomac n'a fait qu'un tour quand j'ai senti la glace craquer au-desous de ma motoneige. J'ai essayé de donner plus de gaz, en espérant que je puisse sortir vite de ce lieu, mais pas de chance. La motoneige a coulé à travers les glaces et j'ai essayé d'aller moi-même sur des glaces plus épaisses. J'y suis arrivé, mais pas la motoneige ; elle a coulé tout au fond - dans un pied d'eau. Je suis resté debout pour un moment, en riant hystériquement. J'avais eu des visions de revenir pour la motoneige en été, dans un bateau avec une équipement de plongée. Mais elle était là, assise dans une flaque. Tout ce que je devais faire était de marcher dans l'eau glaciale (ce qui n'était pas agréable) et tirer la motoneige sur les glaces plus solides. Moins de cinq minutes après, je l'ai démarrée et j'étais dans ma cabane chaude, enlevant mes vêtements et bottes mouillés. Une heure dans le sèche-linge électrique pour les vêtements et une tasse de chocolat chaud pour moi et j'étais de retour sur les glaces, mais cette fois, je suis resté plus loin du chenal.

L'hiver suivant, j'ai échangé le « MX » pour une nouvelle « Ski Doo Formula Plus » qui avait eu deux selles. Cela était beaucoup mieux pour mes amis de venir avec moi pour une journée, mais je faisais des tours seul aussi. Il y avait quelque chose à être seule dans les forêts que je trouvais très attirant. C'était l'impression de liberté et d'indépendance complete, la capacité de conduire à n'importe quelle vitesse que je voulais, de prendre n'importe quelles pistes qui m'attiraient, et de m'arrêter et d'apprécier la scène quand je voulais. Toutes ces choses étaient difficiles à trouver quand on conduisait avec un groupe.

Néanmoins, c'est bon d'avoir quelque aide quand on se trouve dans un pétrin. Un jour ensoleilé, j'avais fait de la motoneige sur les pistes sur les collines au sud de la ville de Wabasha au « Bass Camp » près du barrage et écluse #5 du fleuve Mississippi. La piste qui descendait du sommet des collines au « Bass Camp » était raide et glissante et j'ai dû trainer avec mes pieds sur la piste pour garder le contrôle. Après avoir déjeuné dans la restaurant, j'ai essayé de remonter la piste aux collines, mais j'ai trouvé la piste infranchissable. La chenille de ma motoneige tournait rapidement, mais je n'allais nulle part. J'ai glissé en arrière sur la courte distance que j'avais grimpée et je m'asseyais là me demandant ce que je devais faire. La chose intelligente aurait été d'appeler ma femme pour qu'elle vienne me chercher avec la remorque, mais je n'avais pas assez fait de motoneige pour la journée.

Au lieu de cela, j'ai essayé de courir les fossés le longue de la route 61, une autoroute divisée qui cour en parallèle des voies ferrées principales qui vont du nord au sud le longue du Mississipi. Quoique cela n'était pas fun, j'ai progressé jusqu'à ce que j'arrive à une longue section de garde-fou. À la gauche, la chaussée était sèche pour aussi loin que je puisse le voir et à ma droite il y avait une pente douce qui descendait dans un fossé d'écoulement entre le chemin et les voies ferrées. La pente semblait praticable, donc je l'ai essayée. Mais la pente devenait de plus en plus raide jusqu'à ce que je doive arrêter. J'étais immobilisé entre le garde-fou et une pente que je ne pouvais pas traverser. Et je ne pouvais faire demi-tour. Et maintenant ?

Je me suis assis là sur la motoneige pour dix minutes en étudiant la situation. La pente était raide, mais seulement parce que je voulais traverser la pente. Si je pouvais tourner vers le bas à un angle et puis monter sur la support de la voie ferré, je serais OK. Je l'ai essayé, avec mon poids aussi loin que possible vers le haute. Je devalais la pente, avec les freins à bloc, essayant comme le diable de tourner pour arriver en bas à un angle. Cela n'a pas marché. Les patins ont creusé en bas et j'ai volé au-dessus du pare-brise et j'ai aterri dans la neige de l'autre côté du fossé.

Après m'être enfin dégagé moi-même, j'ai trouvé ma belle machine rouge sur son côté, enterrées dans la soupe. J'ai travaillé pendant presque une heure pour l'enlever, mais sans résultats. Les pentes étaient trop raides, la neige était trop mouilléee et la motoneige était trop lourde pour la libérer moi-même. Pendant ce temps-là, le soleil d'hiver était descendu dans le ciel de façon alarmante. J'ai su que je devais obtenir de l'aide, donc j'ai remonté la pente vers l'autoroute et ai essayé de faire signe de la main aux voitures qui passaient. La plupart de ces personnes me regardaient dans ma combinaison de motoneigiste et mon casque comme si j'étais fou et ne s'arretaient pas. Une famille s'est arrêté et a voulu m'aider, mais ils n'avaient pas de vêtement ou de bottes d'hiver. Finalement, un jeune homme s'est arrêté, a dit qu'il avait été coincé quelques fois lui-même et m'a suivi au bas du fossé. Nous avons travaillé ensemble et en une demi-heure ma motoneige était libéré.

Il n'a pas accepté de paiements pour ses efforts, mais j'ai pris son nom et lui ai envoyé un chèque-cadeau pour deux dîners de bifteck. Cela était le moindre que je puisse faire. Comme d'autres hommes, je pensais que je pouvais sortir moi-même de tous les problèmes qui se passaient, mais cela n'était pas nécessairement vrai. Il y a des moments où on a besoin d'autres muscles. Sans un pote pour vous aider, une motoneigiste en solo doit accepter de demander de l'aide quand il est coincé et de payer pour ça. Il n'y a pas de déjeuner gratuit.

Il y a une autre leçon importante que j'ai apprise, mais ceci a été une leçon que j'ai apprise de quelqu'un d'autre. J'avais pris un longue tour en solo dans le Minnesota du Nord, vraiment un paradis pour les motoneigistes. Commençant a Tower au bord du lac Vermillion, j'ai pris la piste Arrowhead à International Falls, avec des excursions sur les pistes, marqués par ces bâtons peints, qui traversent les lacs Crane, Namakan, Kabetogama et Rainy, probablement les meilleurs lacs pour faire de la motoneige qu'on puisse trouver.

Ma motoneige courait bien. Elle avait été réglée récemment par des mécaniciens entrainés par Ski Doo. Elle avait des nouvelles bougies et une nouvelle courroie de transmission. Être coincé dans la forêt sauvage avec des problèmes mécaniques m'avaient toujours inquiété. J'avais été heureux de laisser les mécaniciens à « Al's Specialty » à Rochester faire ces choses.

La piste descendait une colline et tournait à gauche pour traverser un pont de planches au-dessus d'un petit ruisseau. Un motoneigiste en solo était stationné près de la piste avec le capot de sa motoneige levé. Je me suis arrêté pour savoir si je pouvais l'aider en quelques façons, mais il était trop occupé pour bavarder. Il avait toutes les petites parties de son carburateur distribuées sur son selle. Non, il n'y a aucune chose que je pouvais faire pour l'aider. C'était sa faute, il m'a dit - il a fait trop de choses pour régler au mieux sa motoneige et maintenant il essayait de trouver le problème.

J'ai offert de rester avec lui pendant qu'il a fasait ses réparations, mais il m'a dit que cela n'était pas nécessaire. Il avait démonté le carburateur une douzaine fois et c'était seulement une question de temps pour déterminer le problème. Donc, je suis parti en hochant la tête. Peut être qu'il était un assez bon mécanicien pour faire quelque chose comme ça, mais je conduisais ma motoneige pendant qu'il avait la sienne en pièces. Je pouvais imaginer quelques-unes de ces petites pièces tomber dans la neige, perdu pour toujours. Non merci, j'admettrais mes limitations et payerais quelqu'une qui savait bien ce qh'il faut faire pour garder ma motoneige en meilleure condition.

Faire de la motoneige en solo est un grand plaisir et me donne un énorme sens de liberté et d'indépendance. Vraiment, je ne connais pas une meilleure chose pour échapper aux frustrations quotidiennes d'un travail difficile. Mais j'avais appris aussi que cette liberté avait des limitations strictes. Le faire intelligement, sur des pistes bien marquées et avec un équipement bien entretenu, faire de motoneige en solo n'avait pas beaucoup de risques et est exaltant. Essayez, vous pouvez l'aimer.