Enable JavaScript.

Map of Minnesota Bluff Country from www.byways.org

1991: Stubborn Male Pride

The Root River descends from the Great Plains of Minnesota to the Mississippi River through a valley bordered in many places by high sandstone cliffs. In the summer, especially on weekends, the river hosts canoers by the hundreds, and the bicycle trail that parallels the river can get too congested. But as the leaves fall and the air becomes chilly, a stillness settles over the land as it waits for blankets of snow to come.

The dreary months of Fall passed by, and finally, the long wait was over. Enough snow had fallen for my first snowmobile excursion of the season. Oh, I'd be heading north several times during the winter for longer trips, but the day of the first snowfall, I just had to get out for a few hours.

I drove south from my home in Rochester to the town of Mabel, near the Iowa border. Stopping in a gas station, I got a copy of the Bluff Country trails map. There were many more trails than I could possibly ride in a single afternoon, so I plotted out a loop route of about sixty miles, past the towns of Houston to the North and Caledonia to the East.

I needed to find a place to park and unload my snowmobile. If you don't know an area, that's not all that easy. The map showed me the route of the trail through the outskirts of town, so I knew roughly where to look, but a car and trailer take quite a bit of space. I looked for a place where they would be safe and not inconvenience anyone else. The parking lots of motels, restaurants, and gas stations were usually good possibilities, especially if there are other trailers there already. And of course, easy access to the trail is important too. A parking spot doesn't have to be right on the trail, but I always looked for snowmobile tracks heading towards the trail.

I thought I'd found a good place, a gas station with plenty of space, and a clear set of tracks to the trail. I unloaded my sled, and let it warm up while I put on my helmet and gloves. Confidently, I followed the tracks I'd seen. The tracks went down a small slope into a ravine, crossed a stream only a few feet wide, and then climbed up on the other side. This was nothing new to me. I'd crossed little streams like this many times before. My sled's skis would easily span the stream and then tip up onto the far slope.

But such was not the case this fine winter day. Maybe there was less snow than when a previous snowmobiler had made the tracks I was following. Or maybe the little stream had been frozen then. It really doesn't matter. The tips of my sled's skis reached the stream and crossed it, but they failed to tip up. Instead, they dug into it the far bank and brought me to a jarring halt. "@#$%^#@$," I said between clenched teeth.

I could tell from the angle of the skis and the angle of my sled that this wasn't going to be an easy predicament to get out of. My sled, a SkiDoo Formula Plus, was heavy and difficult to budge even on level pavement. And there it was, firmly stuck in the muck. Muscle power alone would never budge it.

Since I was solo snowmobiling, if I couldn't figure something out, I'd have to find some help. Call it stubborn male pride if you want, but I like to solve my own problems … if possible. What was particularly galling in this case was that I hadn't even made it fifty yards from my car.

"My car!" I thought. Could I use it to pull out the sled? Normally, the answer would have been no. I'd have to back it down into the snow-filled ravine, and it just doesn't make any sense to risk getting a car stuck to pull out a snowmobile. But I had just bought a Jeep Cherokee, and it had both four-wheel drive and a LOW range power gear. Maybe it would work, I thought. At worst, I'd have to call AAA to pull two vehicles out of the ravine, but at best, I could have my sled out, and be on the trail in just a few minutes.

After unhitching the trailer, I put the Jeep into 4-WHEEL LOW gear and slowly backed into the ravine. I stopped short of going down the steep part of the slope to the stream, thinking it would be better to stay on flatter ground. By chance, I had a sixty foot length of Nylon rope in the Jeep. I tied it to the rear handle of the snowmobile and to the Jeep's trailer hitch. Putting the Jeep in the lowest drive gear, I carefully took all slack out of the rope and could feel the Jeep begin to strain. Suddenly, there was a loud snap. The rope had broken near the knot tying it to the snowmobile, which hadn't budged.

I backed up the Jeep and retied the rope. This time, I turned the snowmobile's skis at an angle so they wouldn't dig into the backward slope while being pulled. The rope was pulled tight and I could feel the Jeep and sled inching forward when, again, the rope snapped. At least, the skis were out of the stream.

It was time to try something different. I yanked the back end of the sled as far as I could to one side, and tied the rope to the steel loop of one of the skis. This time, the Jeep managed to pull the sled almost all the way around before the rope broke once more.

Things were beginning to look hopeful. Each time, the sled came out of the ravine a bit further, but the rope kept getting shorter. It was a contest between the distance the sled had yet to come and the remaining length of the rope, but with one more try, the sled was free. Amazingly, I was able to drive both the Jeep and the snowmobile out of the ditch.

Looking around more carefully, I found another set of tracks leading to the trail. This time, I walked them as far as the trail to be sure there wouldn't be any more problems. There weren't, and I had a wonderful ride over the hills and through the woods and fields of Minnesota's Bluff Country.


For information on snowmobiling in Southeast Minnesota, go to Snowmobiling in the Historic Bluff Country.

1991: La fierté d'un homme têtu

La rivière Root descend des Grandes prairies de Minnesota au fleuve Mississippi en traversant une vallée entourée en plusieurs endroits par des falaises hautes en grès. En été, particulièrement pendant les weekends, des centaines de gens font de canoë sur la rivière et la piste pour les cyclistes le long de la rivière est souvent très encombrée. Mais quand les feuilles tombent et l'air devient frais, une tranquillité s'installe sur la terre pendant qu'elle attend les couvertures de neige à venir.

Les mois mornes de l'Automne passent et enfin la longue attente était finie. Assez de neige était tombée pour ma première excursion par motoneige de la saison. Bien sûr, je serais allé au nord plusieurs fois pendant l'hiver pour les voyages plus longs, mais le jour de la première chute de neige, j'ai dû sortir pour quelques heures.

J'ai conduit au sud de chez moi à Rochester à la ville de Mabel, près de la frontière d'Iowa. En m'arrêtant à une station d'essence, j'ai obtenu une carte des pistes de cette région de falaises. Il y avait beaucoup plus de pistes que je pouvais traverser en un seul après-midi, ainsi donc j'ai choisi un itinéraire qui faisait une boucle de près de cent kilomètres, passant à côté des villes de Houston au Nord et de Caledonia à l'Est.

Je devais trouver un stationnement pour la voiture où je pouvais décharger la motoneige. Si on ne connait pas l'endroit, ce ne sera pas si simple. La carte m'a montré la route de la piste en passant la banlieue, donc je savais en général où je devais chercher, mais une voiture et une remorque occupent beaucoup d'espace. J'ai cherché un lieu où elles seraient en sécurité et ne dérangeraient personnes. Les stationnements des motels, de restaurants et des stations d'essence étaient généralement de bonnes possibilités, surtout s'il y avait d'autres voitures et remorques déjà là. Et bien sûr, il est necessaire d'avoir accès à la piste aussi. Un stationnement ne doit pas être sur la piste, mais j'ai toujours cherché les traces qui allaient vers la piste.

J'ai pensé que j'avais trouvé un bon endroît, une station d'essence avec beaucoup d'espace et de traces claires vers la piste. J'ai déchargé ma motoneige et l'ai laissée réchauffer pendant que je mettais mon casque et mes gants. Avec assurance, j'ai suivi les traces que j'avais vues. Les traces descendaient dans un petit ravin, traversaient un ruisseau de moins d'un mètre de large et puis remontaient de l'autre côté. Cela n'était pas nouveau pour moi. J'avais traversé les petits ruisseaux comme ça souvent. Les skis de ma motoneige franchiraient facilement le ruisseau et puis basculaient sur l'autre côté.

Mais cela n'était pas le cas ce beau jour d'hiver. Peut être qu'il n'y avait pas assez de neige quand le motoneigiste précédent avait fait des traces que j'ai suivies. Ou peut être que le ruisseau était gelé à ce moment-là. Ça n'a pas d'importance. Les bouts des skis ont traversé le ruisseau, mais ils n'ont pas basculé sur l'autre pente. Au lieu de cela, ils ont creusé la rive plus loin et m'ont arrêté abruptement. « @#$%^#@$ » ai-je dit entre les dents serrées.

Je pouvais voir du boute des skis et de l'angle de ma motoneige que cela ne serait pas une situation dont on pouvait s'échapper facilement. Ma motoneige, une « SkiDoo Formula Plus » était lourde et difficile à déplacer même sur une chaussée qui était plate. Et voilà, elle était coincée dans la boue. Le puissance de mes muscles seule ne pouvait rien y faire.

Parce que j'étais seul, si je ne pouvais pas trouver de solution, je devais trouver de l'aide. Appelez-moi un homme fier et têtu si vous voulez, mais j'aime résoudre seul mes propres problèmes … si possible. Le plus agaçant était que je n'étais même pas allé plus loin que cinquante mètres de ma voiture.

« Ma voiture ! » ai-je pensé. Pourrais-je l'utiliser pour sortir la motoneige ? Normalement, la réponse serait non. Je devrais la faire reculer dans un ravin plein de neige et il n'est pas logique de risquer d'avoir la voiture coincée elle aussi. Mais je viens d'acheter un « Jeep Cherokee » et elle est un véhicule à quatre roues motrices avec un engrenage bas pour le puissance. « Peut être que ça marcherait » ai-je pensé. Au pire, je devrais appeler le « AAA » (Association américaine pour les voitures) pour retirer les deux véhicules du ravin, mais au mieux, je pourrais sortir la motoneige du ravin et je pourrais être sur la piste dans quelques minutes.

Après avoir détaché le remorque, j'ai mis la Jeep à l'engrenage de 4-ROUES motrices et lentement j'ai reculé dans le ravin. Je me suis arrêté avant la pente raide, pensant qu'il était meilleur de rester sur les terres plus plates. Par hasard, j'avais dans la Jeep une corde de vingt mètres de Nylon. Je l'ai attachée à la poignée à l'arrière de la motoneige et au dispositif d'attelage de la remorque de la Jeep. Mettant la Jeep dans l'engrenage moins rapide, j'ai prudemment pris le mou de la corde et je pouvais sentir la Jeep commencer à exercer une contrainte sur la corde. Soudainement, il y a eu un claquement. La corde venait de casser près du nœud qui l'attachait à la motoneige, qui n'avait pas bougé.

J'ai reculé la Jeep et j'ai rattaché la corde à la motoneige. Cette fois, j'ai tourné les skis de la motoneige dans un sens pour qu'ils ne creusent pas dans la neige dans la direction contraire quand elle était tirée. La corde était tendue et je pouvais sentir la Jeep et la motoneige aller de l'avant quand, encore une fois, la corde a cassé. Au moins, cette fois-ci les skis étaient en dehors du ruisseau.

C'était le moment d'essayer quelque chose de nouveau. J'ai tiré d'un coup sec à l'arrière de la motoneige sur un côté et j'ai attaché la corde à la boucle d'acier d'un ski. Cette fois, la Jeep pouvait tirer la motoneige prèsque pour faire demi-tour avant que la corde ne se casse encore.

Les choses avaient commencé à avoir un aspect plein d'espoir. Cependant, à chaque fois que la motoneige sortait un peu plus loin du ravin, la corde devenait plus courte. C'était un concours entre la distance que la motoneige parcourait et la longueur du reste de la corde, mais avec un autre essai, la motoneige était finalement libre. À mon propre étonnamment, j'ai réussi à conduire la Jeep et la motoneige du ravin.

Regardant le terrain le plus soigneusement, j'ai trouvé d'autres traces qui menaient vers la piste. Cette fois, j'ai marché vers la piste pour être sûr qu'il n'y avait pas d'autres problèmes. Il n'y avait rien et j'ai eu une promenade sur les collines, dans les bois et dans les champs des « Terrains des falaises » du Minnesota.


Pour les renseignements pour faisant de la motoneige dans la Sud-est de Minnesota, allez à « Snowmobiling in the Historic Bluff Country ».