Enable JavaScript.

Peanuts cartoon of Lucy as a psychologist and Charlie Brown as her patient. Image from the Internet.

La bande dessinée Peanuts avec Lucy comme psychologue et Charlie Brown comme sa malade. Image de l'Internet.

2004: The Psychologist is IN

Once again it was the weekend of the Loring Park Art Fair. Having nothing better to do I wandered from booth to booth examining the products of local artists: paintings, ceramics, textiles, furniture and sculptures made of all sorts of materials. There were some interesting pieces to admire but I was just part of the non-buying throng, having nowhere to put any more stuff in my home, artistic or not.

Actually, I was bored, having seen the products of many of the same artists in previous years. But my boredom was deeper than that; I'd reached a point in my life in which I had no goals, no ambitions, and no passions. I had retired from the work-a-day world and had found nothing to engage me in any meaningful way. Reading, watching TV and walking to coffee shops were not enough; I knew it and so did my family. In fact, my eldest son Richard got so annoyed with my lassitude that he refused to speak to me until I (as he put it) "got off my ass and did something." But what? I still hadn't figured that out.

So here I was, killing time at an Art Fair in which I had no intention of buying anything. I came around a clump of large bushes by the edge of the lake, passed several more booths and found myself staring at an attractive, middle-age woman sitting on a folding chair under a large umbrella. There was a second chair next to her and a sign that said "The Psychologist is IN - $5 for 5 minutes." The whole set-up wasn't very original, that being Lucy's gig in many of Charles Schultz's "Peanuts" cartoons, but it was different from everything else at the Fair.

I watched her for several minutes, somewhat hidden by the crowd on the path, wondering if anyone would actually sit in the second chair. I couldn't imagine sitting there in public and talking to someone whose claim to be a professional psychologist just had to be suspect. Besides, what would I say to her, a complete stranger? But maybe it would be helpful, chatting with someone who really didn't know me, who might be able to provide a different point of view. But what could I really accomplish in five minutes beyond getting suckered into an appointment for hours of expensive psycho-babble.

I had decided to walk away when she looked up and saw me staring at her. She beckoned me with her finger and I scowled. She wiggled her finger at me again and I said to myself "What the hell, why not!" She could see that I had reached a decision, so she smiled and pointed to the second chair.

I sat and before she could say anything, I asked, "Are you really a psychologist?"

"Yup, here's my license, right off the wall of my office." She handed me a framed certificate that looked valid.

"Isn't a buck a minute a little lower than you normally bill clients?"

"That it is. I thought this would be an interesting way to spend an afternoon. But enough about me. What about you?"

"What about me?" I asked.

"Well, something is obviously bothering you. Do you want to talk about it?"

I hemmed and hawed. "My oldest son refuses to speak with me. He said he doesn't want to watch me bore myself into an early grave."

"Is that what you're doing?"

"Sort of. I'm not suicidal, but I haven't found anything interesting to occupy my time since I retired."

"How's your health?"

"So, so… I had a heart attack and I'm diabetic, but I get by… I don't have a lot of energy… and I do have a lot of back pain. "

"What do you do for exercise? Do you belong to a gym? Do you play golf or tennis?"

"I get out for a walk every day, but my wife says that's not enough. "

"What about Yoga? Have you ever tried that?"

"Yoga? I wouldn't want to get into all that Indian mysticism stuff?"

"I suppose some people get involved in that aspect of Yoga, but for most people it's just a way to exercise and improve their flexibility. It might even help with your back pain. There's a good Yoga studio near here; you should check it out."

"Yes, my younger son mentioned that too."

"Your family really cares about you," she said.

"Yeah, they do. I have a great family."

The psychologist thought for a few seconds. "There are colleges around here that offer courses for free to seniors. Have you thought about taking courses that you didn't have time for when you were working?"

"Well, my grandparents immigrated to the United States from Québec and I heard them speak French when I was a kid. I did take French classes in High School and College but I wasn't very interested in it at the time. That was a long time ago and I haven't thought about it since then."

"It really doesn't matter what courses you take as long as you get started with something."

At about this time, my wife, Lois, wandered by; she spends much more time than I do looking in the booths of the Art Fair. She saw me sitting in the psychologist's chair and gave me a quizzical look but continued walking by. By then, fifteen minutes and fifteen dollars had elapsed. I thanked the psychologist for her ideas and soon caught up with Lois. I could see that she wanted to ask me questions about what I had been doing, but for once she restrained her curiosity.

In the days that followed, I thought a lot about what the psychologist had said; I really did have to do something. I got information about Gentle Hatha Yoga classes and began attending class once a week and later twice a week. I stuck with Yoga for more than three years, largely because Chris, our instructor, did such a good job of keeping it interesting. After a while, my back pain disappeared.

In January of the following year, I started taking French lessons at the Alliance Française of Minneapolis. I had to start at the very beginning even though I remembered many French words; French grammar was completely lost to me at that point. After about a year, I realized that I would have to do more than just take classes if I was ever to attain any proficiency in French. That's when I began translating these stories with the help of my teachers.

But what could I do with the stories? I was investing a lot of time and money in them and it didn't seem right to just leave them in a drawer, so I began publishing them in a web site for my family and friends.

The web site itself has become a major activity for me, as I work to make it more dynamic and interesting. It has also renewed my interest in computer programming, at least for my own projects. Further, a desire to add photographs to illustrate some of the stories led me to digitize the many thousands of family photos that Lois had carefully assembled in 25 albums.

The fifteen minutes I spent with the psychologist in the park has led to many rewarding activities, including trips to Provence and Québec for French immersion classes. I just needed someone (other than a family member) to give me a "kick in the ass." I looked for her at subsequent Art Fairs, but never saw her again. I wonder how many other people she helped that one day.

2004: La psychologue est LÀ

Encore une fois, c'était le weekend de la Foire des Arts dans le parc Loring de Minneapolis. N'ayant pas d'autres choses à faire j'ai erré d'une baraque à une autre en regardant les produits des artistes locaux : des tableaux, des objets en céramique, des textiles, des meubles et des sculptures faits de plusieurs sortes de matériels. Il y avait des objets intéressants à admirer, mais j'étais seulement un parmi la multitude qui n'achètait rien, n'ayant nulle part où mettre quelque chose dans la maison, artistique ou non.

Vraiment, je m'ennuyais, ayant vu les produits de beaucoup des mêmes artistes les années précédents. Cependant, mon ennui était plus profond que cela ; je suis parvenu à un point dans ma vie où je n'ai plus d'objectifs, d'ambitions et de passions. Je me suis retiré du monde du travail et je n'ai pas trouvé quelque chose qui m'engageait d'une façon significative. Lire, regarder la télé et marcher à un café n'étaient plus suffisant : je le savais et ma famille le savait aussi. En fait, mon fils ainé, Richard, est devenu si fâcher avec ma lassitude qu'il a refusé de me parler jusqu'à-ce que je (comme il l'a dit) « me lev de mon cul pour faire quelque chose. » Mais quoi ? Je ne l'avais pas encore trouvé.

Et me voila tuant du temps à une Foire des Arts dans laquelle je n'avais aucune d'intention d'acheter quoi que ce soit. Je suis arrivé autour d'un grand buisson au bord du lac, j'ai passé plusieurs baraques et je me suis trouvé à regarder fixement une belle femme d'âges moyens qui était assise sur une chaise pliante sous un grand parapluie. Il y avait une deuxième chaise près d'elle et un signe qui disait : « La psychologue est LÀ -- $5 pour 5 minutes. » Ce n'était pas un scene original, comme celle de Lucy dans beaucoup de bandes dessinées « Peanuts » de Charles Schultz, mais c'était différent de tout autre chose à la Foire.

Je l'ai regardée pendant quelques minutes, caché quelque peu par la foule sur le chemin et je me suis demandé si quelqu'un s'assiérait vraiment sur la deuxième chaise. Je ne pouvais pas imaginer m'asseoir là en public pour parler avec quelqu'un dont l'affirmation d'être psychologue professionnelle était suspecte. De plus, que lui dirais-je, à une inconnue complète ? Cependant, peut être que cela serait utile, discuter avec quelqu'un qui ne me connaissait pas, qui pourrait fournir un point de vue diffèrent. Mais qu'est-ce que je pouvais accomplir en cinq minutes autre que me faire entrainer vers un rendez-vous de plusieurs d'heures de charabia de psy.

J'avais décidé de m'éloigner quand elle m'a aperçu la regarder. Elle m'a fait signe avec son doigt et je lui ai jeté un regard noir. Elle a remué son doigt encore et je me suis dit : « Quel diable... ? Pourquoi pas ! » Elle a pu voir que j'avais pris une décision, donc elle a souri et elle a montré la deuxième chaise.

Je me suis assis et avant qu'elle puisse dire quoi que ce soit, je lui ai demandé :
— Est-ce que vous êtes vraiment psychologue ?
— Oui, voici mon permis du mur de mon bureau. Elle m'a donné un certificat encadré qui semblait valide.
— Un dollar par minute est moins cher que ce que vous prenez de vos clients, n'est-ce pas ?
— C'est vrai. J'ai pensé que ceci serait une manière intéressante de passer mon après-midi. Mais assez à propos de moi. Et vous alors ?
— Moi ? Quoi ?
— Bien, quelque chose vous inquiéte ? Voulez-vous en parler ?

J'ai hésité :
— Euh, mon fils ainé refuse de me parler. Il a dit qu'il ne veut pas me regarder pendant que je m'ennuie dans une tombe.
— Est-ce que c'est ce que vous faites ?
— Un peu. Je ne suis pas suicidaire, mais je n'ai pas trouvé quelque chose d'intéressant qui m'occupe depuis que je suis à la retraite.
— Comment va votre santé ?
— Comme ci comme ça… j'ai eu une crise cardique et je suis diabetique, mais je m'en sors… je n'ai pas beaucoup d'énergie… et j'ai beaucoup de douleurs dans le dos.
— Que faites-vous comme exercices ? Vous allez à la gym ? Vous jouez au golf ou au tennis ?
— Je me promène chaque jour, mais ma femme dit que cela n'est pas suffisant.
— Et le Yoga, avez-vous essayé ?
— Le Yoga ? Je ne voudrais pas m'impliquer dans toutes ces choses mystiques de l'Inde.
— Je suppose que quelques personnes s'impliquent dans cet aspect de Yoga, mais pour la plupart c'est seulement une manière pour faire des exercice et pour améliorer leur flexibilité. Il est possible que ça vous aide avec votre douleur au dos. Il y a un bon studio de Yoga près d'ici.
— Oui, mon fils cadet l'a mentionné aussi.
— Votre famille se sent vous concerner.
— C'est vrai. J'ai une bonne famille.

La psychologue a reflecit pendant quelques secondes :
— Il y a des universités près d'ici qui offrent des cours gratuit aux aînés. Avez-vous considéré suivre quelques cours pour laquelles vous n'aviez pas de temps quand vous travailliez ?
— Euh, mes grands-parents ont émigré aux États-Unis de Québec et je les ai entendus parler français quand j'étais jeune. J'ai suivi des cours de français à l'école secondaire et à l'université, mais à ce moment là, je n'y ai pas attaché beaucoup d'interêts. C'était il y a longtemps et je n'y avait pas pensé depuis.
— Ce n'est pas important quels cours que vous suivez à partir de moment où vous commencez quelque chose.

À ce moment-là, ma femme, Lois, est passée devant nous ; elle a consacré beaucoup plus de temps que moi à regarder les baraque à la Foire des Arts. Elle m'a regardé m'assis sur la chaise de la psychologue et elle a levé un sourcil interrogateur, mais elle a continué son chemin. Quinze minutes et quinze dollars avait passé. J'ai remercié la psychologue pour ses idées et bien tôt je me suis mis à rattraper Lois. Je pouvait voir qu'elle voulait me demander à propos de ce que j'étais allé faire, mais pour une fois elle s'retenue.

Pendant les jours suivants, j'ai pensé beaucoup à ce que la psychologue avais dit ; je devais vraiment faire quelque chose. J'ai obtenu des informations au sujet d'un cours de « Hatha Yoga Doux » et j'ai commencé à assister au studio une fois par semaine et plus tard deux fois. J'ai fait au Yoga pendant plus de trois ans, en grande partie parce que Chris, notre enseignant, a fait un tel bon travail de le garder intéressant. Après quelques temps, ma douleur au dos a disparu.

En janvier de l'année suivante, j'ai commencé à suivre des cours de français à l'Alliance Française de Minneapolis. Je devais recommencer au début bien que je me sois souvenu de beaucoup de mots français ; j'avais perdu la grammaire française complètement à ce point-là. Après une année, je me suis rendu compte que je devais faire plus que suivre des cours si je voulais atteindre quelque compétence en français. Ce là que j'ai commencé à traduire ces histoires avec l'aide de mes professeurs.

Mais quoi que pouvais-je faire avec les histoires ? J'investissais beaucoup de temps et d'argent en elles et il ne semblait pas bon de les laisser dans un tiroir, donc j'ai commencé à les publier dans un site web pour ma famille et mes amis.

Le site web lui-même est devenu une activité majeure pour moi, comme je travaille à le faire le plus dynamique et le plus intéressant. Il a renouvelé aussi mon intérêt à la programmation des ordinateurs, au moins pour mes projets propres. De plus, un désir à ajouter des photographies pour illustrer quelques histoires m'a amené à digitaliser les milliers de photographies de notre famille que Lois avait assemblées avec soin dans 25 albums.

Les quinze minutes que j'ai passées avec la psychologue dans le parc m'ont amené à beaucoup d'activités qui me donnent de grandes satisfactions, comme des voyages à la Provence et à Québec pour les cours intensif de français. J'avais seulement besoin de quelqu'un (d'autre que les membres de ma famille) pour me donner un « coup de pied au cul ». Je l'ai cherchée aux Foires des Arts les années suivantes, mais je ne l'ai jamais revue. Je me demande combien d'autres personnes elle a pu aidé cette seule journée.