Enable JavaScript.

 

       

2010: The Hug

Target Field, the beautiful new home of the Minnesota Twins baseball team, was crowded with screaming, cheering fans. The Twins were mauling the Cleveland Indians in the second of a three game series. This delighted the Minnesota fans when yet another runner made it across home plate. There was, however, a Cleveland fan who was not at all pleased, especially since everyone around him was hollering and chearing the Twins.

Gil sat stifly in his seat, his arms folded, with a scowl on his face. He had expected more from the Indians than they were delivering. A life long fan of Cleveland, Gil attended many of their games, followed their team standing in the daily papers, and had even gone to Florida to see their Spring practice. For them to be so badly beaten by the Twins was just plain unacceptable. His scowl got deeper and deeper as the score got ever more in favor of the Twins.

Gil, Lois' brother, had come to Minneappolis with his wife, Carrie, for a long-weekend visit that "just happened" to coincide with the Twins/Indians series. We had three tickets to each of the three games. Gil, Carrie, and Lois went to the first game, which the Twins won. Gil, Kierran, the six year old son of a friend, and I went to the second game, which was also won by the Twins. And Gil, Carrie, and Richard, my eldest son, went to the third game, which had a better result as far as Gil was concerned.

But back to that second game and Gil's scowl. We were seated in a row in which a young couple occupied the aisle seats followed by Gil, me and Kierran, the son of a friend. At the end of the sixth inning, Kierran decided to go to the restroom, so he pushed past all of us and headed up the stairs. As he was my responsibility, I stood up to follow him as did Gil and the young couple as I was considerably larger than Kierran. When I passed in front of Gil, I could see how unhappy he was, so I said to him, "You look like you need a hug." His reaponse was, "I sure do." So I gave him a big bear hug. The Twins fans in the rows above and below us heard this and started laughing.

I then had to pass in front of the young man seated next to Gil. He blurted out, "Do I get a hug too?"

"Sure, why not?"

So I gave him a bear hug too, and then I had to pass in front of his lovely young wife. With a grin on my face, I shyly asked her if she wanted a hug too. Amazingly, her response was, "You betcha!"

So of course I complied, but with a more gentle hug, such as one might give to one's sister. What can I say, some days a senior citizen just lucks out.

2010: La étreinte

Le stade Target est la belle base de départ de l'équipe de baseball des Twins du Minnesota. Elle était bondée avec des admirateurs qui hurlaient et applaudissaient. Les Twins étaient en train de vaincre les Indians de Cleveland dans le deuxième match d'une série de trois. Ceci a ravi les supporters du Minnesota quand aussi encore le coureur a traversé le marbre.

Il y avait, néanmoins, un supporteur de Cleveland qui n'était pas content, surtout parce que tout le monde qui l'entoure applaudissaient les Twins. Gil s'était assis raide, ses bras pliants, avec un air de mauvaise humeur. Il s'attendait davantage des Indians qu'ils rapportaient. Un supporteur de Cleveland pendant toute sa vie, Gil assistait à beaucoup de leurs matches, suivait leur rang dans les journaux et il était même allé en Floride pour voir leurs exercices de printemps. Pour les Indians être vaincus si mal par les Twins étaient inacceptables. Son air de mauvaise humeur devenait plus profond tandis que le score devenait plus avantageux pour les Twins.

Gil, le frère de Lois, est venu à Minneapolis avec sa femme, Carrie, pour nous rendre visite pendant un weekend long, dans lequel, « par hasard », il y avait la série de Twins/Indians. Nous avons eu trois billets pour chaque match. Gil, Carrie et Lois sont allés au premier match, que les Twins ont gagné. Gil, Kierran, le fils de six ans de mon amié, et moi avons assisté au deuxième match, que les Twins ont aussi gagné. Et Gil, Carrie et Richard, mon fils aine, sont allés au troisième match, qui avait un meilleur résultat pour Gil.

Mais pour retourner au sujet de deuxième match et l'air de mauvaise humeur de Gil. Nous étions assis dans un rang dans lequel il y avait un jeune couple suivi deGil, moi et Kierran. À la fin du sixième tour de batte, Kierran avait décidé d'aller aux toilettes, donc il est brusquement passé devant toutes de nous pour monter les escaliers. Comme c'était ma responsabilité, je me suis tenu debout pour le suivre et Gil et le jeune couple ont fait le même parce que j'étais beaucoup plus grand que Kierran. Quand j'ai passé Gil, j'ai pu voir qu'il était triste et je lui ai dit, «  Tu apparais comme tu as besoin d'une étreinte. » Sa réponse était, « Bien sûr, j'en ai besoin ».  Donc, je l'ai serré dans mes bras. Les admirateurs des Twins qui nous entouraient dans les rangs au-dessus et au-dessous de nous, entendaient cela et ont commencé à rire.

Ensuite, j'ai dû passer devant le jeune homme assis à côté de Gil. Il a laissé échapper, « Et moi, je reçois une étreinte aussi ? »

« Bien sûr, pourquoi pas  ? »

Je lui ai aussi donné une grande étreinte et puis j'ai dû passer devant la jeune femme charmante. Avec un sourire, je lui ai timidement demandé si elle voulait aussi une étreinte. Incroyable, sa réponse était « Bien sûr. »

Alors, je me suis soumis, mais avec une étreinte beaucoup plus douce, tel qu'on fait avec une soeur. Qu'est-ce que je peux dire, parfois un citoyen du troisième âge a de la veine.