1957: Daddy's Solution

Crash! Crash! Crash!

Mom, Elaine and I ran to the basement stairs, attracted by the sounds of pottery breaking into a thousand pieces. Dad was there with a box containing our old set of dishes. He was throwing them down the stairs, one at a time, onto the concrete floor of the basement. Mom was horrified.

"Daddy, stop that !" she said.

"Nope," he answered, "I'm getting rid of these old dishes once and for all." He threw another dish.

Crash!

"But… somebody could have used them."

"Too bad. I thought you were going to get rid of them. Now it's my job."

"I didn't have time to… Oh well, I suppose it's too late now.".

"Yup, have a bowl! This is fun, isn't it?"

She hesitated, "No… I can't do that."

Dad gave me a saucer and Elaine a cup. Without a moment's hesitation, we threw them.

Crash! Crash!

And then, Mom sighed and gave in to the inevitable. She joined in the fun and pitched the bowl down the stairs.

Crash!

Soon the box was empty, but the basement floor was covered with shards of broken pottery.

"What a mess," Mom said.

"Don't worry, I'll clean it up," Dad replied.

Immediate action was Dad's typical solution to a problem. Mom wanted to keep the old dishes in the basement until she could find some poor family that could use them. But for Dad, if they weren't good enough for our family, they weren't good enough to give away. My parents believed in living frugally because they had lived through the Great Depression, but Mom came from a family of ten children while Dad had been an only child. In those days, large families had to help each other. This made for a difference in their attitudes about some things.

This bit of family fun came about when Mom suggested that the dishes we had used every day for many years should be replaced. We had dishes from a number of sets in a variety of patterns, some from our grandparents, and others that had been individually bought on sale. Moreover, like other families with small children, many of these dishes were chipped. All in all, our dishes were a mess.

Dad had accepted this situation while the kids were small, as Mom advised, but it was contrary to his normal way of thinking. He preferred a well-ordered home. Everything had to be in good condition and in its proper place; otherwise he got rid of it.

But now, Mom argued that since Elaine and I were no longer small, it was time to buy new dishes. Dad readily agreed, but he insisted that she get rid of the old ones. He really didn't care how she did it.

Mom found a good price on a new set that she liked. Their design was modern, and moreover, they were made of a more durable material than pottery, the indestructible plastic CorrelWare. These dishes could survive a family with a dozen children; they'd never break or chip.

Mom put the old dishes into a box, and the box into the basement, intending to give them away. She then put the new ones into the cupboard. That evening, she served diner on the new dishes and Dad was pleased with their new design.

However, a week later, Dad discovered the box of old dishes in the basement. Somewhat annoyed to see them, he thought for a few minutes and decided on an alternate method of disposing them once and for all. And so, the fun began.

Crash! Crash! Crash!

1957: La solution de papa

Fracas ! Fracas ! Fracas !

Maman, Elaine et moi courûmes aux escaliers au sous-sol de la maison, attirés par les sons de vaisselles cassées en mille pièces. Papa y était et il avait une boîte de nos vieilles vaisselles. Il les jeta une à une jusqu'au béton du sous-sol.

Maman était horrifiée :
— Papa, arrêtez ça !
— Non, je me débarrasse des vieilles vaisselles une fois pour toute. Puis, il jeta une autre assiette.

Fracas !

— Mais… elles pourraient encore servir.
— Oh, c'est bien dommage. Je pensais que tu t'en débarrasserais à la poubelle. Comme tu ne l'as pas fait, c'est mon boulot.
— Je n'avais pas le temps de le faire.… Eh bien, c'est trop tard maintenant, je pense.
— Oui, prenez un bol ! C'est très drôle, n'est-ce pas ?
— Elle hésita : Non… je ne peux pas le faire.

Papa me donna une soucoupe et il donna à Elaine une tasse. Sans hésitation, nous les jetâmes.

Fracas ! Fracas !

Enfin, maman soupira et elle céda à l'inévitable. Elle se joignit au jeu en jetant le bol en bas des escaliers.

Fracas !

Bientôt, la boîte était vide, mais le sol au sous-sol était couvert de brisures de poterie cassée.
— Quel désastre ! nous dit maman.
— Ne t'inquiète pas, je vais le nettoyer, répondit papa.

L'action immédiate était la solution typique de papa à un problème. Maman voulait garder de vieilles vaisselles dans le sous-sol jusqu'à ce qu'elle puisse trouver une pauvre famille pour les donner. Mais pour papa, si les vaisselles n'étaient pas si bonnes pour sa famille, elles ne le seraient pas non plus à une autre famille. Mes parents croyaient vivre frugalement, parce qu'ils avaient vécu pendant la Grande Dépression, mais maman venait d'une famille de dix enfants, alors que papa était fils unique. Dans ces journées, les grandes familles doivent s'aider. Cela faisait une différence dans leurs attitudes de quelques choses.

Cet événement avait commencé quand maman avait suggéré que les vaisselles qui avaient servi la famille depuis longtemps devaient être remplacées. Nous avions des vaisselles avec plusieurs motifs ; quelques pièces de mes grands-parents et d'autres qui avaient été achetées individuellement en solde. En plus, comme les autres familles avec de petits enfants, plusieurs pièces étaient ébréchées. En tout, nos vaisselles étaient un beau gâchis.

Papa avait accepté cette situation quand les enfants étaient petits, en suivant l'avis de maman, mais cela n'était pas acceptable à son esprit. Il préférait une maison ordonnée. Tout devait être dans un bon état et dans un lieu propre ; sinon, il fallait tout lancer.

Mais à ce temps-là, maman soutint qu'il était temps de remplacer les vaisselles bien qu'Elaine et moi ne fûmes plus de petits enfants. Papa était d'accord avec l'idée, mais il insista que maman se débarrassât des vieilles vaisselles. Cependant, il s'en moquait pas mal elle le faisait.

Donc, maman trouva un bon prix de vente pour un nouvel assortiment avec un motif plus moderne. De plus, il était fabriqué d'un matériau plus durable que la poterie ; c'était du plastique indestructible, du « CorelleWare ». Ces vaisselles pouvaient endurer l'abus d'une famille de douze enfants ; elles étaient incassables et ne pourraient jamais être ébréchés.

Maman mit les vieilles dans une boîte et la boîte dans le sous-sol avec l'intention de les donnerà quelquún. Et puis, elle mit les nouvelles dans le placard. Ce soir-là, elle servit le dîner dans les belles nouvelles vaisselles et papa était heureux de leur ornementation.

Cependant, une semaine plus tard, papa découvrit la boîte dans le sous-sol. Fâché, en quelque sorte de les voir dans cet état, il avait pensé que maman les avait mises dans la poubelle, mais ce n'était pas le cas. Il réfléchit quelques minutes et songea à une autre méthode de se débarrasser de vieilles vaisselles une fois pour toute. Ainsi, le jeu commença.

Fracas ! Fracas ! Fracas !