Enable JavaScript.

No Excuses

It was a typical Friday afternoon in the summer. The Minneapolis highways were crowded with hot, sweaty people anxious to get to their cottages in the North woods. Harry Fraser normally worked at his desk until after the rush hour to avoid any possible contacts, but this day was special. It was Nancy's birthday and he wanted to be home early to take her out for a celebration that had been too long denied her.

The traffic on the Interstate had been moving along smoothly, but now, everything came to a complete halt. "Hopefully just a short delay," Harry thought, but he couldn't see what was causing the problem.

"Contact warning," an all-too-familiar voice said.

"Damn, that's all I need!" Harry muttered.

Somewhere, in one of the stopped cars around him, was another monitored offender. Harry's Personal Behavior Monitor, PBM for short, constantly broadcast his probation code and monitored for anyone else's. Their range wasn't very great, only about a hundred feet, but in tightly packed traffic like this, the contact could be in any of the other cars. Harry didn't know whether the contact was in front of him, behind him, or on either side.

Maybe the traffic will start moving soon, and this will sort itself out," Harry thought. He started looking around at the people in the cars next to him, hoping to spot someone who was also trying to spot him. What about that woman in the rusted out Toyota? Or that guy in a baseball cap? Cars and clothing styles were no way to judge, Harry knew, but still, someone in one of those cars was the contact — and he was a contact to them. And that meant the two of them would be in trouble even though there was nothing either of them could do about the damn traffic.

"One minute contact warning. This violation has been logged," said the tinny voice from his left wrist. The PBM looked like a cheap wrist watch, just like what everyone was wearing. It was a watch, too, but one with many other functions, all designed to monitor and control the behavior of convicted felons — like Harry.

Harry leaned his head on his car's steering wheel and groaned. At three minutes, the PBM would begin to take action to force him to break contact. "What can I do if traffic isn't moving by then?" he wondered. He was in a middle lane of the interstate and cars were jammed tightly all around him. "Should I abandon the car? No, that would be a gross violation all by itself. Sgt. Wilson, his probation officer, had told him there would be times like this, times that his PBM training couldn't distinguish. "I'll just have to call him when I get home."

Harry's mind drifted to the courthouse and his sentencing. "A year in the state prison at Stillwater or probation with a Personal Behavior Monitor at Level 3," the judge had said. Harry hadn't hesitated for an instant. He had hoped for level one or two, and felt that level three was a bit harsh, but there was no way he would do jail time if he could avoid it. The PBMs had reduced prison populations to a hundredth of what they had been, but the remaining prisoners were far more dangerous to be around. No, jail was to be avoided at all costs. Harry accepted the level three PBM without complaint.

At level one, a PBM just enforces a simple curfew and makes sure the offender attends counseling sessions. Otherwise, level one offenders can go anywhere, and do anything legal — except, for Harry, drink anything alcoholic. Most people think it isn't much of a punishment to be on Level 1, but Harry knew better. After his first offense, he had been at level one for six months. His probation officer had said he would have to change his lifestyle, but Harry hadn't believed him.

The Friday night after his first conviction, Harry went to the sports bar where his buddies all hung out. They laughed when he ordered a Coke and when the clock over the bar read eight PM, they encouraged him to ignore his curfew. But then, a voice from his PBM had come to life. It began by informing him he was violating curfew. Then, the damn thing began to whistle and screech and scold him. At first, it seemed funny to his friends, but after a few minutes they found it annoying, and told him to leave. He left only after they promised to come to his house the next night to watch football. Harry even provided the beer, but they never came back again. Hanging out at someone's house just wasn't cool.

The months that followed were very lonely for Harry. He had never realized how much he depended on the acceptance and approval of his so-called friends until they'd abandoned him. Then, he realized how shallow it had all been. His probation officer suggested he find some new friends, people with more depth to their personalities, people who wanted to achieve something with their lives. So Harry enrolled in a psychology course at the community college, and that was where he met Nancy.

The romance had progressed slowly. Nancy had real doubts about associating with a man who had been convicted of a crime and was being monitored. But he had been persistent and on his best behavior; eventually, his intelligence and charming personality had won her over. The monitoring hadn't interfered much with his courtship of her; there just weren't any late night dates anywhere but at his place.

But now, all that was ancient history. They had both finished school, gotten married, and Harry got a good job downtown. Everything was going great until Harry fell off the wagon and got into trouble again. He blamed the drinks he had had and the resulting accident on the stresses of his job, but the judge had not been at all sympathetic. And now, here he was, with a level three PBM, and stuck in a traffic jam.

At Level 3, things are a lot tougher. Every minute of Harry's day was carefully scheduled. He could not go anywhere that sold or served alcohol. He was only allowed to go to predetermined activities. He could only use certain routes at specific times. And contacts with other offenders were forbidden. Harry was really in a wall-less, electronic prison. If he wanted to do something out of the ordinary, like taking Nancy out to dinner on her birthday, he had to get permission from his probation officer, who would then program the activity into his PBM. That's why he was so upset about the traffic delay. Nancy was waiting for him. It had been so long since they'd been out on a date, and she was so looking forward to this evening.

"Two minute contact warning," the PBM said.

"Move, damn it, move!" Harry shouted to the unheeding traffic. He was beginning to panic. In six months on parole, he had had only minor violations that could be easily explained. Sgt. Wilson had said he was doing great and would soon move to Level 2. That meant a lot more freedom of movement and that he was well on his way to Level 1 and then finally to release from probation. But now this was happening, and there wasn't a thing Harry could do about it.

After his second sentencing, Harry had to attend a week-long training session about PBMs. Nancy was encouraged to attend with him so she would fully understand his new restrictions. This was something new since his first offense. They learned that the PBM level specified by the judge was just an initial setting, and that it could be changed at any time by his probation officer. Good behavior earned lower levels, even probation without a PBM. But bad behavior got you higher levels. The criteria were explicit and rigidly enforced; you got what you earned. Harry vowed to Nancy he would earn the lower levels.

The training was held in the old downtown Armory building. The first day consisted of classroom lectures on the capabilities of the PBMs and on Harry's required responses to it. Then there were two days with sophisticated game-based computer simulators. This was followed by two days in a Potemkin village constructed in the cavernous main hall of the armory. This village was complete with homes, offices, churches, bars - all layed out on a grid of streets. Special PBMs were used to simulate what would happen in the real world under a variety of conditions at each level of monitoring. The courts wanted no excuses from Harry about not understanding how the PBMs worked. The simulations were rigorous, covered a wide range of circumstances, and they were repeated until he acted correctly for each situation.

The training session also introduced Harry to the less pleasant capabilities of the PBMs. A single brief whiff of the stink emitted by the PBM caused his stomach to turn and his eyes to water. He could only describe it as a cross between skunk and vomit. No one wanted to be anywhere near someone in violation. The few times a PBM had gone off in crowded places, there had been riots, as citizens forcibly ejected the offender from their midst. In one case, an offender had been pushed out of a window and died. The defense attorney for the people arrested for the defenestration pleaded extreme provocation, and a sympathetic jury agreed. That verdict just made it all the more dangerous for offenders who misbehaved. They all knew it and avoided crowds.

An ambulance and a police car went by on the shoulder. Harry knew he was doomed. Traffic would be stalled for at least half an hour. He got out and walked ahead hoping that his PBM would give him the "Contact Broken" message he so desperately wanted to hear, but instead, he kept getting " New Contact" messages. Reversing direction didn't help either. There were just too many offenders trapped in the jam. Eventually, Harry heard the dreaded "Three minute contact" message.

The first odor he noticed surprised him. He'd been expecting what he'd smelled in class, but this was different. It was noticeable, but not very strong, sort of the smell of a fart after a meal laden with garlic — not pleasant, but tolerable in the open air.

A policeman approached Harry to order him back into his car. Instead, he wrinkled his nose in disgust and asked, "You sick, or in violation?"

"The latter, I'm afraid, officer," Harry replied. "I can't seem to break contact in this traffic jam."

"That's too bad. Stay with your car. I don't want to have to call a tow truck." the policeman said.

Harry wrote down the officer's name in case he needed someone to vouch for him. Getting back in his car, he opened the windows wide and hoped the smell wouldn't get too bad.

Fifteen minutes passed before Harry noticed a change in the smell. Now, it was more like that of an oil refinery spewing sulfur dioxide into the air, something like rotten eggs. That was a lot harder to take, but he had no choice. The drivers in the cars around him were giving him dirty looks. Cars finally began to move, but it took him nearly five minutes to get past the accident. As he drove by, the officer directing traffic was treated to a smell that made him gag. Harry could see him shaking his fist in his rear view mirror.

Finally, contact was broken and the emitter turned off. Harry opened the car's windows wide to air it out, but what was he going to do to get rid of the smell in his clothes. There really wasn't anywhere he could go except home. What would Nancy say? Harry agonized over this for the rest of his twenty minute drive. His best idea was to sneak into the tool shed behind his garage. He could strip out there and shower himself with the garden hose. Nancy would know what had happened, but at least he wouldn't be embarrassed by her smelling him this way.

It wasn't much of a plan, but it was the best he could think of. And like all such plans, it was subject to Murphy's Law — anything that can go wrong will. When he arrived home, there were at least twenty cars parked around his house and in his driveway. He had forgotten about the surprise afternoon party Nancy's friends were having for her. He could see her elegant friends walking to their cars, gabbing and laughing. Nancy was among them; she would be wondering where he was.

Harry knew he could not drive up and scurry off to the shed. They would spot him for sure, and then they would smell him. It was no secret that he was on a PBM, but so far, he had managed to retain some dignity. Nancy was proud of his efforts to reform. But this would just destroy her, and maybe their marriage as well. It was not something Harry could chance; he still could not believe she had stayed with him after his second offense. He sped by his house hoping no one would see him. For the next half hour, Harry drove the streets of his neighborhood aimlessly, just to kill time.

"Position warning," his PBM said. In addition to detecting contacts with other felons, Harry's PBM knew his precise location at all times through the Global Positioning System. It could compare his location with the plan in its capacious memory of the places he was allowed to visit and the times he was allowed to go there. The odor emitter of Harry's PBM was now activated again, and at greater intensity.

Ten minutes later, Harry parked where he could see his house. He was sitting there crying when the last car drove off. Nancy looked down the street towards him, and immediately knew that something was wrong. As she walked up to him, he quickly rolled up the car's windows, as if that could hold in the reek of decayed flesh that now surrounded him.

"It's OK, Harry," she said. "Come home and we'll take care of everything together." Harry didn't know how he could possibly love her more.

Freshly showered and in clean clothes, Harry called Sgt. Wilson, and explained what had happened.

"Well, well, you finally got to suffer a little, did you?" Sgt. Wilson said. "That's too bad, Harry. But now think about the little girl you ran over when you were drunk, and how she suffered for months. Excuse me if I'm not too sympathetic."

"But these violations weren't my fault," Harry pleaded. "There was nothing I could do about them."

"Yeah, and getting drunk wasn't your fault either. It's always someone else's fault, isn't it, Harry? No, you're the one who chose to come home early, when the traffic is heaviest — not anyone else, you! You were told that no excuses would be accepted, and we mean it. You'll be staying on Level three a while longer, now… and there'll be no special outings."

"But I can still take Nancy out for her birthday tonight, can't I?" Harry asked hopefully.

The only answer he got was the sound of gruff laughter as Sgt. Wilson hung up the phone.

Pas d'excuses

C'était un après-midi typique d'un vendredi dans l'été. Les autoroutes à l'Ouest de Minneapolis étaient remplies de circulation avec des gens qui avaient chauds et qui étaient en sueur. Ils tenaient beaucoup à aller à leur cottage dans les bois du nord. Harry Fraser travaillait normalement à son bureau jusqu'à après les heures de pointe pour éviter quelques contacts personnels, mais ce jour-là était spécial. C'était l'anniversaire de Nancy et il voulait rentrer tôt chez eux pour une fête qui avait été niée depuis trop longtemps.

La circulation sur l'autoroute roulait habilement, mais tout d'un coup tout s'était arrêté. « J'espère que c'est une courte pause, » pensa Harry, mais il ne pouvait pas voir la cause du problème.

« Alerte, contact ! » dit une voix qui était trop familière.

« Mon dieu, c'est tout ce dont j'ai besoin ! » murmura Harry.

Quelque part, dans une des voitures arrêtées qui l'entourait, était un autre délinquant sous contrôle. Le Moniteur de Comportement Personnel, ou MCP, de Harry diffusait continuellement son code d'épreuve et il écoutait le code d'autres. Leur écart n'était pas très grand, seulement trente mètres, mais dans un embouteillage comme ça, le contact pouvait être dans n'importe quel autre voiture. Harry ne savait pas si le contact était devant lui, derrière lui, d'un côté ou l'autre.

« Peut-être que la circulation bougera plus tôt et ce problème se résoudra », pensa Harry. Il commença à regarder les personnes dans les voitures près de lui, en espérant trouver quelqu'un qui essayait de l'identifier. Est-ce la femme dans la Toyota rouillée ? Ou le garçon qui porte une casquette de baseball ? Harry savait que les voitures et les vêtements n'étaient pas une bonne façon de juger, mais tout de même, quelqu'un dans ces voitures était le contact — et il était en contact avec eux. Et cela signifierait que les deux auraient des ennuis même s'ils n'y avait rien qu'ils pouvaient faire au sujet de la circulation.

« Alerte d'une minute. Cette violation a été inscrite au journal. » dit la voix métallique sur son poignet gauche. Le MCP avait l'air d'une montre moins chère, seulement comme tout le monde porte. C'était une montre aussi, mais une avec d'autres fonctions, tout ce qui était prévu pour suivre de près et contrôler le comportement des délinquants — comme Harry.

Harry appuyait la tête sur le volant de sa voiture et grognait. À trois minutes, le MCP agirait pour l'obliger à interrompre le contact. « Que puis-je faire si la circulation n'était pas fluide à ce moment-là ? », se demandait-il. Il était sur la voie de milieu de l'autoroute et les voitures étaient embouteillées tout autour de lui. « Dois-je abandonner la voiture ? Non, cela serait une grande violation en elle-même. » Le sergent Wilson, son contrôleur judiciaire, lui a dit qu'il y aurait des moments comme ça, des moments où sa formation avec le MCP ne pourrait pas faire la part des choses. « Je devrai lui téléphoner après être retourné chez moi. »

L'esprit de Harry revit la prononciation de sa condamnation au palais de justice. « Une année de prison dans l'État de Minnesota à Stillwater ou l'épreuve avec un MCP à niveau trois. » avait dit le juge. Harry n'avait pas hésité un instant. Il a espéré le niveau un ou deux et il a pensé que le niveau trois était un peu sévère, mais il ne voulait pas passer de temps en prison s'il pouvait l'éviter. Les MCP avaient réduit la population des prisons à un centième de ce qu'elle avait été, mais les prisonniers qui restaient là étaient beaucoup plus dangereux. Non, la prison aurait du être évitée à tous prix si possible. Harry a accepté le niveau trois du MCP sans se plaindre.

Au niveau un, un MCP impose seulement un couvre-feu et il s'assure que le délinquant assiste à des sessions de conseils. Autrement, le délinquant pouvait aller partout et faire n'importe quoi légalement — sauf, pour Harry, boire de l'alcool. La plupart des personnes pensent que le niveau un n'est pas une mauvaise punition, mais Harry savait mieux. Après sa première offense, il avait été à niveau un pour six mois. Son contrôleur judiciaire lui avait dit qu'il devait changer son mode de vie, mais Harry ne l'avait pas cru.

Le vendredi soir après sa première condamnation, Harry est allé au sports bar où ses amis traînaient. Ils ont ri quand il a commandé une Coca et quand l'horloge au-dessus du bar a dit huit heures, ils l'ont encouragé à ignorer son couvre-feu. Mais puis, la voix de son MCP s'est faite entendre. Il a commencé à l'informer qu'il violait son couvre-feu. Après quelques minutes, la chose sacrée à commençait à sifflet et à hurler et le réprimander. Au début, cela semblait amusant pour ses amis, mais après quelques minutes ils l'ont trouvé agaçant et ils lui ont dit de partir. Il est parti mais seulement après que ses amis aient promis de venir chez lui la soirée prochaine pour regarder le foot ball. Harry a même offert la bière, mais ils ne sont jamais venus. Traîner chez quelqu'un n'était pas cool.

Les mois qui ont suivi était très solitaires pour Harry. Il n'avait jamais réalisé combien il dépendait de l'acceptation et l'approbation de ses soi-disants amis jusqu'à ce qu'ils l'abandonnent. Il a donc réalisé à quel point cela avait été superficiel. Son contrôleur judiciaire a suggéré qu'il trouve de nouveaux amis, des personnes qui avaient des vies plus profondes, des personnes qui voulaient accomplir quelque chose dans leur vie. Alors, il s'est inscrit dans un cours de psychologie au centre universitaire et c'est là où il a rencontré Nancy.

Leur idylle était allée lentement. Nancy avait de vrais doutes à propos de s'associer à un homme qui avait été condamné d'un crime et qui était sous contrôle. Mais il avait été persévérant et sur son meilleur comportement ; finalement, son intelligence et sa charmante personnalité avaient gagné son coeur. Le contrôle n'avait pas trop interferé pendant ils sortaient ensemble ; il ne pouvaient pas se voir très tard sauf chez lui.

Mais maintenant, tout cela était une ancienne histoire. Ils avaient fini leur éducation, ils se sont mariés et Harry avait trouvé un bon travail dans le centre-ville. Tout allait bien jusqu'à ce que Harry retombe et se trouve encore une autre fois dans des problèmes. Il a blamé les boisons qu'il avait bues et l'accident qu'il avait causé sur les stresses de son travail, mais le juge n'était pas bien disposé. Et à ce moment-ci, il a un MCP au niveau trois et il était coinçé dans un embouteillage.

Au troisième niveau, tout est beaucoup plus difficile. Chaque minute de la journée de Harry était planifiée avec soin. Il était interdit d'aller n'importe où l'alcool était vendu ou servi. Il était autorisé d'aller seulement à des activités déterminées en avance. Il pouvait utiliser seulement certaines chemins pendant des heures précises. Et les contacts avec d'autres délinquants étaient empêchés. Harry était dans une vraie prison électronique qui n'avait pas de murs. S'il voulait faire quelque chose de différent, comme une sortie avec Nancy, il devait obtenir la permission de son contrôle judiciaire, qui ajouterait le plan dans le MCP. Cela était la raison pour laquelle il était très vexé par les embouteillages. Nancy l'attendait. Il y avait si longtemps qu'ils ne sont pas sortis ensemble et elle attendait avec impatience cette soirée.

« Alerte de deux minutes, » dit le MCP.

« Bougez, maudit, bougez bandit cons ! » hurla Harry à la circulation indifférente. Il commençait à paniquer. Pendant six mois avec le contrôle, il avait eu seulement des violations mineures qu'il pouvait expliquer facilement. Sgt Wilson avait dit qu'il se debrouillait bien et qu'il serait au niveau deux bientôt. Cela voulait dire beaucoup de liberté de mouvement et qu'il était sur le chemin du niveau un et finalement sortir de contrôle. Mais maintenant ceci arrive et il n'y avait rien que Harry pouvait faire.

Après sa deuxième condamnation, Harry a dû assister pour une semaine à un cours au sujet du MCP. Nancy avait été encouragée à assister avec lui pour qu'elle comprenne aussi ses nouvelles restrictions. Cela était quelque chose de nouveau depuis sa première condamnation. Ils ont appris que le niveau d'un MCP spécifié par le juge était seulement un premier réglage et qui pouvait changer à n'importe quel moment par son contrôle judiciaire. Le bon comportement vous fait béneficier d'un niveaux inférieur, même un contrôle sans MCP — mais le mauvais comportement des niveaux supérieurs. Les critères étaient explicites et imposé rigoureusement ; on avait le niveau qu'on meritait. Harry avait juré à Nancy qu'il gagnerait les niveaux inférieurs.

La formation se tenait dans la vielle armurerie dans le centre-ville. Le premier jour consistait à des conférences sur les capacités des MCP et sur les réponses que Harry fournirait. Puis, il y a eu deux jours avec un simulateur numérique qui était comme un jeu. Cela était suivi de deux jours dans un Potemkin village construit dans l'énorme salle de l'armurerie. Ce village avait des maisons, des bureaux, des églises et des bars — tous sur une grille des rues. Des MCP spéciaux étaient utilisés pour simuler ce qui se passerait dans le monde reél au-dessous d'une variété des conditions à chaque niveau. Les tribunaux ne voulaient aucune excuse de Harry à propos de la façon dont lequel les MCP fonctionaient. Les simulations étaient rigoureuses, ils ont traité beaucoup de circonstances et ils étaient répétés jusqu'à ce que Harry agisse correctement dans chaque situation.

De plus, la formation a introduit Harry aux capacités du MCP moins agréables. Après une seule bouffée d'odeur émise par le MCP, son estomac avait tourné et il a eu des larmes aux yeux. Il pouvait le décrire comme un mélange de mouffette et de vomi. Personne ne voulait être près de quelqu'un en violation. Les rares fois où un MCP avait pué dans un lieu bondé, il y avait des émeutes, alors que les gens avaient éjecté le délinquant de leur présence. Dans un cas, un délinquant avait été défenestré et était mort. L'avocat de la défense a plaidé qu'il y avait une provocation extrême et le jury l'avait suivi. Ce verdict a rendu les choses plus dangereuses pour les délinquants qui se conduisaient mal. Ils le savaient et ils évitaient des bandes.

Une ambulance et une voiture de police sont passées sur le bas-côté de l'autoroute. Harry savait qu'il était condamné. La circulation serait bloquée au moins une demi-heure. Il est descendu de sa voiture et a marché en avant en espérant que son MCP lui donnerait le message « Contact interrompu » qu'il voulait entendre désespérément, mais au lieu de cela, il a continuer à entendre « Nouveau contact ». La direction inverse ne l'aidait pas non plus. Il y avait trop de délinquants immobilisés dans les embouteillages. Finalement, Harry a entendu le message redoutable : « Alerte de trois minutes ».

La première odeur qu'il a sentie l'a étonné. Il avait été prévu ce qu'il avait senti pendant sa formation, mais ceci était différent. Il était apparent, mais pas très fort, comme l'odeur d'un pet après un repas avec beaucoup d'ail — pas agréable, mais tolérable en plain air.

Un gendarme a approché Harry pour lui demander de retourner à sa voiture. Plutôt, il s'est plissé son nez en dégoût et lui a demandé :
— Vous êtes malade ou en violation ?
— Le dernier, je crains, monsieur, a répondu Harry. Je ne peux pas interrompre le contact dans ces embouteillages.
— C'est domage. Restez avec votre voiture. Je ne veux pas appeler une dépanneuse.

Harry a écrit le nom de l'officier au cas où il aurait besoin de quelqu'un pour temoigner en sa faveur. Après être retourné à sa voiture, il a ouvert les fenêtres très grandes et il a espéré que le puanteur ne sentirait pas trop mal.

Quinze minutes sont passées avant que Harry ne s'apercoive d'un changement d'odeur. À ce moment-là, il était de plus comme une raffinerie de pétrole qui dégueulait l'anhydride sulfureux dans l'air, quelque chose comme l'odeur d'oeufs pourris. Cela était beaucoup plus difficile à tolérer, mais il n'avait pas le choix. Les conducteurs dans les voitures qui l'entouraient l'ont fusilé des yeux. Les voitures ont commencé à rouler, mais quelques autre cinq minutes sont passées avant qu'il puisse passer l'accident. Alors qu'il passait devant lui, l'officier qui dirigeait la circulation était traitée à l'odeur qui lui avait donné des haut-le-coeur. Dans son miroir à l'arrière, Harry a pu le voir en le menacer du poing.

Finalement, le contact était interronpu et l'émetteur d'odeurs du MCP était éteint. Harry a ouvert les fenêtres grands pour changer l'air de la voiture, mais que pouvait-il faire pour éliminer l'odeur dans ses vêtements ? Il ne pouvait aller nulle part sauf chez lui. Que dirait Nancy ? Harry s'est tourmenté à ce propos pendant le reste du voyage chez eux. Sa meilleure idée était d'entrer furtivement dans l'abri d'outils à l'arrière du garage. Il pourrait se déshabiller là et se doucher avec le tuyau d'arrosage. Nancy saurait ce qui s'était passé, mais au moins il ne serait pas gêné de voir Nancy le sentir ainsi.

Ceci n'était pas un grand plan, mais c'était tout ce qu'il pouvait en penser. Et comme tous plans, c'était sujet à la loi de Murphy — « Tout ce qui peut tourner mal, tournera mal. » Quand il est arrivé chez lui il y avait vingt voitures au tour de la maison. Il avait oublié la fête d'anniversaire pour Nancy qui a été offerte par ses amies. Il pouvait voir ses amies élégantes en marchant à leur voiture, papotant et riant. Nancy était parmi eux ; elle se demandait où il était.

Harry savait qu'il ne pouvait pas conduire là et aller à l'abri. Elles le verraient et puis elles le sentiraient. Ce n'est pas un secret qu'il était sous contrôle d'un MCP, mais jusqu'à présent il était parvenu à garder quelque dignité. Nancy était fière de son effort à s'en sortir. Mais ceci la détruirait et peut-être détruirait leur mariage aussi. Ce n'était pas quelque chose que Harry pouvait risquer ; il ne pouvait pas encore croire qu'elle était restée avec lui après sa deuxième condamnation. Il conduisait très vite pour passer sa maison en espérant que personnes ne le verrait. Pour le demi heure suivant Harry a conduit sur les rues de son voisinage sans but, seulement pour tuer le temps.

« Alerte de position » a dit le MCP. En plus de détecter des contacts avec d'autres délinquants, le MCP de Harry savait où il se trouvait précisément à tous moment à cause du système de localisation GPS. Il pouvait comparer son lieu avec le plan dans sa vaste mémoire des lieux où il pouvait se rendre et les heures où il pouvait y aller. L'émetteur des odeurs du MCP de Harry était activé encore et à une intensité beaucoup plus grande.

Dix minutes plus tard, Harry a stationé où il pouvait voir sa maison. Il s'y était assis jusqu'à ce que la dernière voiture soit partie. Nancy a regardé vers lui et a su immédiatement que quelque chose avait mal tourné. Alors qu'elle marchait vers lui, il a fermé les fenêtres de la voiture, comme si cela pouvait retenir la puanteur de la chair décomposée qui l'entourait.

« C'est OK, Harry, » a dit-elle. « Viens chez nous et nous nous occuperons de tout ensemble. » Harry ne savait pas comment il pouvait l'aimer de plus.

Après s'être douché et porté des vêtements propres, Harry a appelé Sgt. Wilson et il a expliqué ce qui s'était passé.

« Eh bien, finalement vous avez dû souffrir un peu, n'est-ce pas ? » dit Sgt. Wilson. « Cést bien dommage, Harry. Mais maintenant, pensez au sujet de la petite fille que vous avez écrasé pendant que vous étiez ivre et comment elle a souffert pendant plusieurs mois. Excusez-moi si je ne suis pas sympathique. »
— Mais ces violations-ci n'étaient pas ma faute, a plaidé Harry. Il n'y avait rien que je pouvais faire.
— Oui et saouler n'était pas votre faute non plus. C'est toujours la faute de quelqu'un d'autre, n'est-ce pas, Harry ? Non, c'était vous qui avez choisi de rentrer chez vous tôt, pendant que la circulation était plus dense — pas quelqu'un d'autre — vous ! On vous avez dit que pas d'excuses serait accepté et nous sommes très serieux. Donc, vous resterez un peu plus longtemps au niveau trois … et il n'y aura aucune sortie spéciale.
— Mais je peux sortir encore avec Nancy ce soir pour son anniversaire ? a demandé Harry avec espoir.

La seule réponse de Sgt. Wilson a été un rire bourru alors qu'il raccrochait le téléphone.