Ice Age Rescue

At Clarke Station, the orbital terminal of the space elevator,* in the geosynchronous city of New Hope, the members of the Far Stars social club gathered in a semi circle around their tour leader. Gleaming below them, the frozen polar regions of the Earth still extended far to the South. After thousands of years, the ice sheets had finally begun to retreat, but there was still an awesome amount of ice and snow.

The northern hemisphere, currently in its winter season, looked particularly forbidding, but Zachary knew that it was teaming with life of all kinds. In fact, the wildlife was the main reason he'd signed up for this trip. Sure, they had zoos in the orbital cities — wonderful zoos — but there was only one place to see the great herds of bison, mammoth, elk, musk oxen, and horse. That was on Earth.

Zach returned his attention to the lecturer: "During the day, we'll leave the village and go out to explore the countryside. Each of you will be driving a vehicle called a snowmobile that lets you skim over the surface of the snow in comfort."

The observation port became opaque, and on it, the picture of a truly strange vehicle appeared. It had skis in the front and the track of a conveyer belt underneath a seat that one obviously straddled.

"The design of these vehicles is of great antiquity, from millennia before our ancestors built the space elevators and left the entire Earth as a wildlife sanctuary. About ten years ago, a copy of an ancient magazine devoted entirely to snowmobiles was discovered. It included articles about touring on snowmobiles and on snowmobile racing. There was even an article on snowmobiling across open water. Somebody thought these sports looked like fun, and brought the idea to the Entertainment Engineering Cooperative."

The picture on the screen changed to show pictures scanned from the magazine and concluded with a picture of an updated model.

"As you can see, the new version looks pretty much the same. That's because the engineers found that having them right down in the snow was what made them fun. Anything else, and it was just another type of air-scooter. So there's still skis in front and a rotating track underneath for propulsion. But the new model also has a quiet, non-polluting, micro-fusion engine, spindizzys** for gravitational control and nanotronics for communications, navigation, and entertainment. Of course, your personal AI can be linked in for fully automatic control, but you'll find it's a lot of fun to drive them yourself. "

"Yeah, but how fast do they go," a voice from the back of the group shouted out, accompanied by a chorus of laughter.

Zack didn't have to look to know who the hecklers were — his sixteen year old brother Adam and his three friends, Brian, Joe and Christy. They'd bear close watching when they got out on the snow.

The lecture went on for another half hour, until it was time for the next car down to Earthport, on the tropical island of Sri Lanka, a vertical drop of over 22,000 miles. From there, they took by a hypersonic transport to the center of North America, where they boarded their land cruiser, the Minnesota. Shortly therafter, it lifted on its enormous spindizzies for the short trip to their first base camp.

Named for one of the early political units of North America, the Minnesota was designed for minimum impact on the environment. Really just a large oval platform on adjustable legs, it could be set down anywhere not too steep. Its top surface was nearly ten acres in size, and on it a complete Swiss-style village had been constructed. It included everything from luxury hotels to night clubs, theaters, spas, heated swimming pools, gyms, and maintenance buildings for its fleets of snowmobiles and trail groomers.

In normal operation, the Minnesota moved from one base camp to another during the day, dropping off parties of snowmobilers each morning. The riders had the rest of the day to explore the countryside, rejoining the Minnesota at the next base camp at nightfall. Then, robot trail groomers would fan out to ensure that everyone would have perfectly smooth trails for the next day's ride. This pattern was repeated each day for a week as the Minnesota navigated a large loop through a wide variety of terrains and scenery.

During the trip to Camp One, numerous parties were in full swing. Beer, ever the great social lubricant, flowed freely, and mountains of delectables were consumed. Eventually, the older revelers remembered their tours for the next morning, but the young, still able to tolerate "sober-up" pills continued until it was time to watch the robot groomers converge on the Minnesota.

Zack joined Adam and his friends for the first morning drop-off. They were each issued a colorful whole-body suit with matching boots, gloves and helmet that automatically integrated themselves with the comfort systems of the suit. A member of the Minnesota's crew showed them how to plug its coiled umbilical cord into their snowmobile's power and communications systems. As long as they stayed with their snowmobile, they would be safe and warm.

Zack linked his personal AI, whom he had named Roger, with the nanotronics of Zack's snowmobile and suit. Via sensors built into the helmet, Roger could see and hear everything that Zack could. Within seconds, Roger responded with "I'm linked in, Zack. It's going to be cold but clear. We're going to have a great time today. This is a cool machine!"

"Super, Roger. Please keep an eye on Adam for me. He can be pretty unpredictable."

"Yes, your mother said the same."

"Listen up, folks," their guide said over their helmet radios. "Your first drop off might be a little scary. The deck of the Minnesota is about fifteen feet above the trail this morning. We keep it that high to keep wild animals out. Just follow me off the drop-ramp. Your snowmobile's spindizzis will bring you down at one tenth G. Do not, I repeat, Do not begin to accelerate until you hit the snow. And then, play with the accelerator and the brakes until you're comfortable with them. These snowmobiles have powerful engines and you could get hurt. Let's be SAFE!"

Without a sound, his snowmobile began to move toward the drop-ramp. Once past the end of the ramp, momentum took him forward as he drifted toward the ground. At touch down, he squeezed the accelerator, and shot off down the trail. Each of his charges followed, some more gracefully than others. Adam's track was spinning madly when his snowmobile touched down, flinging him forward like a stone from a slingshot. Zack didn't have to see his face to know Adam was grinning from ear to ear. Always do the exact opposite of what an adult tells you seemed to be Adam's motto.

A couple of miles from the Minnesota, the guide radioed for a stop and had them gather around. "OK, from here, you're on your own. Your snowmobile's map display will tell you exactly where you are in relation to the groomed trails and any natural hazards. If you have any questions, ask your AI. Have fun and I'll see you tonight."

"Channel 8," Adam said over his helmet radio. Everyone in his group knew to switch to channel 58 at that command, and in minutes the four teens were headed down a branch trail, leaving everyone else, including Zachary, behind.

Typical, thought Zack. At sixteen, Adam and his friends just had to be off on their own. Zack had promised his mother to keep an eye on him, but that wasn't going to be easy. And besides, Zack had made some plans of his own with René, a dark eyed beauty he'd met on the long trip down from New Hope. She hadn't wanted to spend the whole week with her parents and was relieved when she met and immediately liked Zack. Together, they headed down the same trail Adam had taken. They wouldn't be able to catch him, but at least they would be close in case of trouble. Zack had studied the trail maps and had a good idea where the kids were going, a large open area marked as an ancient frozen lake. It was the perfect place to see how fast the snowmobiles could really go.

Zack touched the lake area on his map display and told Roger that was their first destination. Chatting amiably on a private channel, he and René drove the snowmobiles themselves so they'd get used to them. They could have let the AI's do the driving, but that didn't seem like it would be as much fun.

They were far enough from the leading edge of the glaciers that the tundra was being recolonized by dwarf pines, but the land was still mostly open grasslands. Everywhere around them they could see evidence of the recent passage of herds of large animals. In some places, they'd crossed the trail and made a mess of it, but the snowmobiles adjusted their spindizzies and smoothed out all the bumps. This didn't surprise Zack in the least. He was accustomed to this level of technical excellence in everything he used, but he wondered what it might have been like to ride one of the ancient machines, where you could hear the roar of a gasoline engine and you could feel every bump through mechanical suspensions.

Zack and René stopped on a knoll overlooking a broad valley. In the distance, a group of large dark shapes were being pursued by predators. From the right, four snowmobiles came into view and seemed to be paralleling the stampeding herd. Zack knew immediately who they were. He hoped Adam would have enough sense to keep clear of the animals. Both prey and predators were large and dangerous in this cold climate. The other danger, of course, was that they were off the trails. There was no telling what the ground conditions would be. At least there was no barbed wire fencing left; that had all turned to rust long ago. Zack shuddered at the horror stories he'd heard the night before about unwary snowmobilers being decapitated.

Suddenly, a herd of woolly mammoths came up the back side of the knoll and surrounded Zack and René. They jostled each other to keep away from the humans. It was a thrill to be so close to the mighty beasts, but Zack could see René beginning to panic. Actually crosses between elephants and the DNA of frozen mammoths, these powerful animals were the descendants of scientific experiments to reintroduce extinct species. They had done quite well during the ice age, but some biologists were wondering how they'd fare as the Earth warmed up again. There were also wolves, giant cave bears, and saber-toothed tigers that preyed on the large herbivores. Everyone hoped to see them, but not too close.

"Roger, pop us up sixty feet!" Zack said.

The snowmobiles sprang straight up into the air as if they were attached to giant springs. The mammoths were frightened by the sudden motion and began trumpeting loudly. The trunks of the alpha females reached up to them to pull them from the sky and chastise them, but they couldn't quite reach. The snowmobiles passed over their broad heads, descended to the trail and sped away. It wasn't that the snowmobiles couldn't fly on their spindizzies, it was just that they didn't fly very well — sort of like wild turkeys.

René was giggling hysterically. "Zack, that was entirely too close!"

"I didn't know anything that big could move so quietly," he replied.

The trail wound through some low hills and the scene opened onto the frozen lake. Four snowmobiles could be seen throwing up plumes of powdery snow as they raced across the lake. Zack didn't even want to guess at their speed. The lead snowmobile seemed to leap into the air when it hit a pressure ridge in the ice. Its spindizzies struggled to keep it upright and bring it gently to the ground. The other snowmobiles also became airborne. Amazingly, they all circled around and did the jumps again. "It must be fun," Zack thought.

When they reached the jump, the teens were long gone to their next adventure. Zack and René tried the jump too, and then stopped for lunch in the middle of the lake, where large pachyderms couldn't sneak up on them. Having the face shield of their helmets open reminded them that this was an arctic climate in mid-winter during an Ice Age. Their temperature controlled suits had made it easy to forget.

They were just finishing when an emergency call came on their helmet radios. From the location, it could only be the kids. They were still on the lake and only a few miles away. Zack and René took off at top speed. The shoreline curved to the left and the lake narrowed between high cliffs.

Roger's voice cut in "Caution, Zachary, there's open water ahead."

Zack slowed down, and they soon came up to Adam, Joe and Brian, standing a short distance from the water. There were only three snowmobiles, and Christy was nowhere to be seen.

Adam came up to his brother as Zack and René stopped. "Didn't you hear the warning about open water?" Zack asked.

"Who listens to AI's? They're worse than parents. Besides, the tour guide said it was possible to snowmobile across open water." Adam said petulantly. "Christy was in the lead, and we all saw her go under. When she didn't come right up, and didn't answer on the radio, we called for the rescue squad."

Zack just shook his head. "She tried to cross open water? Well, maybe if you know what you're doing, but this was your first day out. Don't you guys have any common sense at all?"

"Roger, how deep is the lake here?" Zack asked his AI.

"About thirty feet," Roger replied.

"And how much longer can Christy last under water?" Zack continued.

"Christy's suit has air for about ten more minutes under water," Roger said. "However, it will take the rescue squad approximately fifteen minutes to get here and then additional time to determine what to do and to execute a rescue."

"Looks like we'd better do something, ourselves," Zack said. "We've got five snowmobiles to work with and each snowmobile has a power winch with a hundred meters of diamond thread. That ought to do it."

Zack arranged the snowmobiles side by side and linked them together as a single, stable platform under Roger's operational control. The platform lifted on its spindizzies and moved slowly over the water to Christy's point of entry. Hooking the winch cables of two snowmobiles to his suit, Roger sealed his face shield and stepped into the cold water.

In the dim glow of his helmet light, Zack could see only a few feet around him. Out of the corner of his eye he caught sight of something moving. It was one of Christy's gloves. Zack grabbed it and pulled himself toward her. She was unconscious. Attaching one of the winch cables to Christy's suit, Zack signaled for her to be lifted to the surface. He then attached the other cable to her snowmobile and rode up with it. A total of nine minutes had elapsed.

Back on the platform, Christy's face shield had been removed and though her lips were a bit blue, she was breathing normally and had regained consciousness. She was beginning to shiver from the cold, but her suit was now plugged into a snowmobile and would warm her quickly.

The Minnesota's rescue teams flew in and landed nearby. They quickly took charge of Christy and her snowmobile, and their chief complimented Zack on his fast action.

"I'm surprised something like this could happened," Zack said to the chief. "Shouldn't her snowmobile's safeties have kicked in, and prevented her from going under water? Or maybe put the snowmobile into hover mode?"

"The answer to that is both yes and no," the chief replied. "Sure, we could make the snowmobiles do things like that. We could also make them hover fifty feet above the snow, or insist that you use simulators at home instead of actually coming out here, where there's real danger. But that's not why you people come all the way down the space elevator, is it? You want to see the real Earth and real animals in their real environments. So we don't try to protect you from every hazard. We leave a small element of risk and then make sure we can respond to emergencies quickly."

After Christy left for the Minnesota with the rescue team, Adam, Joanne and Brian seemed more subdued than normal. They stuck close to Zack and René for the rest of the day's ride. Zack knew that wouldn't last long. The chief was right; the kids instinctively knew what he was talking about. They were here to relearn their ancestor's love of the planet that had given them birth. And for that, they needed to get out and embrace her.


*The Fountains of Paradise by Arthur C. Clarke tells the story of the building of the first space elevator, and ends with the Earth at the beginning of an Ice Age. The events related here took place many millenia later, when the glaciers finally began to retreat.

**Cities in Flight by James Blish, names anti-gravity devices used to move whole cities are called "spindizzys", which I suppose is as good a name as any other. In this story, I violate Blish's assumption that they can only be used for large masses; I assume they can be scaled down to every-day applications, such as snowmobiling.

Sauvetage pendant la période glaciaire

À la gare « Clarke », le terminus de l'ascenseur de l'espace,* dans la ville géosynchrone de Nouvel Espoir, les membres du club social Les Étoiles Lointaines se sont rassemblés en demi-cercle autour de leur guide. Luisant en dessous d'eux, les régions polaires gelées de la Terre se sont éloignées encore plus loin au Sud. Après plusieurs milliers d'années, les étendues de glace ont finalement commencé à se retirer, mais il y en avait encore en quantité impressionant de glace et de neige.

L'hémisphère nord, à ce moment-là en hiver, apparassait inhospitalier, mais Zachery savait qu'il était rempli de vie de plusieurs espèces. En fait, la vie sauvage était la raison principale pour laquelle il s'était inscrit pour ce voyage. Bien sûr, il y avait des zoos dans les villes orbitales — des zoos merveilleux — mais il y avait un seul endroit pour regarder les grands troupeaux de bisons, de mammouths, d'élans, d'orignals, de boeufs musques et de chevaux ; c'était sur la Terre.

Zach se concentre sur le guide :
— Pendant la journée, nous sortirons du village pour explorer les terrains. Chaque personne conduira un véhicule, qui s'appelle « motoneige », qui vous permettra de glisser sur la surface de la neige en confort.

Le port d'observation devenait opaque comme ue écran et l'image d'un véhicule vraiment étrange apparassait. Il avait des skis en avant et un tapis roulant au-dessus un siège qu'on enfourche évidement. Le guide continuait :
— Le design de ses véhicules est très ancien, de millénaires avant que nos ancêtres aient construit l'ascenseur d'espace et qu'ils aient laissé la Terre comme un sanctuaire pour les animaux sauvages. Il y a dix ans en environ, un ancien magazine a été découvert consacré entièrement au sport de motoneige. Il comprenait des articles au sujet de tours sur motoneige et des courses sur motoneige. Il y avait même un article au sujet de la traversée d'eau ouverte sur motoneige. Quelqu'un a pensé que ces sports seraient très amusants et il a amené l'idée à la « Coopératif d'Engineering de Divertissements. »

L'image sur l'écran changeait pour montrer des photographies qui avaient été prises du magazine et concluait avec une photographie d'un modèle mis à jour.
— Comme vous pouvez le voir, la nouvelle version apparait presque la même. Cela était parce que les ingénieurs trouvaient que c'était mieux de les avoir sur la neige pour un meilleur plaisir. Quelque chose d'autre et cela donnait l'impression d'un autre scooter d'air. Donc, il y a encore des skis à l'avant et un tapis roulant au-dessous pour la propulsion. Cependant, le nouveau modèle a aussi un moteur de micro-fusion qui est silencieux et qui ne fait pas de pollution, des spindizzys** pour le contrôle de la pesanteur et des nanotroniques pour les communications, les navigations et les divertissements. Bien sûr, votre IA personnelle peut établir un rapport avec la motoneige pour le contrôle automatique, mais vous trouverez qu'il y a beaucoup de plaisir à les conduire vous-mêmes.
— Oui, mais à quelle vitesse iront-elles ? demanda une voix à l'arrière du groupe, accompagnée par un choeur de rire.

Il n'était pas nécessaire à Zack de regarder pour savoir qui étaient les perturbateurs — c'était son frère de seize ans et ses trois amis, Brian, Joanne et Christy. Il serait nécessaire de les surveiller attentivement une fois sur la neige.

La conférence a continué pour une autre demie-heure, jusqu'au moment où le train suivant est parti à Earthport, sur l'île tropicale du Sri Lanka, une descente de presque 36,000 kilomètres. Là, ils ont pris un transport hypersonique au centre de l'Amerique du Nord, où ils ont embarqué dans leur « paquebot de terrain », le « Minnesota ». Bientôt, il s'est soulevé sur ces spindizzys énormes pour le court voyage à leur première base.

Nommé en souvenir d'un ancien pays de l'Amerique du Nord, le Minnesota a été construit pour avoir un impact minimum sur l'environnement. En réalité, une grande plateforme ovale avec des pieds réglables, elle pouvait se poser n'importe où le sol n'est pas trop raide. Le toit a une surface de près de quatre hectares, sur laquelle un village complet du style suisse avait été construit. Il comprenait tout, des hôtels de luxe, des bars, des théâtres, des spas, des piscines chauffées, des gyms et des immeubles pour l'entretien de ces flottes de motoneiges et de surfaceurs.

Chaque jour, le Minnesota se déplaçait d'une base à une autre. Des groupes de motoneigistes sortaient chaque matin et ils avaient le reste de la journée pour explorer le paysage avant de rejoindre le Minnesota à la base suivante à la tombée de la nuit. Puis, des surfaceurs robotiques sortaient pour s'assurer que tout le monde aurait des pistes parfaitement calme pour le jour suivant. Cela s'est passé chaque jour pendant une semaine que le Minnesota a traversé une grande variété de terrains et de paysages.

Pendant le voyage à la première base, il y avait plusieurs fêtes en progrès. La bière, toujours le grand catalyseur social, coulait librement et des montagnes de nourritures délectables étaient consumées. Finalement, les fêtards plus âgés se souvenaient de leur excursion pour le matin suivant, mais les jeunes, qui pouvaient encore tolérer les pilules pour se dessoûler, continuaient jusqu'au moment où les surfaceurs convergaient vers la Minnesota.

Zack a rejoint Adam et ses amis pour la première sortie du matin. On leur a donné un costume de neige aux couleurs vives. Des bottes, des gants et un casque allaient bien avec le costume et ils s'intégraient automatiquement avec les systèmes de confort de la costume. Un membre de l'équipage du Minesota leur a montré comment brancher le cordon ombilical enroulé avec les systèmes de pouvoir et de communications de leur motoneige. Pourvu qu'ils restent avec leur motoneige, ils seraient en sécurité et au chaud.

Puis, Zack a relié son IA personnelle, nommée Roger, avec les nanotronics de la motoneige et de la combinaison de Zack. Au moyen des détecteurs dans la casque, Roger pouvait voir et entendre tout ce que Zack pouvait experimenter. En quelques secondes, Roger a répondu,
— J'ai relié, Zack. Il fera froid mais clair. Nous nous amuserons bien aujourd'hui. C'est une machine cool !
— Super, Roger. S'il te plait, garde un œil sur Adam pour moi. Il peut être un peu imprévisible.
— Oui, votre mère m'a demandé de faire la même chose.

« Ecoutez, s'il vous plait, » leur guide dit à la radio de leur casque. « Votre première descente pourrait être un peu effrayante. La platforme du Minnesota est près de cinq mètres au-dessus de la piste ce matin. Nous le gardons aussi haut pour empêcher des animaux sauvages d'y entrer. Agissez comme moi et suivez-moi sur la rampe. Les spindizzeys de votre motoneige vous déposeront sur la piste à une dixième de la pesanteur. Ne commencez pas, je répète, ne commencez pas à accélérer jusqu'à ce que vous soyez sur la piste. Et puis, jouez avec l'accélérateur et les freins jusqu'à ce que vous soyez à l'aise avec eux. Ces motoneiges ont des moteurs puissants et vous pouvez vous blesser. Faites attention ! »

Sans faire de bruit, sa motoneige a commencé à se déplacer vers la rampe. Après s'être déplacé au bout de la rampe, l'élan l'a porté en avant, pendant qu'il dérivait vers le sol. Quand il a atterri, il a serré l'accélérateur et s'est lancé sur la piste. Chacune des personnes dont il avait la charge l'a suivi, quelques-uns avec plus de grâce que d'autres. La chenille de la motoneige d'Adam tournait rapidement quand il a atterri, ce qui l'a projeté comme un lance-pierre. Zack n'a pas eu besoin de regarder son visage pour savoir qu'Adam souriait d'une oreille à l'autre. « Fait toujours l'inverse de ce qu'un adulte lui dit » semblait être la devise d'Adam.

À cinq kilomètres du Minnesota, le guide a appelé par radio de s'arrêter et de le rejoindre. « OK, d'ici, vous êtes laissés à vous-même. L'écran de votre motoneige vous montrera sur la carte où vous vous trouverez en relation par rapport aux pistes et des risques naturels. Si vous avez quelques questions, demandez à votre IA. Amusez-vous bien et je vous verrai ce soir. »

« La chaîne 8, » a dit Adam à la radio de son casque. Chacun dans son groupe a su changer à la chaîne 58 à cet ordre-là et en quelques minutes les quatre ados ont fait une sortie sur de piste, laissant le reste du groupe, y compris Zachery, en arrière.

Comme toujours, a pensé Zack. À seize ans, Adam et ses amis doivent être libre de faire ce qu'ils veulent. Zach avait promis à sa mère de garder un œil sur lui, mais cela ne serait pas facile. Et de plus, Zach avait fait des projets propres avec Renée, une jolie fille aux yeux noirs qu'il a rencontrée pendant la longue descente de Nouvel Espoir. Elle n'avait pas voulu passer toute la semaine avec ses parents et elle a été soulagée quand elle a rencontré et a immédiatement aimé Zack. Ensemble, ils ont pris la même piste qu'Adam. Ils ne pouvaient pas les rattraper, mais au moins, ils seraient là s'il y avait un problème. Zack avait étudié les cartes et il avait une bonne idée de l'endroit où ils allaient, une grande région ouverte qui a été marquée comme un ancien lac gelé. Le lieu était parfait pour déterminer à quelle vitesse les motoneiges pouvaient vraiment aller.

Zack a touché l'endroit du lac sur l'écran et a dit à Roger que cela serait leur première destination. Barvardant aimablement sur une chaîne privée, Renée et lui ont conduit les motoneiges eux mêmes pour s'habituaient. Ils pouvaient laisser les IAs conduire, mais cela ne semblait pas procurer autant de plaisir.

Ils étaient assez loin de l'orée de tête des glaciers que la toundra était recolonisée par des pins de montagnes, mais la terre était encore pour la plupart les prairies ouvertes. Partout ils pouvaient voir l'évidence du passage recent des troupaux de grands animaux. Dans quelques endroits, ils avaient traversé la piste et l'avaient détruite, mais les motoneiges ont réglé leur spindizzys et ont adouci tous les chocs. Cela ne surprendrait pas du tout Zack. Il était accoutumé à ce niveau d'excellence en tout ce qu'il utilisait, mais il s'est demandé comment ce serait de conduire d'anciennes motoneiges, où on pouvait entendre vrombir des moteur à essence et sentir tous les chocs qui ont traversé les suspensions mécaniques.

Zack et Renée se sont arrêtés sur un tertre avec une vue sur une large vallée. À distance, un troupeau de grandes formes sombres étaient poursuivies par des prédateurs. De la droite, quatre motoneiges sont venues en vue et elles semblaient être parallèles au troupeau qui s'enfuyait en désordre. Zack a su immédiatement qui étaient sur les motoneiges. Il a espéré qu'Adam aurait le bon sens de s'éloigner des animaux. Les proies et les prédateurs tous les deux sont grands et dangereux dans ce climat froid. L'autre danger, bien sûr, était qu'ils n'étaient pas sur les pistes. Il n'était pas possible de dire les conditions du sol. Au moins, il n'y avait plus de fils de fer barbelés ; ils avaient été tous détruits par la rouille il y a longtemps. Zack frissonnait à l'idée d'horribles histoires qu'il avait entendues la nuit précédente au sujet des motoneigistes non vigilants qui avaient été décapités.

Tout à coup, un troupeau de woolly mammouths est monté à l'arrière côté du tertre et a entouré Zack et Renée. Ils se sont bousculés les uns les autres pour s'empêcher de s'approcher des humains. C'était un frisson de joie d'être si proche de ces bêtes puissantes, mais Zack a pu voir que Renée avait commencé à paniquer. En fait, c'étaient des hybrides d'éléphants et l'ADN de mammouths congelé, ces animaux puissants étaient les descendants des expériences scientifiques pour réintroduire des espèces disparues. Ils s'étaient bien adaptés pendant la période glacière, mais quelques biologistes se demandaient comment ils pouvaient survivre pendant le réchauffement de la terre. Ces grands herbivores étaient la proie de loups, de grands ours des grottes et des tigres à dents de sabre. Tout le monde espéraient les voir, mais pas de trop près.

« Roger, fait nous sauter de vingt mètres en l'air ! » ordonna Zack.

Les motoneiges ont sauté tout droit en haut en l'air comme s'ils étaient attachés à de grands ressorts. Les mammouths ont été effrayés par le mouvement soudain et ont commencé à barrir bruyamment. Les alpha femelles ont tendu leur trompe en haut pour les attraper dans le ciel et les punir, mais elles n'ont pas pu les atteindre. Les motoneiges se sont déplacés au-dessus de leurs larges têtes, sont descendues à la piste et sont sorties en vitesse. Ce n'était pas que les motoneiges ne pouvaient pas voler sur leurs spindizzys, c'était qu'elles ne pouvaient pas très bien voler — comme les dindes sauvages.

Renée riait hystériquement :
— Zack, cela était entièrement trop proche !
— Je ne savait pas que quelque chose aussi large pouvait se déplacer aussi silencieusement.

La piste serpentait des basses collines et la scène ouvrait sur un lac gelé. Quatre motoneiges pouvaient être vues jetant des panaches de neige pendant qu'elles allaient à tout allure à travers le lac. Zack ne voulais même pas deviner leur vitesse. La motoneige en avant semblait sauter dans l'air quand elle a rencontré une bosse causait par la pression dans la glace. Ces spindizzys se sont démenés pour la garder droit et pour l'amener doucement vers la glace. Les autres motoneiges ont essayé de décoller aussi. Étonnamment, elles ont fait des cercles et ont fait encore des sauts.
— Cela devait être amusant, pensa Zack.

Quand ils ont atteint la bosse, les ados étaient partis depuis longtemps à leur aventure suivante. Zack et Renée ont essayé le saut aussi et puis ils se sont arrêtés pour déjeuner dans le centre du lac, où de grands pachydermes ne pouvaient pas les approcher furtivement. Ayant le pare-visage de leur casque ouvert rappelait que cela était un climat arctique en mi-hiver pendant une période glaciaire. Leur costume de neige qui pouvait réguler la température l'avait rendue très facile à oublier.

Ils avaient presque fini quand un appel d'urgence est arrivé à la radios de leur casque. Du repérage, cela ne pouvait être que les ados. Ils étaient encore sur le lac et à seulement peu de kilomètres plus loin. Zack et Renée sont partis en grande vitesse. Le littoral courbait à gauche et le lac se rétrécissait parmi des hautes falaises.

Le voix de Roger a dit « Fait attention, Zachery, il y a de l'eau ouverte en avant. »

Zack a réduit sa vitesse et bientôt ils ont approché Adam, Joanne et Brian, qui étaient debout une courte distance de l'eau. Il n'y avait que trois motoneiges là et Christy était nulle part à être trouver.

Adam s'est approché de son frère jusqu'à ce que Zack et Renée se sont arrêtés.
— Tu n'as pas entendu l'alarme à propos de l'eau ouverte ? demanda Zack.
— Qui est-ce qui écoute les IAs ? Ils sont plus mauvais que les parents. En dehors de ça, l'équipier a dit qu'il était possible de traverser l'eau ouverte sur une motoneige, dit Adam, avec une mauvaise humour. Christy était en avant quand nous l'avons tous vue descendre au-dessous de l'eau. Quand elle n'est pas remontée et n'a pas répondu à la radio, nous avons appelé le service d'urgence.
— Elle a essayé de traverser l'eau ouverte ? Zack a hoché la tête. Peut-être que vous avez beaucoup d'expérience, mais ceci est votre première journée sur des motoneiges. N'avez-vous pas du tout de bon sens ?
— Roger, quelle est la profondeur du lac ici ?demanda Zack à son IA.
— En environ dix mètres, répondit Roger.
— Et combien de temps de plus que Christy peut survivre au-dessous de l'eau ?
— La combinaison de Christy a de l'air pour encore dix minutes au-dessous de l'eau. Cependant, il prendra une autre quinzaine de minutes, plus ou moins, pour le service d'urgence d'arriver ici et plus de temps pour déterminer ce qu'ils doivent faire et encore plus pour le faire.
— Il semble que nous devons faire quelque chose nous-même, dit Zack. Nous avons cinq motoneiges à utiliser et chaque motoneige a un treuil motorisé avec cent mètres de cable de diamant. Cela doit être suffisant.

Zack a rangé les motoneiges côte à côte et les a reliées comme une seule platforme sous le contrôle opérationnel de Roger. La platforme s'est soulevée sur ces spindizzys et s'est déplacée lentement au-dessus de l'eau au point d'entrer de Christy. Attachant les cables de treuils de deux motoneiges à sa combinaison, Roger a hermétiquement fermé le pare-visage de son casque et il a sauté dans l'eau froide.

Dans la lueur faible de la lumière de son casque, Zack pouvait seulement voir moins d'un mètre autour de lui. Au coin de son oeil il s'est aperçu de quelque chose qui bougéait. C'était un des gants de Christy. Zack l'a saisie et l'a tirée vers lui. Elle était inconsciente. Après avoir attaché un câble à la combinaison de Christi, Zack a fait des signaux pour emmener Christy à la surface. Puis, il a attaché le deuxième câble à sa motoneige et il est remonté avec elle. Neuf minutes s'étaient écoulées au total.

À nouveau sur la platforme, le pare-visage de Christy avait été enlevé et bien que ses lèvres étaient encore bleues, elle respirait normalement et elle avait retrouvé la conscience. Elle a commencé à frissonner de froid, mais sa combinaison avait été branchée à une motoneige qui la réchauffait rapidement.

Le service d'urgence de la Minnesota est arrivée tôt. Ils ont pris à la main Christy et sa motoneige. Leur chef a complimenté Zack pour son action si rapide.
— Je suis étonné que quelque chose comme cela puisse se passer, dit Zack au chef. Les fonctions de securité ne devraient-elles pas prévenir de tels accidents et empecher la motoneige de couler ? Ou peut-être mettre la motoneige à la mode de flotter ?
— La réponse est oui et non, repondit le chef. Bien sûr que nous pouvions faire les motoneiges agir ainsi. Nous pouvions les faire flotter vingt mètres au-dessous de la neige, ou nous pouvions insister que vous utilisez des simulateurs chez vous au lieu de venir ici, où il y a de vrais dangers. Mais cela n'est pas la raison pour laquelle vous descendez l'ascenseur d'espace, n'est-ce pas ? Vous voulez voir la vraie Terre et les vrais animaux dans leur vrai environnement. Donc, nous n'essayons pas de vous protéger de tous ces hasards. Nous laissons un petit élément de risque et puis nous nous assurons que nous pouvons répondre rapidement aux cas d'urgences.

Après le départ de Christy pour aller à la Minnesota avec le service d'urgence, Adam, Joanne et Brian sont apperus plus réfréinés que normal. Ils sont restés près de Zack et Renée pour le reste de la journée. Zack savait bien que cela ne durerait plus. Le chef avait raison ; les ados savaient instinctivement ce qu'il avait dit. Ils étaient ici pour réapprendre l'amour de leurs ancêtres pour la planète qui les a mis au monde. Et pour cela ils doivent sortir et l'embrasser.


*The Fountains of Paradise par Arthur C. Clarke raconte l'histoire de la construction du premier ascenseur d'espace et se termine quand la Terre a commencé une période glaciaire. Les événements racontés ici se sont passés plusieurs milléniums après, quand les glaciers avaient commencé à reculer.

**Cities in Flight par James Blish, a nommé les mécanismes contra la pesanteur pour bouger des villes entière « spindizzys », que je pense est un nom aussi bon que d'autres. Dans cette histoire, je viole l'assomption de Blish que les spindizzys peuvent être utiliser seulement pour les grandes masses ; j'assume qu'ils peuvent utiliser à l'échelle des applications de tous les jours, tel que des motoneiges.