Enable JavaScript.

Virtual Gods

One of my friends remarked that his real religion is his personal relationship with God; that he has personal conversations with God. He appears to be convinced that these conversations are real, but I am skeptical. What is really going on here?

Levels of Personal Beliefs

Clearly, people have varying levels of relationship with their religious beliefs:

Realists have no belief in the objective existence of anything that could be labeled "supernatural," nor do they feel they are missing anything by this lack. They either live moment to moment in a religious vacuum. They selectively adopt ideas and beliefs that meet their philosophical needs.

Traditionalists believe what they were taught as children and practice their religion only on a pro forma basis. They do the minimum required to appear religious in their social context, but give little thought to the beliefs of their religion. Regardless of their professed denomination, they are "Christmas Poinsettias and Easter Lilies."

Adherents believe what they were taught as children and practice their religion, accepting its doctrines and obeying its rules. For them, religion is a highly organized social institution that continually reinforces their morals.

Devotees practice their religion on a more personal level, as a relationship with their deity, often with long intensive sessions of prayer or meditation. They try to live their lives as if their beliefs are the most important aspect of their lives, as if there is a personal God that they should fear.

Fanatics are obsessive in regards to their religious beliefs. They become mystics, monks, hermits, missionaries, martyrs, suicide bombers and other such extremists. They can justify any action in support of their beliefs.

While there are many levels of religious belief, this phenomena is not limited to religion, though it is most frequently found in the religious domain. Other examples of levels of belief can be found among conspiracy theorists, believers in UFOs, and adherents to political ideologies such as Communism.

Differences in levels of belief are quantitative, but the extent to which a belief system dominates an individual's mind can lead to qualitative differences when thresholds are exceeded. New ways of thinking and acting emerge and become dominant in one's mind. In religious practice, personal piety becomes mysticism or even a desire for martyrdom.

When such a threshold is reached, there is a phase change as beliefs go from realist to traditionalist, or from devotee to fanatic. The conversion effect is usually a slow build up to a sudden state change.

Belief, a Mental and Social Activity

Belief is a mental activity, the result of complex neural processes in a social context. The human mind is genetically designed to seek patterns in any and all contexts, and to link those patterns into still larger neural networks. Further, humans are social animals who continually reinforce each other's behaviors and beliefs. There are many ways in which this is done: by mythology, ceremony, propaganda, scriptures, prophecy, miracle claims, indoctrination, childhood education, peer-pressure, persecution, deprivation, brain-washing, and the suppression of other beliefs. It is also reinforced by hierarchical, authoritarian social structures and by the induction of fear.

A complex belief system can dominate an entire society, providing individuals with both positive and negative feedback for their beliefs. The strongest belief systems are those that benefit the most important segments of society, namely power elites, both religious and political. They are continually reinforced by the elite to internalize them in individuals and keep them obedient. Only in a pluralistic society, in which there is peaceful competition among belief systems, does an individual have much of a chance to evaluate various belief systems and choose which, if any, are important to him. Hence the great animosity of religious extremists for America!

Very large, immensely complex belief systems (such as Christianity, Mohammedanism, or Buddhism) can become firmly established in a society, dominating every aspect of the lives of its citizens for long periods of time. The human "territorial imperative" becomes linked with the religious beliefs of the nation's dominant group. This too often leads to violence until some kind of compromise can be reached; that is, until the common parts of the competing beliefs are seen as more important than the divergent parts. Witness the centuries long struggle between Catholics and Protestants.

Fanatics generally focus on the divergent parts to the exclusion of the common parts, often dragging the traditionalists and devotees into the fray by means of propaganda - the BIG LIE repeated endlessly. It can take centuries for radicalism to dampen down and for homeostasis to be reestablished.

The Effects of Belief Systems on Individuals

Traditionalists "go with the flow" and mainly tend to their own affairs, paying only minimal attention to the beliefs of their religion. But some people, the devotees, internalize a religious belief system to a greater extent, developing an intimate relationship with it. For example, there are people who govern their lives by asking at every decision point, "What would Jesus do?" They are attempting to emulate the examples of an positive role model. However, there are also people whose model is one of fear of an angry God.

Some devotees go further; they treat that role model as a person with whom they can converse and develop a personal relationship. They believe they are actually talking to Jesus, to the Virgin Mary, to a Saint, or sometimes to an ancestor. And sometimes they hear that person talking back, which greatly reinforces the underlying mental model.

So maybe Jesus really is talking back; how can anyone, especially outsiders, possibly know? If the dominant culture is one that believes in revelations (scriptural or personal) and in appearances of supernatural beings (such as the Virgin Mary at Fatima), then the culture reinforces individual claims of such revelations, whether or not they objectively happened. No one can prove anything, pro or con.

The Complexity of the Human Mind

Aside from supernatural explanations, what other possibilities might exist to explain this phenomena at both mild and more severe levels? The answer is in the complexity of the human mind. As Walt Whitman wrote: "Do I contradict myself? Very well, I contradict myself. I am large, I contain multitudes."

It is clear from centuries of observation and experimentation that the human mind is not monolithic; that it has many parts that act at many levels of detail, in concert and in conflict. It is common knowledge that a person's subconscious mind works on problems without the person's direct awareness. One part of everyone's mind has a common name; it is called a "conscience." Sigmund Freud used the terms "ego," "id" and "superego," but this is now seen as a very crude model. In The Society of Mind, Marvin Minsky called these parts "agents," and argued that they form complex networks that produce emergent properties.

Most people have a single, stable, well-integrated personality with great powers of homeostasis. Even under extreme circumstances, when disrupted by sleep, accident, general anesthesia or brain surgery, that single personality quickly reasserts itself. But there are also many examples where this is not true.

  • There have been many accidents in which a person's brain has been damaged and parts of his personality have disappeared or been radically changed.
  • There are so-called "insane" people who constantly hear voices that plague them unmercifully until they are suppressed by psychotropic drugs. The fact that the drugs are effective is itself evidence that the voices are of natural cause; that they are out-of-control agents of the person's own mind.
  • There are even people with multiple personalities that take turns controlling the person, and exhibit conflicting behaviors - sometimes quite violent. This is probably the basis for claims of "demonic possession." They have mental agents that have grown too strong and are to some extent independent of control by the person's primary personality.
  • Small children often have "imaginary friends" that only disappear with increased age (and presumably better integration of their own personalities).
  • Indian Yogis, through intense practice and discipline, are able to mentally control aspects of their body and mind that are normally under the automatic control of agents of the mind.

Virtual Gods

It seams to be possible for a strong mental agent to gain the stature in a person's mind of an auxiliary personality; one that can be accessed through some form of meditation, ritual or concentration. This is especially true of an agent that has been socially characterized as a person. Repeated practice at making contact with this personality reinforces the ability to do so. Extreme practice can lead to so-called mystical or rapture states.

So now let's call one such auxiliary personality "God" and the concept of religion as a truly personal relationship with God becomes quite real; not that this God is necessarily an external reality, but it is certainly a virtual reality. However, it is still one part of the person's mind conversing with another part.

In an intensely religious, social context, belief in God is a shared meme among believers. It is a virtual reality that reinforces itself throughout the community and is readily spread to new, impressionable people, especially to children and people who have great need for social support.

An intriguing question is whether such auxiliary personalities can be artificially induced as a general aid to a person's mental well-being. Would it be possible to induce imaginary friends in children and mature them into virtual associates? Would such an experiment be ethical? How would that differ from what religions commonly do to their children?

Les Dieux Virtuels

Un de mes amis a remarqué que sa vraie religion est son rapport personnel avec Dieu; qu'il a des conversations personnelles avec Dieu. Il semble qu'il soit convaincu que ces conversations sont réales, mais je suis sceptique. Qu'est-ce qui se passe ici ?

Les niveaux de croyances personnelles

Clairement, les gens ont des niveaux différents dans le rapport avec leur croyance religieuse :

Les réalistes n'ont pas de croyances dans l'existence objective de quelque chose qui pourrait être étiquetée « surnaturelle, » ils ne croient pas non plus que ces choses les manquent. Ils vivent en moment à moment dans un vacuum religieux. Ils adoptent sélectivement les idées et les croyances qui satisfont leurs besoins philosophiques.

Les traditionalistes croient ce qu'ils étaient enseignés comme enfants et pratiquent seulement leur religion de la façon pro forma. Ils font le minimum pour apparaître religieux dans leur contexte social, mais ils ne donnent que peu de pensées aux croyances de leur religion. Quel qui soit la dénomination de leur religion, ils ne sont que des « Poinsettias de Noël » et des « Lis de Pâques. »

Les adhérents croient ce qu'ils étaient enseignés comme enfants et pratiquent leur religion, en acceptant ces doctrines et en obéissant à ces règles. Pour eux, la religion est une association sociale bien organisée qui renforce continuellement leur moralité.

Les dévots pratiquent leur religion à un niveau plus personnel, comme un rapport avec leur dieu, souvent avec des sessions de prières ou de méditation longue et intensive. Ils essayent de vivre comme si leurs croyances étaient l'aspect le plus importante de leur vie, comme s'il y a un dieu personnel qu'ils devaient craindre.

Les fanatiques sont obsédés en rapport de leurs croyances religieuses. Ils deviennent des mystiques, des moines, des missionnaires, des martyrs, des plastiqueurs et d'autres extrémistes comme ça. Ils peuvent justifier n'importe quelle action qui soutient leurs croyances.

Pendant qu'il y a plusieurs niveaux de croyances religieuses, ce phénomène n'est pas limité à la religion, bien qu'il soit trouvé le plus fréquemment dans le domaine de religion. D'autres exemples des niveaux de croyance peuvent être trouvés parmi les théoriciens de la conspiration, des partisans des OVNIs et des dévots des idéologies politiques comme le Communisme.

Les différences entre les niveaux de croyances sont quantitatives, mais l'étendue à laquelle un système de croyance domine le cerveau de l'individu peut mener aux différences qualitatives quand un seuil est dépassé. Des nouvelles façons de penser et d'agir émergent et deviennent dominantes dans l'esprit. Dans les pratiques religieuses, la piété personnelle pourrait devenir le mysticisme ou même un désir pour être martyre.

Quand quelque seuil est atteint, il y a un changement de la phase quand les croyances se transforment des Réalistes aux Traditionalistes ou des Dévots aux Fanatiques. L'effet de conversion est généralement une augmentation lente à un changement d'état soudain.

La croyance, une activité cérébrale et sociale

La croyance est une activité cérébrale, le résultat des processus neuraux et complexes dans un contexte social. L'esprit humain se désigné génétiquement pour chercher toujours des motifs dans tous les contextes et de faire des liens avec des réseaux les plus grands de neurones. En plus, des humains sont des animaux sociaux qui renforcent continuellement les comportements et les croyances de l'un à l'autre. Il y a plusieurs façons dont ceci est fait : par les mythologies, les cérémonies, les propagandes, les textes sacrés, les prophéties, les déclarations de miracles, les endoctrinements, l'éducation des enfants, les pressions exercées par l'entourage, les persécutions, les privations, les lavages de cerveau et les suppressions d'autres croyances. Il est aussi renforcé par des structures qui sont hiérarchiques et autoritaires et par l'induction des craintes.

Les systèmes complexes de croyance peuvent dominer une société entière, fournissant l'individu avec des renforcements positifs et négatifs pour ses croyances. Les croyances les plus fortes sont celles qui profitent les couches socialles les plus importantes, les élites puissantes - les religieux aussi bien que les politiques. Ces croyances sont renforcées continuellement par des élites pour les intérioriser dans les gens et pour les garder obéissants. Seulement dans une société pluraliste, où il y a une compétition pacifique parmi des systèmes de croyance, est-ce qu'il y a la possibilité pour l'individu d'évaluer des systèmes de croyance divers et de choisir ceux, s'il y en a un, qui sont importants à lui ? Et voilà la grande animosité des extrémistes pour l'Amérique !

Les grands systèmes de croyance (le Christianisme, le Mahométisme, ou le Bouddhisme) peuvent être établis dans une société et peuvent dominer tous les aspects de vies de citoyens pour très longtemps. « L'impératif territorial » humain devient établi avec les croyances du plus grand groupe du payes. Trop souvent ceci mène à la violence jusqu'à ce que quelques compromises puissent être atteintes ; quand les parties en commun des croyances en compétition est vu plus importants que les parties divergentes. Témoignez pendant plusieurs siècles le conflit entre les catholiques et les protestants pendant plusieurs siècles.

Les fanatiques se concentrent généralement sur les parties divergentes à l'exclusion des parties en commun, traînant les adhérentes et les dévots dans l'arène par leur propagande - le Grand Mensonge répété sans cesse. Ça peut prendre des siècles pour le radicalisme de se réduire et pour l'homéostasie de s'être restaurée.

Les effets des systèmes de croyance sur l'individu

Les traditionalistes « vont avec la coule » et pour la plupart en gardant leurs propres affaires avec un minimum d'attention aux croyances religieuses. Mais quelques-uns, les dévots, intériorisent un système de croyances à une étendue plus forte, en développant un rapport intime avec leur religion. Par exemple, il y a des gens qui se gouvernent la vie en demandant à chaque point de décision, « Que-est-ce que Jésus ferait ? » Ils essayent d'émuler les exemples d'un bon modèle. Cependant, il y a aussi des gens qui ont un modèle négatif, qui craignent un Dieu fâché.

Quelques dévots vont plus loin ; ils considèrent leur modèle comme une vraie personne avec qui ils peuvent parler et développer un rapport personnel. Ils croient qu'ils parlent en fait avec Jésus, avec la Vierge Marie, avec un saint, ou quelquefois avec un ancêtre. Et quelquefois ils entendent répondre cette personne, ce qui renforce beaucoup leur modèle à la base de cela.

Alors, peut-être que Jésus leur réponde vraiment ; comment est-ce qu'une personne, surtout des étrangers, pourraient le savoir. Si la culture dominante croit à des révélations (scripturales ou personnelles) et à des apparitions des créatures surnaturelles (comme la Vierge Marie à Fatima), puis la culture renforce les déclarations de ces révélations, s'étaient vraiment passés ou non. Personne ne peut rien prouver, ni pour ni contre.

La complexité de l'esprit humain

À part des explications surnaturelle, quoi d'autres possibilités existent pour expliquer ces phénomènes aux deux niveaux, léger où lourd ? La réponse est dans la complexité de l'esprit humain. Comme Walt Whitman a écrit, « Je me contredis ? C'est bien, je me contredis. Je suis grand, je contiens des multitudes. »

Après plusieurs siècles d'observation et d'expérimentation, c'est clair que l'esprit humain n'est pas monolithique ; qu'il y a plusieurs partis qui agissent à plusieurs niveaux de détail, en concert et en conflit. C'est bien connu que l'esprit subconscient travaille sur des problèmes sans la connaissance directe de l'individu. Une partie de l'esprit de tout le monde a un nom commun ; ça on l'appele la « conscience. » Sigmund Freud a utilisé les termes « Ego, » « Ça, » et « Sur-ego, » mais ceci est considéré maintenant comme un modèle très cru. Dans le livre La société de l'esprit, Marvin Minsky appelle ces parties « agents, » et il a soutenu qu'ils construisent des réseaux complexes qui produisent des effets émergents.

La majorité des gens a une seule personnalité qui est bien intégrée et qui a de grands pouvoirs de l'homéostasie. Même sous les circonstances extrêmes, quand il est dérangé par le sommeil, par des accidents, par l'anesthésie générale, ou par la chirurgie sur le cerveau, cette personnalité principale se réaffirme rapidement. Mais il y a aussi plusieurs exemples où cela n'est pas vrai, par example :

  • Il y avait plusieurs accidents dans laquelle le cerveau d'une personne a été abîmé et quelques partis de sa personnalité ont disparu ou a été radicalement changé.
  • Il y a des gens qu'onappel les aliénés qui entendent des voix qui les tourmentent sans cesse jusqu'à ce qu'ils sont supprimés par des drogues psychotropes. Le fait que les drogues sont efficaces est l'évidence elle-même que les voix sont produites par les causes naturelles; qu'ils sont des agents de l'esprit de la personne qui sont hors du contrôle.
  • Il y a davantage de gens avec plusieurs personnalités qui prennent contrôle chacun à son tour à l'individu et exposent des comportements qui sont en conflit - quelques fois assez violents. Ceci est probablement la basse pour les affirmations de la « possession par les démons. » Ces gens ont des agents dans leur esprit qui avaient grandi trop puissants et par conséquence deviennent indépendant de la personnalité principale.
  • Des petits enfants ont souvent des « amis imaginaires » qui disparaissent seulement quand ils sont plus âgés avec une meilleure intégration de leur propre personnalité.
  • Les Yogis d'Inde, par beaucoup de pratique et discipline, peuvent contrôler avec leur esprit quelques aspects de leur corps et leur esprit, ce qui est normalement sous le contrôle automatique des agents de leur esprit.

Les Dieux Virtuels

Il semble être possible pour un agent fort de l'esprit de gagner la qualité dans l'esprit de l'individu d'une personnalité auxiliaire ; celle qui a été accédées par quelques sortes de méditation, de rituel ou de concentration. Ceci est surtout vrai d'un agent qui avait été caractérisé comme une personne. La pratique répétée pour faire le contact avec cette personnalité renforce la capacité de le faire. La pratique extrême peut mener à des états mystiques ou de ravissements.

Et maintenant, laissons-nous appeler une de ces personnalités auxiliaires « Dieu » et l'idée de religion comme un vrai rapport personnel avec Dieu devient plutôt réal ; pas que ce Dieu est nécessairement une vraie réalité, mais il est certainement un dieu virtuel. Cependant, il est encore une partie de l'esprit de l'individu qui parle avec l'autre partie.

Dans un contexte qui est intensivement religieux et sociale, la croissance en Dieu est un « mème » partagé parmi des croyants. C'est une réalité virtuelle qui se renforce elle-même parmi la communauté et qui est propagé à de nouveaux gens qui sont impressionnables, en particulier à des enfants et des gens qui avaient besoin du soutien sociale.

Une question fascinante est si ces personnalités auxiliaires peuvent être produites artificiellement comme un soutien au bien être d'une personne. Serait-il possible de produire des amis imaginaires dans les enfants et de les cultiver à des associés virtuelles ? Une expérience comme ça, serait-elle éthique ? Comment cela serait-elle différente de ce qui est fait par des religions à leurs enfants ?