Enable JavaScript.

Why Do I Study French?

 

 

The amusing answer to this question is "So that I can speak with my ancestors after I die." It's amusing because I really don't believe in anything labeled "supernatural," including heaven and hell. The simplest answer is that I was retired and bored. Then, I met a

at an Art Festival. She said I should take a course at St Thomas University, one that I hadn't had time for in my dimly remembered time in college. Because of my age, 62 at the time, I could even do so for free. But which course?

What about French I thought, since that was the language of my ancestors? But what was it about the French language that appealed to me. Let's face it, learning Spanish would have been a lot more useful since we spend three months in Mexico every year. No, there was something about French that spoke to my soul.

I was born in Lawrence, Massachusetts, a city with a large population of French-Canadian emigrees. My grandfather, Aurore, had moved there from the small town of St-Pierre-les-Becquets on the south shore of the St. Laurence river. He had come to work in the cotton mills. Shortly thereafter, he married Caroline Michaud, from another emigree family from Québec. My father, Aime, grew up in Lawrence and attended Suffix Law School in Boston. So far, so good, except World War II began, and he was conscripted to fight in the Battle of the Bulge, in Belgium. When he returned home to my mother, Rita Page, the daughter of yet another French-Canadian family, the only work to be found was back in the textile mills as a weaver.

We lived in my grandfather's apartment building. He was able to speak a little English, but he preferred to speak French. It was the same with my other grandparents who didn't live far from us. So, I learned French and English as my two mother tongues. When I was four, I was registered at the school in Ste-Anne parish, a parish for Franco-Canadians. One-half of the lessons were taught in French and one-half in English. I was bilingual at school and also with my grandparents and my parents, although my parents preferred to speak in English so that my sister and I would learn the language of most people in the United States.

After my grandfather died, my family moved to Niagara Falls, NY because my father found a job that used his college skills. My sister and I were registered at the Ste-Thérèse parish school and later at the St-John-de-La-Salle parish school where all lessons were taught in English. Our French disappeared; we were not encouraged to speak French at home, although our parents spoke it sometimes, among themselves.

Then, after forgetting all the French that I had learned as a child, came two years of French lessons in high school and then, after forgetting everything I had learned in high school, another two years of French lessons in high school. And of course, I forgot all of the French that I learned immediately after college. At those times in my life, I was only interested in math and science. No other lessons stuck in the spaces between my ears.

Fast forward over four decades and I had retired from my job and was bored. So, why not start learning French at the Alliance Française. I was amazed at how many words I could remember, but grammar, the conjugations of verbs, and the idioms were all a mystery. For the next two years, I took the elementary series, and then spent three hours each day, four days a week, for an entire summer, in a series of intermediate classes. I had decided that, this time, I really wanted to learn French. It was something to do to pass the time, but more importantly it was something I could do to make my family proud of me. They would see that I still had goals in my life.

Then, I tried a French conversation class, only to find that I was lost most of the time. This was after I had paid the Alliance Français nearly $6,000 for the courses. But why was I surprised? With six or eight students in each class, there wasn't much time to speak French. For the most part, I could understand the teachers, but then they played horrific tapes of "real world" conversations that inevitably happened on noisy street corners. I thought this was a bad way to teach language comprehension. And there was never time to practice speaking Fremch on a computer. I guess that's not part of their business model.

I then had a decision to make. Should I write off the $ 6,000 I had spent on lessons or should I find another way to practice the French language: reading, writing, speaking and understanding? I must admit, I can be stubborn and cheap - traits I inherited from my grandfather - I hated wasting $6,000. However, taking more courses at the Alliance Française would be like throwing good money after bad.

What I needed was opportunities to practice all aspects of the French language. First, I need to strengthen my knowledge of grammar. So, I bought an intermediate exercise book and for two months I spent an hour every day in the library doing all the exercises in the notebook. I had also bought the answer book for the teachers and I was able to correct each exercise myself. This helped me a lot.

Then I started attending a French conversation group that meets every Saturday morning at the Espresso Royale Cafe in Minneapolis. This group started over thirty years before I joined it. The size of this group varies between twenty and forty people. At ten o'clock, when there weren't too many people, I could hear the people sitting around the table and I could have good conversations with them. However, after a lot of people arrived the noise got horrible as there were so many conversations going on at the same time. I couldn't understand anyone. Nonetheless, I made some good friends among the group including: Kathi, Glen, Kathy, Michel, Paul and other nice people. Sadly when COVID-19 arrived in 2020 the group changed to a group on ZOOM and I didn't like it. However, I plan to rejoin the group at the cafe after the epidemic is over.

In 1992, after retireing from IBM, I had written ten short, personal memoirs in English; why not translate them into French? I did, but then I realized that I had no idea if the translations were any good. So, I employed private tutors to correct them with me, line by line, until we were satisfied. But what should I do with these memoirs in English and French? I decided to put them in a website. This encouraged me to write many more memoirs, essays, short stories and poems for my website. For the most part, I wrote them in English and translated them into French, but there are a few memoirs that I wrote in French and translated into English.

I had a bit of practice during these sessions with my private tutors, but I wanted more intensive and immersive experiences. So, one summer I attended a French language camp given by Concordia University at Lac du Bois , in northern Minnesota. Then, I spent three weeks with a family in Provence, Provençe-en-Famille , where I had lessons in French in the morning and we visited several towns in Provence in the afternoons. The next two summers, I took a course given by the Bouchereau Lingua International in Quebec for three weeks. And then, I took a course for a month given by the Institute of Touraine in Tours, France. But after all of that, I still hadn't had the type of immersive experience that I wanted, the type that university students have who live in France for a term or a year. In the end, I realized that this would never happen for me.

So, where am I now in my French studies? Thankfully, ZOOM came along, and I now spend an hour a week zooming with M. Check Kante, my tutor who now lives in Paris. So far, we've been using the time for one-on-one conversations on a wide variety of topics, which has greatly improved my vocabulary. But now, I realize that other aspects of my French education have begun to slip as I get older and more forgetful. So now, it's back to workbook studies and translations with Check's corrections starting with this essay.

At the end of all this, will I be able to speak with my ancestors? Maybe, but maybe not, since they speak French with a Quécois accent, while I've been studying Parisian French.

Pourquoi j'étudie le français ?

La réponse la plus amusante à cette question est "Pour parler avec mes ancêtres après la mort." C'est amusant parce que je ne crois pas aux choses "surnaturelles," y compris le paradis et l'enfer. La réponse la plus simple est que j'étais à la retraite et que je m'ennuyais. Puis j'ai rencontré une

à une Fête de l'Art. Elle m'a dit que je devrais prendre un cours à l'Université St-Thomas, un cours que je n'avais pas eu le temps de prendre à l'époque où j'étais étudiant. À cause de mon âge, 62 ans à l'époque, je pouvais le prendre gratuitement. Mais quel cours ?

Le français j'ai pensé, puisque c'était la langue de mes ancêtres ? Mais qu'est ce qu-il y a dans la langue française qui fait appelle à moi. Soyons réalistes, apprendre l'espagnol serait plus utile à partir du moment où nous habitons au Mexique pendant trois mois chaque année. Non, il y a quelque chose à propos du français qui parle à mon âme.

Je suis né à Lawrence, Massachusetts, une ville avec une grande population d'immigrés franco-canadiens. Mon grand-père, Aurore, avait déménagé là venant de la petite ville de St-Pierre-les-Becquets, sur le côté sud du fleuve St-Laurent. Il était venu là pour travailler dans les filatures de coton. Peu de temps après, il s'est marié avec Caroline Michaud, une fille d'une autre famille qui était venue du Québec. Mon père, Aimé, a grandi à Laurence et il a étudié au Suffix Université de Droit à Boston. Jusque là, tout allait bien, mais la Deuxième Guerre Mondiale a commencé et il a été appelé au front dans la Bataille des Ardennes en Belgique. Quand il est revenu à ma mère, Rita Page, la fille d'une autre famille franco-canadienne, le seul travail qu'il pouvait trouver était dans une usine comme tisserand.

Nous avons habité dans l'immeuble d'habitation de mon grand-père. Il a pu parler un peu l'anglais, mais il a préféré parler le français. C'était la même chose avec mes autres grand-parents qui n'habitaient pas loin de nous. Ainsi, j'ai appris le français et l'anglais comme mes deux langues maternelles. À quatre ans, j'ai été inscrit à l'école de la paroisse Ste-Anne, une paroisse pour les franco-canadiens. La moitié des leçons était enseignée en français et l'autre motië en anglais. J'étais bilingue à l'école et aussi avec mes grand-parents et mes parents, bien que mes parents préfèrent parler en anglais pour que ma soeur et moi apprenions la langue de la plupart des personnes aux Ètats Unis.

Après la mort de mon grand-père, ma famille a déménagé à Niagara Falls, NY parce que mon père avait trouvé un travail qui utilisait ses compétences universitaires. Ma soeur et moi étions inscrits à l'école de la paroisse de Ste-Thérèse et plus-tard à l'école de la paroisse de St-John-de-La-Salle où toutes les leçons étaient enseignées en anglais. Notre français a disparu ; nous n'étions pas encouragés à parler le français à la maison, bien que nos parents l'aient parlé parfois, entre eux-mêmes.

Puis, après avoir oublié tout le français que j'avais appris comme enfant, sont venues deux années de cours français au lycée et puis, après avoir oublié tout ce que j'avais appris au lycée, deux autres années de cours de français à l'université sont arrivées. Et bien sûr, j'ai oublié tout du français que j'avais appris juste après l'université. À ces moments-là dans ma vie j'avais de l'intérêt seulement pour les mathématiques et la science. Pas d'autres cours collés dans les espaces entre mes oreilles.

Quarante années sont passées très rapidement et l'heure de la retraite avait sonné et je m'ennuyais. Ainsi, pourquoi ne pas recommencé à apprendre le français à l'Alliance Française. J'étais étonné de voir combien de mots dont je pouvais me souvenir après si longtemps, mais la grammaire, la conjugaison des verbes et des idiomes étaient toutes un mystère. Pendant les deux années suivantes, j'ai suivi les cours élémentaires et puis j'ai passé trois heures par jour, pendant quatre jours par semaine, durant tout un été, dans une série de classes intermédiaires. J'avais décidé que, cet fois-ci, je voulais vraiment apprendre le français. C'était quelque chose à faire pour passer le temps, mais plus important encore c'était quelque chose que je devais faire pour rendre ma famille fière de moi. Elle pourrait voir que j'avais encore des buts à atteindre dans ma vie.

Puis, j'ai essayé un cours de conversation française, seulement pour me rendre compte que j'étais perdu la plupart du temps. C'était après avoir payé à l'Alliance Française prèsque $6,000 pour les cours. Mais, pourquoi étais-je surpris ? Avec six où huit étudiants dans chaque cours, il n'y avait pas beaucoup de temps pour pratiquer mon français. Je comprenais pour la plupart les enseignants, mais ils jouaient des enregistrements horribles de conversations de la "vraie vie" qui se passaient inévitablement aux coins des rues bruyantes. J'ai pensé que c'était une mauvaise manière d'enseigner à quelqu'un la compréhension d'une langue. Et il n'y avait jamais de temps pour pratiquer la comprehension sur ordinateur. Je suppose que cela n'est pas une part de leur modèle de business.

J'ai ensuite eu une décision à prendre. Devrais-je laisser tomber les $6,000 que j'avais dépensés pour les leçons où devrais-je trouver un autre moyen de pratiquer le français : lire, écrire, parler et comprendre ? Je dois admettre que je peux être têtu et radin, des traits que j'ai hérités de mon grand-père. J'avais horreur de l'idée d'avoir gaspillé $6,000. Cependant, prendre plus de cours à l'Alliance Française serait comme jeter le bon argent après le mauvais.

Ce dont j'ai besoin a été des possibilités de pratiquer tous les aspects de la langue française. D'abord, j'ai besoin de renforcer ma connaissance de la grammaire. Ainsi, j'ai acheté un cahier d'exercices intermédiaire et pour deux mois, j'ai passé une heure chaque jour dans la bibliothèque en faisant tous les exercices dans le cahier. J'avais acheté aussi le cahier des réponses pour les enseignants et j'ai pu corriger chaque exercice moi-même. Ceci m'a beaucoup aidé.

Ensuite, j'ai commencé à assister à un groupe de conversation française qui rencontre chaque samedi matin au café Espresso Royale à Minneapolis. Ce groupe a commencé plus de trente ans avant que je le rejoigne. La taille de ce groupe varie entre vingt et quarante personnes. À dix heures, quand il n'y avait pas trop de personnes, je pouvais entendre les personnes s'asseyant autour de la table et je pouvais faire de bonnes conversations avec eux. Cependant, après beaucoup de personnes sont arrivées, le bruit est devenu horrible, car il y avait tant de conversations en même temps. Je ne pouvais pas comprendre tout le monde. Néanmoins, je faisais de bons amis parmi le groupe, y compris : Kathi, Glen, Kathy, Michel, Paul et d'autres gentilles personnes. Tristement, quand la COVID-19 est arrivé en 2020, le groupe a changé à un groupe sur ZOOM et je ne lái pas aimaé. Cependant, j'ai l'intention de rejoindre le groupe au café après que l'épidémique est finie.

En 1992, après avoir pris la retraite d'IBM, j'avais écrit dix mémoires en anglais qui étaient courtes et personnelles ; pourquoi pas les traduire en français ? Je l'ai fait, mais puis je me suis rendu compte que je n'avais pas d'idée si les traductions n'étaient pas assez bonnes. Ainsi, j'ai employé des professeurs particuliers pour les corriger avec moi, ligne par ligne, jusqu'à ce que nous soyons satisfaits. Mais que devrais-je faire avec ces mémoires en anglais et français ? J'ai décidé de les mettre dans un site web. Ceci m'encourageait à écrire beaucoup plus de mémoires, essais, nouvelles et poèmes pour mon site web. Pour la plupart, je les ai écrits en anglais et les ai traduits en français, mais il y a quelques mémoires que j'ai écrits en français et traduits en anglais.

J'ai eu un peu de pratique pendant ces sessions avec mes professeurs particuliers, mais j'ai voulu des expériences plus intensives et immersives. Ainsi, un été j'ai assisté à un camp pour la langue française donner par l'université Concordia à Lac du Bois, au nord du Minnesota. Puis, j'ai passé trois semaines avec une famille en Provence, Provençe-en-Famille, où j'ai eu des leçons en français les matins et nous avons visité plusieurs villes en Provençe les après-midi. Les deux étés suivants, j'ai suivi un cours donné par le Bouchereau Lingua International à Québec pendant trois semaines. Et puis, j'ai suivi un cours pendant un mois donné par l'Institute de Touraine à Tours en France. Mais après tout de cela, je n'avais pas eu encore le type d'expérience immersive que je voulais, le type que les étudiants universitaires ont qui habiter en France pendant un trimestre ou une année. À la fin, je me suis rendu compte que cela n'arriverait jamais pour moi.

Ainsi, où suis-je maintenant avec mes études de la langue française ? Heureusement, le Zoom est arrivé et je peux passer une heure chaque semaine à parler avec M. Check Kante, mon professeur particulier qui habite à Paris. Jusqu'à présent, nous avons utilisé le temps pour les conversations face-à-face sur une variété de sujets, qui ont amélioré mon vocabulaire. Mais je me suis rendu compte que d'autres aspects de mon apprentissage du français avaient commencé à glisser au fur et à messure que je devenais plus âgé et plus distrait. Ainsi, je dois retourner au cahiers d'exercices et aux traductions avec les corrections par Check, commençant par ce mémoire.

À la fin de tout de cela, pourrais-je parler avec mes ancêtres ? Peut-être que oui, mais peut-être que non, parce qu'ils parlaient français avec un accent Québecois, alors que j'ai étudié le français Parisien.